Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 05Article 621997

BBC Afrique of Tuesday, 5 October 2021

Source: www.bbc.com

Saddam Hussein : comment l’ancien président irakien a ordonné d'écrire un Coran avec son propre sang

Saddam Hussein Saddam Hussein

À la fin des années 1990, Saddam Hussein a contacté un calligraphe avec une étrange demande.

Commandé par le président irakien de l'époque, qui a dirigé le pays de 1979 jusqu'à l'invasion américaine en 2003, il consistait en une copie du Coran, mais pas fait avec de l'encre ordinaire : il la voulait écrite avec son propre sang.

Selon les récits de l'époque, chaque semaine régulièrement pendant deux ans, Saddam offrait son bras à une infirmière pour qu'elle prélève suffisamment de sang pour remplir son objectif.

Le montant - ainsi que de nombreux autres détails qui ornent cette histoire - est contesté, mais les versions les plus fréquemment répétées disent que2 à 4 litres de son sang ont été utilisés pour écrire les 605 pages divisées en 114 chapitres (ou sourates) que composent le texte sacré des musulmans.

Une fois terminé, l'ouvrage a été présenté "en grande pompe", raconte à BBC Mundo Joseph Sassoon, directeur du Center for Contemporary Arab Studies de l'université de Georgetown, aux États-Unis, et auteur de "Saddam Hussein's Baath Party : Inside of an autoritarian regime ".

"Saddam en était très fier, et il a pris de nombreuses photos avec ce Coran", déclare Samuel Helfont, professeur de stratégie et de politique à la Naval Graduate School de Californie, aux États-Unis.

L'œuvre (pages séparées) a été exposée dans une grande mosquée de Bagdad alors connue sous le nom de "Mère de toutes les batailles", un bâtiment avec quatre minarets en forme de missiles Scud également commandés par Saddam.

La télévision et la presse irakiennes - ainsi que certains médias internationaux - ont couvert l'événement.

Ils ont rapporté que le dirigeant irakien de l'époque avait commandé cette édition spéciale pour remercier Dieu de l'avoir gardé en sécurité après de nombreuses "conspirations et dangers" au cours de sa longue carrière politique.

"Ma vie a été en proie à des dangers où j'aurais dû perdre beaucoup de sang... mais comme je n'ai que très peu saigné, j'ai demandé à quelqu'un d'écrire les paroles de Dieu avec mon sang en signe de gratitude", a déclaré Saddam Hussein dans une lettre publiée par les médias officiels.

Il y a ceux qui disent qu'il l'a fait parce qu'il traversait une crise personnelle, d'autres que pour remercier Dieu d'avoir sauvé son fils Uday, qui a survécu à un attentat en décembre 1996.

Au lieu de cela, Sassoon pense que les raisons étaient différentes.

Fausse religiosité

Le 'Coran de sang' est un exemple de la façon dont les dictateurs sont prêts à s'accommoder de tout pour servir leurs objectifs, y compris la religion", explique l'universitaire.

"Dans les années 1990, à la fin de la guerre avec l'Iran, Saddam se rend compte que la religiosité iranienne va continuer à se répandre en Irak. Il a dit ouvertement que le parti Baas commençait à perdre sa jeunesse à cause de l'intégrisme", dit-il.

"Je ne pense pas qu'il soit vraiment devenu plus religieux. Il a commencé à prétendre qu'il l'était pour des raisons politiques."

"Il a fait construire des mosquées, une université très importante ou ce qu'il a appelé l'Institut pour l'enseignement du Coran, et bien sûr c'était une idée brillante de son point de vue, car il a estimé que s'il pouvait faire adhérer des membres du parti, qui pouvaient apprendre à expliquer le Coran de la manière qui lui convenait en tant que leader, alors il lui serait beaucoup plus facile de contrôler les masses avec le langage de la religion".

Un autre exemple donné par l'universitaire de la façon dont, selon lui, Saddam Hussein a modifié son comportement pour parvenir à ses fins concerne sa position à l'égard des femmes.

"Quand il est arrivé au pouvoir en 1968, il se moquait des traditions, poussait les femmes à voter, les droits des travailleurs et l'éducation", dit-il.

"C'était un vrai défenseur du rôle des femmes dans la société, mais en 1990 il a changé de ton et a commencé à dire que la place des femmes était le foyer, pour avoir le plus d'enfants possible", explique l'universitaire.

Le changement était dû, selon l'universitaire, à deux raisons : "la ferveur religieuse s'étendait et le taux de chômage élevé, poussé par le fait qu'après la guerre avec le Koweït ils ont tué 700 000 soldats".

Il était dans l'intérêt de Saddam de libérer les emplois que les femmes avaient occupés pendant la guerre (comme cela s'est produit en Europe après la Première Guerre mondiale) afin de réduire le chômage et d'apaiser les tensions sociales, dit l'expert.

24 litres de son sang ?

Le sang "a été mélangé avec des substances chimiques pour pouvoir être utilisé comme encre", explique Helfont à BBC Mundo.

Mais était-ce vraiment le sang de Saddam ?

Sassoon pense qu'il est possible qu'il ait contribué à une partie, mais doute que tout le sang soit le sien étant donné le volume requis pour écrire un texte de tant de pages.

Si l'on tient compte du fait quele montant maximum à donner pour un homme est de 470 millilitres quatre fois par an, collecter suffisamment de sang sur une période de deux ou trois ans comme le dit la version officielle est impossible.

De plus, "il était très phobique sur beaucoup de choses", précise l'expert.

Et à titre d'exemple, il mentionne qu'il ne serrait généralement pas la main de ceux qui lui rendaient visite dans le palais ou les étreignait de la manière traditionnelle.

"Il avait toujours peur d'attraper la grippe, et lorsqu'il se rendait à un dîner ou à une réception, il ne mangeait ni ne buvait rien de ce qui lui était offert. Il avait son propre chef dans le palais, et il avait un laboratoire qui analysait toute nourriture pour le poison".

"Je ne peux donc pas dire catégoriquement oui ou non, mais les chances qu'il ait donné autant de sang sont très minces."

Le grand dilemme : le détruire ? Le cacher ?

Après la chute de Saddam Hussein en 2003, le Coran de sang a été gardé sous clé, protégé par trois portes voûtées au sein de la même mosquée rebaptisée "Mère de toutes les villes" (pour effacer son association avec l'ancien président).

Chaque page était placée dans une boîte en verre pare-balles.

Il faut trois clés pour accéder au Coran et elles ne sont pas stockées au même endroit.

"J'en ai une, le chef de la police de la région en a une autre et il y en a une troisième dans une autre partie de Bagdad", a déclaré à un journaliste du journal britannique The Guardian la personne qui a fait office de gardien du texte.

Le calligraphe Abbas Shakir Joudi a quitté l'Irak et, jusqu'à il y a au moins une décennie, il vivait dans l'État de Virginie, aux États-Unis.

Mais alors que de nombreux monuments honorant Saddam ont été supprimés et que les noms de nombreux bâtiments qui lui sont associés ont été modifiés afin d'effacer son héritage,le livre, étant sacré, pose un dilemme.

"Il est dans un vide théologique", a déclaré Helfont à BBC Mundo.

"D'une part, il est considéré comme blasphématoire par la plupart des érudits religieux (le sang est considéré comme impur, une fois sorti du corps). Il n'y a pas de tel précédent dans l'histoire islamique."

"D'un autre côté, dans la tradition islamique, le Coran est la parole de Dieu, vous ne pouvez donc pas le détruire", dit-il.

Pour le moment, le mieux semble être de le laisser où il était : n'étant pas en vue, il perd de sa pertinence, ajoute-t-il.

Bien qu'à ce stade, il vaut la peine de se demander s'il est toujours là, caché au cœur de la mosquée de Bagdad.

Les derniers témoignages de ceux qui ont eu accès au texte et qui confirment qu'au moins certaines pages étaient sur le site datent d'au moins 17 ou 18 ans, très peu de temps après l'arrivée des forces américaines en Irak.

Certains disent qu'il a été vendu en secret, peut-être à l'Arabie saoudite. Certains pensent qu'il appartient à une fille de Saddam qui vit en Jordanie. Mais il n'y a aucune preuve de cela.

L'écrivain français Emmanuel Carrère et le journaliste Lucas Menget sont partis pour Bagdad en 2018 dans le but de trouver le livre.

Comme vous pouvez l'imaginer, ils n'y sont pas parvenus.


  • Découvrez la mosquée massive rénovée une fois par an