Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 06Article 622171

BBC Afrique of Wednesday, 6 October 2021

Source: www.bbc.com

Facebook nuit aux enfants et affaiblit la démocratie selon une ancienne employée

L'ex employée de Facebook L'ex employée de Facebook

Une ancienne employée de Facebook a déclaré à des responsables politiques américains que les sites et les applications de l'entreprise nuisent à la santé mentale des enfants et alimentent les divisions au sein de la société.

Frances Haugen, 37 ans, ancienne chef de produit devenue lanceuse d'alerte, a vivement critiqué l'entreprise lors d'une audition au Sénat.

Facebook fait l'objet d'une surveillance croissante et de plus en plus d'appels à sa régulation.

Le fondateur Mark Zuckerberg a riposté en déclarant que les dernières accusations allaient à l'encontre des objectifs de l'entreprise.

Dans une lettre adressée au personnel, il a déclaré que nombre de ces allégations étaient "illogiques" et a souligné les efforts déployés par Facebook pour lutter contre les contenus préjudiciables.

"Nous nous soucions profondément de questions telles que la sécurité, le bien-être et la santé mentale", a-t-il déclaré dans la lettre, rendue publique sur sa page Facebook. "Il est difficile de voir une couverture qui déforme notre travail et nos motivations."

Facebook est le site de médias sociaux le plus populaire au monde. La société affirme compter 2,7 milliards d'utilisateurs actifs mensuels. Des centaines de millions de personnes utilisent également les autres produits de l'entreprise, notamment WhatsApp et Instagram.

Mais elle a été critiquée sur plusieurs fronts, qu'il s'agisse de ne pas protéger la vie privée des utilisateurs ou de ne pas faire assez pour stopper la propagation de la désinformation.

Mme Haugen a déclaré dimanche à CBS News qu'elle avait partagé un certain nombre de documents internes de Facebook avec le Wall Street Journal au cours des dernières semaines.

À partir de ces documents, le WSJ a rapporté que des recherches menées par Instagram montraient que l'application pouvait nuire à la santé mentale des filles.

Un thème que Mme Haugen a poursuivi lors de son témoignage mardi. "Les dirigeants de l'entreprise savent comment rendre Facebook et Instagram plus sûrs, mais ne feront pas les changements nécessaires parce qu'ils ont fait passer leurs profits astronomiques avant les gens", a-t-elle déclaré.

Elle a reproché à Mark Zuckerberg d'avoir un contrôle étendu, affirmant qu'il n'y a "personne actuellement pour tenir Mark responsable, sauf lui-même."

Et elle a fait l'éloge de la panne massive des services Facebook lundi, qui a touché les utilisateurs du monde entier.

"Hier, nous avons vu Facebook retiré d'internet", a-t-elle déclaré. "Je ne sais pas pourquoi il a été mis hors service, mais je sais que pendant plus de cinq heures, Facebook n'a pas été utilisé pour approfondir les divisions, déstabiliser les démocraties et faire en sorte que les jeunes filles et les femmes se sentent mal dans leur corps."

La réponse, a-t-elle dit aux sénateurs, est la surveillance par le Congrès. "Nous devons agir maintenant", a-t-elle ajouté.

M. Zuckerberg, dans sa lettre, a déclaré que la recherche sur Instagram avait été mal décrite et que de nombreux jeunes avaient des expériences positives de l'utilisation de la plate-forme. Mais il a ajouté qu'"il est très important pour moi que tout ce que nous construisons soit sûr et bon pour les enfants".

Concernant la panne de lundi, il a déclaré que la préoccupation majeure n'était pas "le nombre de personnes qui se tournent vers des services concurrents ou la quantité d'argent que nous perdons, mais ce que cela signifie pour les personnes qui comptent sur nos services pour communiquer avec leurs proches, gérer leurs affaires ou soutenir leurs communautés".

Les sénateurs républicains et démocrates se sont unis mardi sur la nécessité d'un changement au sein de l'entreprise - un rare sujet d'accord entre les deux partis politiques.

"Les dommages à l'intérêt personnel et à l'estime de soi infligés par Facebook aujourd'hui vont hanter une génération", a déclaré le sénateur démocrate Richard Blumenthal.

"Big Tech est maintenant confrontée au moment de vérité de Big Tobacco", a-t-il ajouté, en référence à la façon dont les fabricants de tabac cachaient les effets nocifs de leurs produits.

Son collègue républicain Dan Sullivan a déclaré que le monde regarderait en arrière et se demanderait "Mais à quoi pensions-nous ?" à la lumière des révélations sur l'impact de Facebook sur les enfants.

Dans une déclaration publiée après l'audience, Facebook a déclaré qu'il n'était pas d'accord avec la "caractérisation des nombreux problèmes sur lesquels elle a témoigné" de Mme Haugen. Mais il a reconnu qu'"il est temps de commencer à créer des règles standard pour l'internet".

"Cela fait 25 ans que les règles de l'internet n'ont pas été mises à jour, et au lieu d'attendre de l'industrie qu'elle prenne des décisions sociétales qui appartiennent aux législateurs, il est temps que le Congrès agisse", peut-on lire dans la déclaration.


"Zuckerberg est ébranlé"

Analyse de James Clayton, reporter technologie pour l'Amérique du Nord

Le blog de Mark Zuckerberg est long et réfléchi. Il ne nomme pas Frances Haugen, mais il est clair qu'il a été ébranlé.

Son principal argument est que les recherches qu'elle a divulguées ont été déformées à la fois par elle et par les médias. Il affirme que les recherches internes négatives ont été sélectionnées et que les conclusions positives ont été balayées.

Il est intéressant de noter qu'il pense que cet épisode pourrait avoir un effet dissuasif sur la recherche interne dans les entreprises, craignant que de mauvaises conclusions ne soient un jour divulguées.

Mais il y a bien sûr une solution simple à ce problème. Publier les données.

Facebook et les autres entreprises de médias sociaux ne sont pas obligés de faire de la recherche interne ; ils pourraient laisser leurs données être analysées indépendamment.

Pour être juste envers Facebook, l'entreprise donne un certain accès aux chercheurs. Toutefois, seul Facebook dispose de l'ensemble des données sur les utilisateurs nécessaires pour analyser pleinement son impact sur la société.

Ses arguments aussi sont parfois trop simplifiés. Pourquoi voudrions-nous mettre les gens en colère, demande-t-il.

Je suis sûr qu'il ne le pense pas. Mais il a été prouvé à maintes reprises que les médias sociaux qui provoquent une émotion, qu'il s'agisse du rire, de l'amour ou de la colère, suscitent davantage d'engagement.

Zuckerberg croit passionnément que Facebook est une force du bien. Il devient de plus en plus difficile de trouver des gens au Capitole qui pensent cela.