Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 04Article 621721

BBC Afrique of Monday, 4 October 2021

Source: www.bbc.com

James Bond: les films de l'acteur sont-ils inspirés des activités de MI6 ?

James Bond James Bond

Enfin. Après des retards dus à une pandémie et un changement soudain de réalisateur, le dernier film de James Bond, tant attendu, sort sur les écrans. 'No Time to Die' est le 25e film de James Bond et la dernière sortie de Daniel Craig dans ce rôle.

Le fantasme de Bond a-t-il un quelconque rapport avec la vie du vrai MI6, l'agence d'espionnage extérieure de la Grande-Bretagne, plus connue sous le nom de Secret Intelligence Service (SIS)? Et peut-être plus important encore, quelle peut être la pertinence d'une agence d'espionnage à l'ère du numérique ?

"Je pense que la principale différence, explique Sam (nom fictif), c'est que nous sommes beaucoup plus collaboratifs que les personnages de Bond. Il est très rare, voire impossible, que vous sortiez seul, sans soutien. C'est une question d'équipe … vous avez toujours une équipe de sécurité autour de vous."

Sam est un officier de carrière du MI6 avec une expérience dans le contre-terrorisme, l'un des nombreux officiers de renseignement en activité que j'ai demandé à rencontrer et à interviewer avant la sortie du dernier Bond.

Bon, s'ils ne sont pas Bond, que font exactement les agents du MI6 dans la vie réelle, qu'ils soient basés dans leur quartier général de Thameside ou sur le terrain à l'étranger ?

"Il y a une énorme variété de rôles que vous pouvez occuper", dit Tara, qui ne porte pas non plus son vrai nom. "Il y a la gestion d'agents et le recrutement, nous avons besoin d'experts techniques, nous avons des équipes de communication, il y a un point fort sur la ligne de front. Ce n'est jamais une personne seule. Il y a très peu de ressemblance avec la réalité du travail au SIS. Je pense donc que si quelqu'un venait à vouloir faire cela, il se rendrait assez rapidement compte, au cours du processus de candidature, que ce n'est pas pour lui."

Armés ? Les agents du MI6 portent-ils parfois des armes à feu ? Je reçois la réponse officielle : "nous ne pouvons ni le confirmer ni le nier."

Mais un autre officier du MI6 m'a dit :"l'idée d'avoir un type qui se fraye un chemin à travers le monde en tirant sur les gens est un anathème absolu pour nous. Quelqu'un comme ça ne pourrait tout simplement pas passer la porte."

Mais prenez un peu de recul et considérez certaines des régions les plus dangereuses du monde où les collecteurs de renseignements britanniques à l'étranger sont susceptibles d'opérer, et il est difficile d'imaginer que, s'ils ne sont pas armés eux-mêmes, quelqu'un de très proche d'eux sera équipé et les surveillera.

À proprement parler, les agents du MI6 ne sont pas des agents. Ce sont des agents de renseignement qui, en première ligne, tentent de persuader les véritables agents - qui peuvent être des personnes bien placées, par exemple dans une cellule de planification d'attaques d'Al-Qaïda ou dans une installation de recherche nucléaire d'un État hostile - de voler des secrets vitaux au nom du gouvernement de Sa Majesté.

Ce sont les agents qui prennent les plus grands risques chaque jour, et il est clair que le MI6 se donne beaucoup de mal pour protéger leur identité et leur famille.

Je me demande donc jusqu'à quel point un agent de liaison peut être proche de son agent. Peuvent-ils être amis un jour ?

"Il y a une dépendance l'un envers l'autre", répond Tom, un autre agent en service. "Vous êtes responsable de la vie de quelqu'un, alors vous vous dites des choses qu'il ne veut peut-être pas entendre, vous pouvez avoir des conversations difficiles, mais il s'agit de sa sécurité."

"Les gens mettent leur vie en danger pour travailler avec nous", ajoute Tara. "Certains d'entre eux ne sont pas très risqués. Mais il y a une catégorie de personnes avec lesquelles nous avons le privilège de travailler, qui, si on découvrait qu'elles travaillent avec nous, seraient en grand danger. Elles pourraient perdre la vie, et nous prenons cela très au sérieux dès la première interaction avec cette personne".

Beaucoup de choses se sont passées dans le monde réel de l'espionnage au cours des six années qui se sont écoulées depuis le dernier film Bond, Spectre, en 2015. Le califat autoproclamé du groupe État islamique est arrivé et reparti, l'accord visant à contenir les ambitions nucléaires de l'Iran s'est pratiquement effondré et la Chine fait des bruits pour "reprendre" Taïwan. Il y a de quoi occuper le MI6.

Mais à une époque où presque tous nos actes laissent une empreinte numérique, y a-t-il encore une place pour le renseignement humain à l'ancienne, l'art traditionnel de persuader certaines personnes d'aider à voler les secrets d'autres personnes ?

"Si l'on considère le cycle de vie des données de bout en bout jusqu'à leur analyse, explique Emma, dont le nom n'a pas été modifié, responsable technique interne, des personnes sont impliquées à chaque étape de ce processus. Et ce sont ces relations que nous allons construire. Bien entendu, nous nous efforçons d'exploiter toutes ces technologies pour soutenir nos agents de renseignement sur le terrain."

Existe-t-il donc un véritable atelier rempli de gadgets dans les entrailles du quartier général du MI6 à Vauxhall Cross, à Londres ? Oui, apparemment.

"C'est assez différent de ce que l'on voit dans les films", explique Emma. "J'ai une équipe d'ingénieurs beaucoup plus importante qui travaille pour moi et qui fournit de nouvelles capacités. Et contrairement aux films, nous ne portons pas tous des blouses blanches et nous n'avons pas tous l'air de geeks. [Mais] en termes de gadgets, nous travaillons très étroitement avec les officiers de renseignement pour savoir ce qu'ils veulent".

Près de 60 ans se sont écoulés depuis le premier film Bond, Dr. No, en 1962, et 10 ans de plus depuis que l'auteur Ian Fleming a créé ce personnage de fiction après avoir travaillé pour les services de renseignement de la marine.

Depuis lors, la forme de l'espionnage a changé au point de devenir méconnaissable.

Aujourd'hui, certains officiers des échelons supérieurs du MI6 ont commencé leur carrière à une époque où les téléphones portables et l'internet n'existaient pas, sans parler des médias sociaux. Les dossiers étaient en grande partie conservés dans des coffres-forts et des classeurs en acier. Les données biométriques n'étaient pas encore utilisées et, officiellement, le MI6 n'a même pas existé avant 1994. À l'époque, il était encore relativement facile de faire passer une frontière à un agent de renseignement sous couverture et de le faire entrer dans un endroit hostile en utilisant une fausse identité et parfois, littéralement, une fausse barbe et des lunettes.

C'est plus difficile aujourd'hui, mais pas impossible. Prenez l'équipe du GRU russe qui s'est rendue sans entrave à Salisbury en 2018 afin, selon la Met Police, d'assassiner l'ancien officier du KGB Sergei Skripal.

Aujourd'hui, la révolution des données, complétée par la reconnaissance de l'iris, les données biométriques, l'IA, la cybernétique, le cryptage et l'informatique quantique, a fait la part belle à la technologie dans l'espionnage.

Mais l'intelligence humaine sera toujours indispensable, affirme Sir Alex Younger, qui a dirigé le MI6 pendant six ans jusqu'à l'année dernière. Son homologue fictif à l'écran, M, interprété par Ralph Fiennes dans No Time to Die, prévient de manière prophétique que "le monde s'arme plus vite que nous ne pouvons réagir".

C'est ce qui incite les hommes et les femmes du MI6 à se rendre au travail.