Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 12Article 623017

BBC Afrique of Tuesday, 12 October 2021

Source: www.bbc.com

Vieillesse : David Sinclair, le scientifique de Harvard qui affirme que "c'est une maladie" et qu'elle peut être soignée

Vieillir est naturel et inévitable, c'est le destin de chacun. C'est ainsi que la grande majorité d'entre nous affronte la vie, mais pas le généticien David Sinclair.

Sur la base de ses études menées pendant deux décennies, il affirme qu'il est possible de retarder le vieillissement en adoptant quelques habitudes simples qui nous aideront à vivre plus longtemps et en meilleure santé.

M. Sinclair pense qu'il sera bientôt possible de le faire également avec des médicaments, qui sont encore testés à cette fin, et affirme que nous serons probablement en mesure d'inverser le vieillissement.

Ce scientifique, titulaire d'un doctorat de l'université de New South Wales en Australie et d'un postdoc du Massachusetts Institute of Technology aux États-Unis, dirige un laboratoire à l'université de Harvard où il étudie les raisons du vieillissement.

Ses travaux lui ont valu des dizaines de prix décernés par des associations et organismes scientifiques. Ils ont aussi fait de lui une célébrité : il a été élu l'une des 100 personnes les plus influentes du monde par le magazine Timey et compte près de 200 000 adeptes sur Twitter.

Le chercheur détient également 35 brevets et a fondé ou est impliqué dans plusieurs sociétés de biotechnologie, dont certaines se consacrent au ralentissement ou à la prévention du vieillissement.

Merrill Lynch a estimé en 2019 que cette industrie vaut déjà 110 milliards de dollars US et atteindra 600 milliards de dollars US d'ici 2025.

Sinclair est également l'auteur de Lifespan, un livre à succès. Il y affirme, contrairement à la croyance populaire, que le vieillissement n'est pas inévitable.

Le scientifique estime également que nous devons changer radicalement notre façon de concevoir le vieillissement : au lieu de le considérer comme un processus normal et naturel, nous devrions l'aborder comme une maladie et, à ce titre, comme quelque chose qui peut être traité, voire guéri.

Selon M. Sinclair, ce n'est qu'en changeant radicalement notre façon de voir le vieillissement que l'humanité pourra augmenter de manière significative son espérance de vie.

Sinon, dit-il, les progrès de la médecine ne nous donneront que quelques années de plus : "Nous devons faire mieux que cela.

Ceci est un résumé de la conversation de Sinclair avec BBC Brasil.


Pourquoi vieillissons-nous ?

Les scientifiques ont identifié les neuf principales causes du vieillissement et, dans le cadre de mes recherches au cours des 25 dernières années, nous avons trouvé des preuves que l'une de ces causes est à l'origine de plusieurs, voire de toutes les autres, et qu'elle implique une perte d'informations.

Nous possédons deux types d'informations dans notre corps, que nous héritons de nos parents et qui sont affectées par l'environnement et le temps.

L'une est l'information "numérique", le code génétique, et l'autre est l'analogue, l'épigénome, les systèmes dans la cellule qui contrôlent quels gènes sont activés et désactivés.

C'est l'activation et la désactivation des 20 000 gènes d'une cellule qui indique à cette dernière qui elle est - c'est-à-dire qui lui donne son identité - et comment elle est censée fonctionner.

Mais avec le temps, l'épigénome commence à perdre des informations, comme le font les CD à la suite de rayures, et les cellules perdent la capacité d'activer les bons gènes au bon moment. Ils perdent leur fonction.

Je pense que c'est pour ça qu'on vieillit.

Il n'y a aucune loi dans la biologie qui dit que nous devons vieillir. Nous ne savons pas comment l'arrêter, mais nous parvenons de mieux en mieux à le ralentir. Et, en laboratoire, nous avons pu l'inverser (le processus).

Ce que je veux dire, c'est que l'épigénome est modifiable.

La façon dont nous vivons notre vie a un impact important sur ces rayures sur le CD. En faisant les choses correctement, on peut ralentir considérablement l'horloge du vieillissement, et aujourd'hui, nous pouvons mesurer cette horloge, nous avons des tests sanguins et salivaires pour cela.

Nous constatons chez des animaux comme les rats et les souris, voire les baleines et les éléphants, et chez des personnes ayant des modes de vie différents, que le vieillissement peut se produire à des rythmes très différents. Et que plus de 80 % de votre santé future dépend de votre mode de vie, et non de votre ADN.

  • A la recherche de 'Grace' : meurtre, ADN et ascendance
Il y a des choses que les scientifiques ont découvertes en observant les personnes qui vivent longtemps. Il s'agit notamment de manger les bons types d'aliments (un bon point de départ serait le régime méditerranéen), de consommer moins de calories et de manger moins souvent. L'exercice physique est également utile.

Et certaines personnes pensent que changer la température du corps avec de la glace et de l'eau froide est utile à cet égard.

Comment cela aide-t-il à ralentir le vieillissement ?

La raison pour laquelle les scientifiques pensent que ces habitudes et ce mode de vie fonctionnent est qu'ils renforcent les défenses naturelles de l'organisme contre les maladies et le vieillissement.

La sensation de froid ou de chaleur, la faim et l'essoufflement sont des moyens d'activer ces défenses.

À la base de ces défenses se trouvent une poignée de gènes, et nous avons étudié un ensemble de gènes qui contrôlent l'épigénome et sont activés par l'exercice, par la faim. C'est pourquoi nous pensons que manger les bonnes choses et jeûner peut ralentir l'horloge du vieillissement.

Le vieillissement est à l'origine de la plupart des maladies, il est de loin la principale cause des maladies cardiaques, de la maladie d'Alzheimer, du diabète.....

Donc, l'idée est que cela vous rend plus fort et vous fait vivre plus longtemps.

  • Des bugs génétiques introduits artificiellement qui peuvent modifier l'espèce humaine
Une étude récente publiée dans la revue Nature affirme qu'il existe un taux de vieillissement invariable chez les primates. Cela va à l'encontre de leurs travaux et indique que nous ne pouvons pas ralentir ou arrêter le vieillissement.

Il y a 200 ans, la vitesse la plus rapide à laquelle un humain pouvait voyager était celle d'un cheval.

Il existe des technologies que nous pouvons utiliser pour surmonter notre biologie. La technologie résout les problèmes et nous rend meilleurs qu'avant.

Nous sommes une espèce qui innove. Sans la technologie, nous n'aurions pas survécu.

C'est ce que nous faisons depuis plus d'un million d'années et nous trouverons aussi des technologies pour le surmonter.

C'est l'étape suivante, surmonter les limites à notre santé dont nous avons hérité.

Nous le faisons tous les jours, lorsque nous prenons une aspirine ou que nous nous habillons. Nous modifions notre environnement et nous pouvons également modifier la chimie de notre corps.

Vous proposez une approche différente du vieillissement : traiter ce processus comme une maladie. Pourquoi ?

Une maladie est un processus qui se produit au fil du temps et qui entraîne une invalidité et/ou un décès. C'est la même chose que de vieillir.

La seule différence est que cela concerne, par définition, moins de la moitié de la population. Cette classification est arbitraire et devrait être modifiée.

Le vieillissement est une maladie. Il se trouve que c'est courant, mais le fait que quelque chose soit courant et naturel ne le rend pas acceptable.

Cela ne le rend pas plus acceptable que le cancer. Nous montrons que la maladie peut être traitée, qu'elle peut être ralentie et prévenue.

L'exclusion actuelle du vieillissement en tant que maladie signifie que les médecins hésitent à prescrire des médicaments qui peuvent potentiellement donner aux gens de nombreuses années de vie en meilleure santé.

Nous devons donc déclarer que le vieillissement est une maladie ou du moins un état médical traitable.

C'est très différent de notre compréhension actuelle, car aujourd'hui nous considérons le vieillissement comme inévitable, mais vous dites qu'il ne l'est pas et que nous pouvons le traiter, le retarder et même l'inverser. C'est une proposition radicale, n'est-ce pas ?

C'est radical, mais c'est aussi radical de voler dans un avion ou d'utiliser des antibiotiques et des ordinateurs.

C'est la voie à suivre pour l'humanité.
Si nous voulons faire des progrès significatifs en matière de médecine et de longévité, même si nous guérissons toutes les maladies aujourd'hui, l'amélioration moyenne de l'espérance de vie ne sera guère supérieure à deux ans. Nous devons faire mieux.

Avant de poursuivre, j'aimerais que vous développiez une chose que vous avez dite : que, en laboratoire, vous avez pu inverser le vieillissement.

Nous cherchions un moyen d'éliminer l'épigénome, de polir les rayures sur le CD.

Nous avons examiné de nombreux gènes pour voir si nous pouvions inverser le vieillissement en toute sécurité.

Nous n'avons pas réussi pendant de nombreuses années et avons même fini par provoquer le cancer de cellules en laboratoire.

Mais nous avons découvert trois gènes, appelés facteurs de Yamanaka, qui peuvent inverser le vieillissement sans que les cellules ne perdent leur identité.

Cela a été fait sur des cellules de peau et des cellules nerveuses humaines.

Nous l'avons ensuite testé sur des rats dont les nerfs optiques étaient endommagés et nous avons pu restaurer leur vision en rajeunissant les nerfs optiques.

Et cela pourrait-il être appliqué aux humains à l'avenir ?

Il y a des investisseurs qui le pensent. Je leur ai parlé au téléphone ce matin.

Les deux années d'études d'innocuité chez les rongeurs ont été prometteuses et nous passerons aux premiers essais sur l'homme dans les deux ou trois prochaines années pour voir si nous pouvons guérir la cécité chez l'homme.

Nous parlions de changements de style de vie. Mais des médicaments sont à l'étude pour retarder le vieillissement, non ? Qu'est-ce que la science a découvert jusqu'à présent et qu'est-ce qui est à l'étude ?

Il existe des molécules, tant naturelles que synthétiques, qui semblent prometteuses pour retarder le vieillissement et prolonger la vie chez les animaux et même dans les études humaines.

Et au moins deux d'entre eux sont des médicaments qui sont sur le marché.

Il existe de bonnes preuves pour l'un de ces médicaments, la metformine, qui est administrée aux personnes atteintes de diabète de type 2.

Des signes prometteurs montrent que les personnes atteintes de diabète vivent plus longtemps que les personnes non atteintes de la maladie. Une étude porte aujourd'hui sur des dizaines de milliers de personnes ayant pris de la metformine et sur les taux de cancer, de maladies cardiaques et de la maladie d'Alzheimer.

Que cherchons-nous ici : vivre éternellement ?

Non (rires) Quel est le but de la recherche médicale ?

Pour nous faire vivre plus longtemps et en meilleure santé ?

Oui, c'est la même chose ici.

La différence est que nous nous attaquons aux causes profondes des maladies, au lieu de les panser une fois qu'elles sont apparues.

Et en s'attaquant aux causes profondes, l'impact sera plus important. Et ce sera pour tout le corps.

l ne faut pas se contenter de ralentir le vieillissement du cœur et de laisser vieillir le cerveau, car on se retrouve avec plus de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Nous avons besoin d'une approche qui permette à toutes les parties du corps de rester en bonne santé plus longtemps. Et c'est l'approche que j'adopte.

Quel serait l'impact de ces innovations pour la société dans son ensemble ?

Il y a les avantages individuels d'être en bonne santé à 90 ans et plus, de pouvoir mener plusieurs carrières, de pouvoir jouer avec ses arrière-petits-enfants, de ne pas être une charge pour ses enfants.

L'autre avantage est économique.

Mes collègues, moi-même et certains économistes de Londres estimons que, rien qu'aux États-Unis, l'allongement de l'espérance de vie de seulement deux ans ajouterait 86 000 milliards de dollars de valeur à l'économie au cours des prochaines décennies, et si nous prolongeons la vie en bonne santé de dix ans, ce serait 300 000 milliards de dollars.

  • Comment les laboratoires de virologie sont contrôlés et pourquoi la menace biologique est à prendre au sérieux
Cette valeur proviendrait du fait que les gens ne sont pas malades. Aux États-Unis, des milliers de milliards de dollars sont dépensés pour le traitement des maladies, comme j'aime l'appeler, plutôt que pour les soins médicaux. Cet argent peut transformer la société en étant utilisé pour l'éducation et la lutte contre le changement climatique, par exemple.

Ce secteur a été évalué par Merrill Lynch à des dizaines de milliards de dollars et pourrait bientôt atteindre des centaines de milliards. Pourquoi tant d'argent et d'intérêt sont-ils investis dans ce secteur ?

C'est l'un des plus grands besoins non satisfaits dans le monde. Il n'y a pas une personne sur la planète qui ne bénéficierait pas de ces avancées, pas même les enfants.

La possibilité de renforcer les défenses naturelles de l'organisme contre les maladies révolutionnerait le monde et permettrait à l'économie mondiale d'économiser des milliards de dollars au cours des prochaines décennies.

Elle créerait un monde qui serait aussi différent du monde d'aujourd'hui que le nôtre l'est du monde qui existait avant les antibiotiques.

Vous êtes impliqué dans certaines entreprises qui développent des produits et des services visant à ralentir ou à inverser le vieillissement. Ne craignez-vous pas que cela vous fasse passer pour quelqu'un qui cherche à faire du profit dans ce domaine, plutôt que pour un simple chercheur dont le but est de nous aider à vivre plus longtemps et en meilleure santé ?

Mon objectif est de rendre les gens plus sains. Et la seule façon de fabriquer des médicaments est de constituer des équipes pour les développer.

C'est ce que je fais.

Ne pourrais-je pas faire cela en tant que chercheur plutôt qu'en tant qu'entrepreneur ?

Non. Il faut des millions de dollars pour fabriquer un seul médicament.

Mais ne pensez-vous pas que votre participation à ces entreprises pourrait rendre certaines personnes méfiantes à l'égard de la science que vous diffusez ?

Ma science se suffit à elle-même. Il n'a jamais été prouvé que c'était faux.