Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 04Article 621733

BBC Afrique of Monday, 4 October 2021

Source: www.bbc.com

Les prix alimentaires mondiaux ont grimpé de près de 33 % en septembre 2021

Des produits alimentaires Des produits alimentaires

Les prix alimentaires mondiaux ont grimpé de près de 33 % en septembre 2021 par rapport à la même période de l'année dernière. C'est ce que révèle l'indice mensuel des prix alimentaires de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO, qui a également constaté que les prix mondiaux ont augmenté de plus de 3 % depuis juillet, atteignant des niveaux jamais vus depuis 2011.

L'indice des prix alimentaires est conçu pour enregistrer le résultat des variations combinées d'une série de produits alimentaires, notamment les huiles végétales, les céréales, la viande et le sucre, et les comparer d'un mois à l'autre. Il convertit les prix actuels en un indice, par rapport aux niveaux de prix moyens entre 2002 et 2004.

Il s'agit de la source standard pour le suivi des prix alimentaires, les prix nominaux, comme on les appelle, ce qui signifie qu'ils sont ajustés en fonction de l'inflation .

Alors que les prix nominaux nous indiquent le coût monétaire de l'achat de denrées alimentaires sur le marché, les prix ajustés en fonction de l'inflation (ce que les économistes appellent les prix "réels") sont beaucoup plus pertinents pour la sécurité alimentaire : la facilité avec laquelle les gens peuvent avoir accès à leur propre alimentation.

Les prix de tous les produits et services ont tendance à augmenter plus rapidement que le revenu moyen (mais pas toujours).

L'inflation signifie que les consommateurs doivent non seulement payer davantage par unité de nourriture (en raison de l'augmentation du prix nominal), mais qu'ils ont proportionnellement moins d'argent à dépenser pour celle-ci, étant donné l'augmentation parallèle des prix de tout le reste, à l'exception de leurs salaires et autres revenus.

En août dernier, j'ai analysé l'indice des prix alimentaires de la FAO ajusté en fonction de l'inflation et j'ai constaté que les prix alimentaires réels mondiaux étaient plus élevés qu'en 2011 , lorsque des émeutes de la faim ont contribué au renversement des gouvernements en Libye et en Égypte.

Sur la base des prix réels, il est aujourd'hui plus difficile d'acheter des denrées alimentaires sur le marché international qu'au cours de presque toutes les autres années depuis que les Nations unies ont commencé à tenir des registres en 1961.

Les seules exceptions sont 1974 et 1975. Ces flambées des prix alimentaires ont eu lieu après la flambée des prix du pétrole en 1973, qui a généré une inflation rapide dans divers secteurs de l'économie mondiale, y compris la production et la distribution alimentaires.

Alors, qu'est-ce qui pousse les prix des denrées alimentaires à atteindre des niveaux record ?

Les facteurs qui déterminent les prix alimentaires internationaux moyens sont toujours complexes.

Les prix des différents produits montent et descendent en fonction de facteurs universels, ainsi que de ceux qui sont spécifiques à chaque produit et à chaque région.

Par exemple, la hausse du prix du pétrole qui a débuté en 2020 a affecté les prix de tous les produits alimentaires de l'indice FAO, en augmentant les coûts de production et de transport des aliments.

La pénurie de main-d'œuvre résultant de la pandémie de covid-19 a réduit la disponibilité des travailleurs pour cultiver, récolter, transformer et distribuer les aliments, une autre raison universelle de la hausse des prix des produits de base.

En fait, le prix moyen réel des denrées alimentaires est en hausse depuis 2000, inversant la tendance à la baisse amorcée dans les années 1960.

Malgré les efforts déployés au niveau mondial, qui répondent en partie aux objectifs de réduction de la faim fixés par les objectifs du millénaire pour le développement et les objectifs ultérieurs de développement durable des Nations unies, les prix ont constamment rendu les aliments moins accessibles.

Aucun produit n'a été systématiquement responsable de la hausse moyenne des prix réels depuis 2000. Mais l'indice des prix des cultures d'huile comestible a augmenté de manière significative depuis mars 2020, principalement sous l'impulsion des prix de l'huile végétale qui ont grimpé en flèche à 16,9 % entre 2019 et 2020.

Selon les rapports de la FAO sur les récoltes, cette hausse est due à l'augmentation de la demande de biodiesel et à des conditions météorologiques défavorables.

L'autre catégorie d'aliments ayant le plus d'effet sur la hausse des prix des aliments est le sucre . Là encore, les intempéries, notamment les dégâts causés par le gel au Brésil, ont réduit l'offre et gonflé les prix.

Les céréales ont moins contribué à l'augmentation générale des prix, mais leur disponibilité dans le monde entier est particulièrement importante pour la sécurité alimentaire.

Le blé, l'orge, le maïs, le sorgho et le riz assurent au moins 50 % de l'alimentation mondiale, et jusqu'à 80 % dans les pays les plus pauvres.

Les stocks mondiaux entreposés de ces cultures diminuent depuis 2017, car la demande a dépassé l'offre. La baisse des stocks a contribué à stabiliser les marchés mondiaux, mais les prix ont fortement augmenté depuis 2019.

Encore une fois, les raisons derrière les fluctuations individuelles sont compliquées. Mais une chose qui mérite l'attention est le nombre de fois depuis 2000 où des conditions météorologiques "imprévisibles" et "défavorables" ont été signalées par la FAO comme une cause de "réduction des attentes en matière de récoltes", de "récoltes affectées par les conditions météorologiques" et de "déclin de la production".

Les Européens peuvent s'inquiéter du prix des pâtes lorsque les sécheresses au Canada réduisent les récoltes de blé. Mais alors que l'indice des prix réels des céréales se rapproche des niveaux qui ont transformé les émeutes du prix du pain en véritables soulèvements en 2011, il est urgent d'examiner comment les communautés des régions moins riches peuvent faire face à ces tensions, et éviter les émeutes .

Notre capacité technologique et notre organisation socio-économique ne peuvent pas gérer avec succès des conditions météorologiques imprévisibles et défavorables.

C'est le moment d'imaginer l'approvisionnement alimentaire dans un monde qui se réchaufferait de plus de 2 °C, un résultat qui est aujourd'hui considéré comme de plus en plus probable selon le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

La hausse des prix réduira la sécurité alimentaire, et s'il n'y a qu'une seule loi ferme en sciences sociales, c'est que les personnes affamées prendront des mesures radicales pour assurer leurs moyens de subsistance, en particulier là où les dirigeants sont perçus comme ayant échoué.

La hausse des prix réduira la sécurité alimentaire, et s'il n'y a qu'une seule loi ferme en sciences sociales, c'est que les personnes affamées prendront des mesures radicales pour assurer leurs moyens de subsistance, en particulier là où les dirigeants sont perçus comme ayant échoué.