Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 11Article 622822

BBC Afrique of Monday, 11 October 2021

Source: www.bbc.com

'Mokele-mbembe', le monstre du Loch Ness du Congo

Mokele-mbembe Mokele-mbembe

La recherche du monstre du Loch Ness en Écosse est mondialement connue. La chasse à une créature similaire, le Mokele-mbembe, réputée vivre dans le nord du Congo-Brazzaville, est beaucoup moins connue. Mais les preuves sont-elles solides ?

"J'ai vérifié les cartes, et les données sur les cartes étaient blanches. Il était indiqué "données insuffisantes pour délimiter le terrain". Eh bien ça m'a eu !", raconte le Dr Roy Mackal, biologiste retraité de l'Université de Chicago.

"C'est la fin du monde. Cela vous donne l'impression de survivre à une époque préhistorique".

Dans les années 1980, le Dr Mackal a dirigé deux équipes d'expédition dans la vaste région des marais et de la forêt tropicale de la Likouala, au Congo, habitée par des pygmées, à la recherche de cette créature mystérieuse - la version africaine du monstre du Loch Ness en Écosse.

Le Mokele-mbembe est réputé être une grande créature ressemblant à un reptile, avec un long cou et une longue queue.

Bien qu'il soit herbivore, on dit qu'il rugit de manière agressive s'il est approché par des humains. Certains disent qu'il possède une seule corne, dont il se sert pour tuer les éléphants.

Au fil des ans, de nombreux explorateurs occidentaux ont été saisis par la possibilité alléchante de découvrir une créature - redoutable de surcroît - qui est restée jusqu'à présent inconnue de la science.

À ce jour, plus de 50 expéditions ont été menées dans la région, mais aucune preuve scientifique n'a été apportée, si l'on excepte la grande empreinte en forme de griffe enregistrée par un missionnaire français en 1776, et par un certain nombre d'autres depuis.

Les seules images photographiques sont si floues qu'elles ne prouvent rien.

Mais les rapports de témoins oculaires ne manquent pas.

"J'étais dans un bateau sur la rivière quand j'ai vu Mokele-mbembe. Il s'est mis à nous pourchasser. Mokele-mbembe est sorti de l'eau", raconte un homme à la BBC. "Nous avons couru, sinon il nous aurait tués".

Paul Ohlin, un agent de développement communautaire qui a passé plus de 10 ans à vivre avec les Bayaka au Congo et en République centrafricaine, juste au nord, affirme que les habitants de la région ne doutent pas de l'existence de la créature.

"Quand les gens sont assis autour du feu de camp, ils parlent du Mokele-mbembe - c'est une réalité de la vie quotidienne", dit-il.

En même temps, il souligne leur "connexion spirituelle" et leur "relation mystique" avec lui.

"La façon dont ils voient le monde est un peu différente de la façon dont vous et moi le voyons", déclare Paul.

Mais leurs récits de témoins oculaires doivent être pris au sérieux, selon lui.

"Il est certain que la mythologie l'entoure", déclare Adam Davies, un Britannique qui consacre son temps libre et son argent à parcourir le monde à la recherche d'espèces non documentées, et qui est allé deux fois en Afrique sur la piste du Mokele-mbembe.

"Mais quand vous posez la question aux gens : "Est-ce une vraie créature ?", ils deviennent assez effrontés... et ils sortent systématiquement des descriptions physiques."

"Ne rejetez jamais les récits tribaux en vous basant sur le fait qu'ils doivent dire des bêtises parce qu'ils sont tribaux - ce n'est pas correct et c'est même un manque de respect", dit-il.

Disneyland

Le domaine de la cryptozoologie - la recherche de grandes espèces non prouvées - s'étend bien au-delà des domaines de la science traditionnelle.

Mais ceux qui croient en l'existence de Mokele-mbembe soulignent que certains animaux autrefois écartés par la science se sont révélés être réels.

L'exemple le plus souvent cité est celui de l'okapi, un mammifère aux sabots fendus et aux pattes zébrées, qui vit en République démocratique du Congo, juste à l'est du Congo-Brazzaville.

Au XIXe siècle, les Occidentaux présents en Afrique parlaient de l'existence d'une "licorne africaine" et l'explorateur Henry Morton Stanley - qui avait déjà retrouvé la trace du missionnaire disparu, le Dr David Livingstone - a rapporté avoir vu un mystérieux animal ressemblant à un âne lors d'un voyage au Congo à la fin des années 1880.

Ce n'est qu'en 1901 que l'okapi a été correctement documenté et identifié comme un parent de la girafe.

"Je placerais Mokele-mbembe dans la même catégorie que le monstre du Loch Ness", indique Bill Laurance, professeur à l'université James Cook en Australie, biologiste de la conservation et expert des forêts tropicales humides.

"Mon intuition me dit que la probabilité que cette créature existe réellement aujourd'hui est faible."

"Cependant, une chose que l'on apprend très tôt dans les sciences, c'est qu'il ne faut jamais dire jamais. Nous continuons à découvrir de nouvelles espèces en permanence."

La région de la Likouala, au nord-est du Congo Brazzaville, est le genre d'endroit qu'il est facile d'imaginer renfermant des mystères cachés. Les représentants du gouvernement congolais affirment que 80 % de ses 66 000 km² sont inexplorés. Il s'agit en grande partie d'une forêt dense, souvent inondée, qui fait partie de la deuxième plus grande forêt tropicale du monde.

"L'idée d'une créature très rare, vivant dans une région très éloignée et de grande taille, n'est pas du tout invraisemblable", avance Adam Davies.

Mais certains s'interrogent sur les motivations des Congolais qui promeuvent l'existence de la créature.

L'écrivain américain Rory Nugent, qui s'est rendu au Congo à la recherche du Mokele-mbembe et a écrit un livre sur son expérience, Drums Along the Congo, affirme avoir vu "une élégante courbe française se déplacer dans l'eau".

Il pense qu'il pourrait s'agir de la tête de la célèbre créature, mais il est aussi profondément sceptique.

"Les guides criaient à propos d'une bête divine. Si cela faisait partie du spectacle, si quelqu'un nageait sous l'eau avec des nageoires en poussant un morceau de carton à travers le lac, je ne pourrais pas vous le dire."

Emmener des étrangers en expédition pour tenter de trouver le Mokele-mbembe est une bonne "opération lucrative" pour les personnes impliquées, ajoute-t-il.

M. Nugent craint qu'un jour une sorte de "Disneyland Congo" ne soit créé dans la région - semblable au piège à touristes autour du Loch Ness - avec des scientifiques et des touristes du monde entier allant et venant.

Nouvelles espèces

Ceux qui croient en l'existence du Mokele-mbembe affirment qu'en y consacrant davantage de temps et de ressources, on finira par en retrouver un.

Mais la découverte de la créature pourrait-elle être un anti-climax ? Le mystère est peut-être ce que nous apprécions le plus.

"Je pense qu'il y a un besoin fondamental ou une volonté d'entretenir des possibilités juste hors de notre portée", explique Jacqueline Woolley, professeur de psychologie à l'université du Texas.

"Il y a l'excitation de croire que ce qui semble impossible ou improbable pourrait potentiellement exister".

Selon elle, pour que la croyance en des créatures comme le Mokele-mbembe s'installe, elles "ne peuvent pas être trop farfelues et extravagantes - elles doivent être similaires à des entités réelles", mais ne varier que sur un ou deux points.

"Je suis conscient de mon parti pris", admet le Dr Mackal, qui a maintenant plus de 80 ans. "Je suis intéressé par la découverte d'espèces animales inconnues".

"Mais je pense que les Mokele-mbembe existent toujours, et il n'y en a pas qu'un seul - ils se reproduisent", soutient-il.

"A 86 ans, j'aimerais beaucoup être en vie si et quand ces animaux seront découverts".