Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 13Article 623170

BBC Afrique of Wednesday, 13 October 2021

Source: www.bbc.com

Inégalité salariale : "les femmes ne gagnent pas autant que leurs maris", selon une nouvelle étude mondiale

Ces données ont été rassemblées par une organisation à but non lucratif Ces données ont été rassemblées par une organisation à but non lucratif

Selon une nouvelle étude mondiale sur la différence de revenus entre les couples, la réponse pour la plupart des femmes est non.

L'étude a examiné les données accessibles au public de 45 pays sur une période de quatre décennies - de 1973 à 2016 - pour la première enquête mondiale sur les inégalités salariales entre les sexes au sein des ménages.

Les chercheurs, le professeur Hema Swaminathan et le professeur Deepak Malghan, du Centre de politique publique de l'Indian Institute of Management de Bangalore, ont utilisé les données de 2,85 millions de ménages composés de couples hétérosexuels âgés de 18 à 65 ans.

Ces données ont été rassemblées par une organisation à but non lucratif, la Luxembourg Income Study (LIS).

"Les estimations conventionnelles de la pauvreté considèrent le ménage comme une unité", explique le professeur Swaminathan.

"L'hypothèse générale est qu'au sein d'un ménage, les revenus sont mis en commun et répartis de manière égale. Mais le ménage est souvent un lieu de grande inégalité, et nous voulions décortiquer cela."

Le rapport décrit le ménage comme une "boîte noire" car, selon le professeur Swaminathan, "nous ne regardons pas à l'intérieur". Mais comment le tableau changerait-il si nous regardions à l'intérieur ?"

Il est bien connu qu'il existe une inégalité entre les sexes en Inde dans la population active - il y a moins de femmes dans la population active en général, et celles qui le sont ont moins de chances d'occuper un emploi à temps plein.

Les professeurs Swaminathan et Malghan ont voulu évaluer la situation mondiale.

"Les pays nordiques, par exemple, sont présentés comme une lueur d'espoir pour l'égalité des sexes, mais qu'en est-il là-bas ? La répartition du travail - et des richesses au sein des foyers - est-elle égale ?", dit le professeur Swaminathan.

Les chercheurs ont classé les pays en fonction de l'inégalité globale et de l'inégalité au sein des ménages.

D'après leurs résultats, l'inégalité entre les sexes persiste dans les pays, dans le temps, et entre les ménages riches et pauvres.

"La vague de données la plus récente suggère que lorsque les deux membres du couple ont un emploi, il n'y a pas un seul pays, pas même dans les parties les plus riches ou les plus développées, où les épouses gagnent autant que leurs maris", indique le Pr Malghan.

"Même dans les pays nordiques, qui présentent les plus faibles niveaux d'inégalité entre les sexes au monde, nous avons constaté que la part des femmes est inférieure à 50 % partout."

Certaines des raisons pour lesquelles les femmes gagnent moins sont universelles. Les hommes sont culturellement considérés comme les soutiens de famille, tandis que les femmes sont considérées comme des femmes au foyer.

De nombreuses femmes font une pause - ou même quittent le travail rémunéré - après la naissance d'un enfant.

L'écart de rémunération entre les sexes et l'inégalité des salaires (payer les femmes moins que les hommes pour le même travail) restent une réalité dans de nombreuses régions du monde.

Et les tâches ménagères et les soins non rémunérés restent encore largement l'apanage des femmes.

Selon un rapport de l'Organisation internationale du travail de 2018, à l'échelle mondiale, les femmes effectuent 76,2 % du total des heures de soins non rémunérés, soit plus de trois fois plus que les hommes. En Asie et dans le Pacifique, ce chiffre s'élève à 80 %.

Selon le rapport, le travail de soins non rémunéré est "le principal obstacle empêchant les femmes d'entrer, de rester et de progresser dans la population active".

Selon les chercheurs, le revenu plus faible d'une femme peut avoir des conséquences au-delà de l'aspect économique, en affectant la dynamique de genre dans le ménage et en désavantageant les femmes.

"La contribution de l'épouse en tant que femme au foyer est invisible, alors que l'argent liquide est visible. Ainsi, une femme qui gagne un salaire, qui apporte de l'argent dans la cagnotte familiale, jouit d'un certain statut. Cela renforce sa capacité d'action et lui donne une voix au sein du foyer", explique le professeur Swaminathan.

"L'augmentation de ses revenus accroît son pouvoir de négociation, lui donne un outil de négociation, voire l'aide à sortir d'une situation abusive en lui donnant une option de repli."

Selon le professeur Malghan, cet écart a également un impact sur la sécurité financière à long terme, car les femmes ont moins d'épargne et d'accumulation de patrimoine et ont accès à des revenus réduits dans leur vieillesse, les politiques de retraite étant liées aux revenus.

Il y a cependant une lueur d'espoir dans le rapport : l'inégalité intra-ménage a diminué de 20 % entre 1973 et 2016 - les quatre décennies étudiées par les chercheurs.

"Dans la plupart des régions du monde, le développement et la croissance économiques ont eu lieu et la participation des femmes à la population active a augmenté", explique le professeur Swaminathan. "Dans de nombreuses régions du monde, des politiques plus favorables aux femmes ont permis de réduire l'écart. Il y a eu des mouvements en faveur d'un salaire égal pour un travail égal. Tout cela a conduit à une réduction de l'écart."

Mais malgré cette baisse, les niveaux actuels restent importants et l'écart, selon elle, doit être davantage réduit.

"Les gouvernements ne joignent pas le geste à la parole. Les entreprises ne recrutent pas suffisamment de femmes, qui sont pénalisées pour les tâches de soins et les tâches ménagères non rémunérées. Nous devons donc nous demander si le travail des femmes est reconnu. Existe-t-il des politiques favorables aux familles et aux enfants ? Nous avons également besoin d'hommes mieux élevés qui partageront la charge des tâches non rémunérées.

"Les gouvernements et les sociétés peuvent faire beaucoup. Il n'est pas nécessaire que les choses se passent ainsi."