Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 05Article 621943

BBC Afrique of Tuesday, 5 October 2021

Source: www.bbc.com

Covid : va-t-on vers la publication de la composition du vaccin ?

Des discussions sont ouvertes sur la possibilité de la publication de la composition des vaccins cov Des discussions sont ouvertes sur la possibilité de la publication de la composition des vaccins cov

Les souvenirs de ce qui s'est passé lors de la propagation du VIH (et du sida) sont toujours présents chez la professeure algérienne Maryam Mourad, après près de trente ans.

A l'époque, la jeune Maryam était médecin résident dans un hôpital parisien, elle participait au traitement de nombreux patients qui avaient contracté l'infection, et suivait en détail les discussions et les problèmes qui eurent lieu pendant cette période, lorsque la maladie s'est propagée aux États-Unis d'Amérique et en Europe.

L'une des questions auxquelles ils ont été confrontés après avoir proposé des médicaments et des traitements pour la maladie : les entreprises devraient-elles ou non renoncer aux droits de propriété sur les médicaments qu'elles ont développés ?

À l'époque, l'Afrique du Sud menait une bataille contre les géants de l'industrie pharmaceutique occidentale pour arracher l'accès aux coûteux médicaments contre le sida qu'ils produisent, afin de traiter des millions de ses citoyens infectés. Cette bataille juridique s'est terminée par ce qui a été décrit à l'époque comme une « défaite écrasante » pour les géants pharmaceutiques.

Par conséquent, la chercheure et directrice du laboratoire d'immunologie de l'hôpital Mount Sinai aux États-Unis n'est pas surprise par les demandes actuellement adressées aux grandes entreprises développant le vaccin anti-Coronavirus de renoncer aux droits de propriété du vaccin.

Dans un appel Zoom avec BBC News Arabic , le professeur Maryam a déclaré: "C'est horrible. J'ai l'impression que l'histoire se répète. La même discussion se répète. Il nous a fallu une décennie pour obtenir des traitements contre le sida. Je pense que nous devons apprendre de l'histoire."

La chercheure n'est pas d'accord avec les demandes actuelles similaires de renoncer aux droits de propriété des vaccins. « Nous devons accepter la réalité actuelle : je suis un universitaire, je ne travaille pas pour le profit. Je crois en l'égalité de traitement pour tous. Cette idée est parfaite. J'ai réalisé que le monde ne fonctionnait pas de cette façon."

Mais il semble que les groupes de défense des droits humains , dont Amnesty International, travaillent dur pour influencer la façon dont le monde fonctionne. L'ONG a publié un rapport accusant les six principaux développeurs de vaccins de violer les droits humains et a exigé qu'ils suspendent les droits de propriété intellectuelle.

Ces sociétés sont : Moderna, Pfizer, AstraZeneca, Johnson & Johnson et Novavax, et le rapport n'incluait pas les vaccins développés par des sociétés russes et chinoises en raison du «manque de transparence dans leurs opérations », selon Amnesty International.

Ce que demande Amnesty n'est pas nouveau.

En mai, les États-Unis ont annoncé leur soutien à la décision de l'Organisation mondiale du commerce de lever temporairement la protection des droits de brevet pour les vaccins contre le coronavirus.

L'Inde et l'Afrique du Sud avaient proposé ce plan dans le but d'augmenter la production de vaccins dans le monde, mais ils se sont heurtés à une forte opposition de la part de la précédente administration américaine de Donald Trump, de la Grande-Bretagne et de l'Union européenne - jusqu'à ce que le président Joe Biden vienne, prenne une décision différent et soutienne la proposition.

Selon le rapport d'Amnesty International, publié le 22 septembre, les développeurs de vaccins « revendiquent » le respect des droits humains mais «tous ont échoué - à des degrés divers - à s'acquitter de leurs responsabilités»."

Par conséquent, Amnesty a déclaré que les entreprises "ont causé ou contribué à nuire aux droits humains de milliards de personnes" qui n'ont pas reçu le vaccin, et ont également causé des dommages aux droits humains en raison de leurs décisions "de ne pas impliquer d'autres personnes dans la propriété intellectuelle et la technologie", et contribué aux « violations des droits à la vie et à la santé ».

Sa revendication visait à exiger des sociétés pharmaceutiques qu'elles suspendent les droits de propriété intellectuelle soit par la délivrance de licences mondiales ouvertes et non exclusives, soit par la participation au pool C-TAP, afin de réaliser un lancement commercial juste et rapide des vaccins.

Le pool C-TAP ou Technology Access Pool était une initiative lancée par l'Organisation mondiale de la santé.

A noter qu'il existe des initiatives internationales similaires, dont la plus connue est Covacs.

Ainsi, ce que l'organisation des droits de l'homme veut des entreprises, c'est qu'elles s'engagent à partager leurs connaissances et leur technologie, former des fabricants qualifiés qui promettent d'augmenter la production de vaccins Covid-19, et ne pas essayer d'exercer leur influence auprès des gouvernements pour entraver la prise de mesures visant à faciliter la participation des autres à la propriété intellectuelle et à la technologie, et de ne pas faire passer leurs intérêts économiques avant leurs responsabilités envers les droits de l'homme.

Elle demande aussi à ces six entreprises de donner la priorité à la fourniture de plus de vaccins dans les régions et les pays moins riches en participant à des initiatives internationales.

Certaines voix ne le pensent pas.

La Fédération internationale de l'industrie pharmaceutique, par exemple, estime que les vrais problèmes ne sont pas liés au brevet, mais à l'existence de barrières tarifaires, aux difficultés de distribution, et au manque de matières premières dans certains pays, ainsi qu'au stockage de doses par les pays riches au lieu de les partager avec les pays en développement.

اe professeur Maryam Murad partage également ce point de vue et pense qu'une solution est possible en partageant la technologie, les compétences et l'expertise dans la fabrication de vaccins - sans compromettre ses droits de propriété.

"Les gens doivent savoir que ces efforts n'ont pas été simples. Voulons-nous dire à ces entreprises chaque fois que nous en avons besoin qu'elles doivent renoncer à leurs droits de propriété ? Ce n'est pas la façon dont le monde va actuellement", dit-elle, soulignant qu'elle veut que ces entreprises restent responsables et qu'elles restent redevables.

"Les droits de propriété sont une impasse car les entreprises peuvent les abandonner mais très peu de pays seront en mesure de fabriquer le vaccin - c'est le premier."

"Et deuxièmement, céder les droits de propriété signifie que nous mettrons tous les efforts sur les épaules des gouvernements et nous savons comment certains de ces gouvernements fonctionnent".

Le professeur exprime clairement son grand soutien à la vision du célèbre homme d'affaires Bill Gates, le patron de Microsoft, qui est entré dans le monde de la santé publique et des vaccins, car son nom était associé à de nombreuses conspirations dont celle qui veut qu'il ait prévu d'implanter des puces dans les corps des humains pour les contrôler - et bien sûr toutes ces allégations ont été réfutées.

Dans un podcast produit par le New York Times, ''Bill Gates peut-il vacciner le monde ?'' , publié en mars de cette année, la journaliste d'investigation américaine Megan Twohy a évoqué le rôle que Gates a joué à travers son travail pour créer une organisation intermédiaire qui sert de lien essentiel entre les sociétés pharmaceutiques et les pays en développement..

Le podcast a également mentionné comment trois organisations étaient les piliers de l'initiative Covax ; C'est (Gavi) l'organisation internationale de vaccins à but non lucratif que Gates a aidé à fonder, ainsi qu'une autre organisation mondiale à but non lucratif appelée (CEPI), que l'homme a également aidé à fonder, en plus de l'Organisation mondiale de la santé des Nations Unies.

Parler - bien sûr - de la relation de l'homme avec l'Organisation mondiale de la santé et du rôle de son institution est très complexe et nécessite des recherches approfondies.

Mais l'accent semble maintenant être mis sur la tâche de Covacs et d'autres initiatives mondiales pour atteindre l'objectif fixé en juillet de vacciner 40 pour cent de la population des pays à revenu faible et intermédiaire.

En attendant, il reste encore environ 100 jours pour que cet accord soit respecté - comme nous le rappelle Amnesty International.