Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 14Article 623287

BBC Afrique of Thursday, 14 October 2021

Source: www.bbc.com

Ccomportement: notre cerveau peut nous rendre plus pauvres (ce qu'il faut faire pour y remédier)

Notre cerveau peut nous rendre pauvre Notre cerveau peut nous rendre pauvre

Vous naviguez sur une boutique en ligne et vous êtes tenté d'acheter un produit.

C'est un peu plus cher que ce que votre compte bancaire vous permet, mais cela devient la chose la plus urgente au monde à ce moment-là. Et si le prix augmente et que vous ratez l'occasion ? Et si vous êtes à court ?

Suite à une impulsion, vous faites les calculs dans votre tête et décidez d'acheter. Vous n'avez même pas besoin de saisir votre numéro de carte, qui est déjà enregistré dans le navigateur de votre ordinateur.

Quelques jours plus tard vient le regret. Ou pire, la dette.

Ces dernières années, des études dans les domaines de l'économie comportementale et de la neuroéconomie ont montré que ces situations, dans lesquelles nous prenons des décisions irrationnelles qui nuisent à notre santé financière, sont fréquentes.

Mais quelles sont les erreurs financières les plus courantes, et comment éviter de tomber dans les "pièges" de notre cerveau ?

Un bon moyen est de comprendre ce que ces domaines d'étude ont découvert et d'appliquer leurs enseignements à notre vie quotidienne.

Êtes-vous rationnel ?

"L'économie traditionnelle a longtemps considéré l'individu comme rationnel, froid et objectif, et comme quelqu'un qui voudra maximiser son bien-être, son bénéfice économique et son intérêt personnel", explique le professeur Renata Taveiros, coordinatrice du cours de neuroscience et de neuroéconomie à la Fundação Instituto de Administração (FIA) au Brésil.

La prise de décision inconsciente, qui échappe à la rationalité, était considérée comme une anomalie. En tant que tel, il n'est pas devenu un objet d'étude.

Mais à la fin des années 1970, un groupe de chercheurs a révolutionné l'économie en observant précisément ces anomalies.

C'est alors qu'est né le domaine de l'économie comportementale, dont le principal représentant est le psychologue - oui, un psychologue - Daniel Kahneman, lauréat du prix Nobel en 2002.

"Ils ouvrent cet espace de conversation pour que nous réalisions qu'il y a d'autres choses qui influencent la prise de décision et pas seulement l'idée de maximiser l'utilité, le bien-être et le profit. Quelles sont ces choses ? Les émotions", explique Taveiros.

À la fin des années 1980, un autre champ d'étude est allé encore plus loin.

Rassemblant les résultats de l'économie comportementale et les techniques des neurosciences, la neuroéconomie tente d'élucider ce qui se passe dans le cerveau des individus lorsqu'ils décident de faire un achat inutile, par exemple.

"Nous avons désormais la possibilité d'ouvrir la boîte noire, c'est ainsi que les économistes désignent l'esprit des gens. En fait, vous pouvez regarder et comprendre ce qui se passe dans le cerveau lorsque l'individu va prendre une décision", explique M. Taveiros.

"Quand on étudie la neuroéconomie, l'idée que nous pouvons contrôler le comportement, la prise de décision, tout ce que nous faisons, tombe. Parce que le motivateur de la prise de décision n'est pas l'aspect rationnel, cortical, logique, analytique. La décision est beaucoup plus liée à l'émotionnel", ajoute-t-il.

Apprenez à vous dire "non" à vous-même

Tout d'abord, il est bon de préciser que les émotions et les sentiments ne sont pas nécessairement mauvais. Au contraire, ils sont de la plus haute importance pour notre survie.

"La sélection naturelle nous a apporté la combinaison de l'affect et de la raison. Et ce n'était pas en vain. Elle maximise notre engagement dans le monde. Quand on se débarrasse des émotions, on supprime l'empathie pour l'autre. Nos décisions deviennent plus égoïstes et la société dans son ensemble s'effondre", explique le neuroscientifique Álvaro Machado Dias, professeur à l'université fédérale de São Paulo et partenaire de l'institut Locomotiva.

Mais il est un fait que les émotions peuvent aussi nous conduire à commettre de graves erreurs, entraînant un sentiment de culpabilité et de nouvelles dettes.

C'est là que les enseignements de l'économie comportementale et de la neuroéconomie peuvent être utiles : pour rendre notre irrationalité prévisible et éviter les mauvaises décisions.

Le premier conseil semble simple, mais dans la pratique, il est assez difficile. Vous devez apprendre à vous dire non à vous-même.

"Ne faites rien sur une impulsion sans d'abord évaluer si la culpabilité ne va pas gâcher la fête. Comprenez mieux votre "futur moi", avec ses horaires et ses exigences. Se dire non à soi-même, c'est comme dire non à un enfant : c'est difficile, mais cela peut être positif", prévient Alvaro.

Selon Renata Taveiros, l'une des raisons de ce déni de ses impulsions est la facilité croissante des paiements. Les codes QR, Pix, les cartes de crédit stockées sur les sites d'achat en sont quelques exemples.

En outre, le neurotransmetteur appelé dopamine, qui active le "système de récompense" du cerveau, peut également interférer.

"Lorsque la dopamine agit, elle stimule le comportement impulsif. Comment cela fonctionne-t-il ? Vous avez l'espoir de gagner quelque chose. Il peut s'agir d'argent, de bien-être, de plaisir, d'une bonne image devant les autres, etc. Et ce comportement impulsif vous pousse à vouloir immédiatement cette récompense", explique-t-il.

Un exemple de la manière dont ce système de récompense est actuellement exploité est l'adoption de mécanismes de type jeu dans le processus de consommation. C'est-à-dire la transformation de l'acte d'achat en un jeu.

Les applications des supermarchés et des boutiques en ligne promettent des récompenses (remises, produits gratuits, etc.) pour avoir atteint un certain nombre de points, par exemple.

M. Taveiros souligne qu'au Brésil, ce type de mauvaise prise de décision peut être identifié dans les niveaux élevés d'endettement des citoyens.

Une étude réalisée par la Confédération nationale du commerce des biens, des services et du tourisme en août 2021, montre qu'un Brésilien sur quatre (25,6 %) n'a pas pu rembourser ses dettes au cours de ce mois.

"Nous avons des problèmes très graves au Brésil et toute cette stimulation de la consommation qui encourage les comportements impulsifs ne fait qu'aggraver ces conditions", déclare le neuroéconomiste.

Par conséquent, un conseil en or pour éviter de telles décisions impulsives est de toujours "faire un tour de plus" avant de décider d'un achat.

"J'ai l'habitude de mettre un autocollant sur les cartes de crédit des clients qui dit 'faites une marche de plus, attendez un peu plus longtemps, respirez'. Lorsque quelqu'un va faire autre chose et revient, la dopamine diminue, car c'est une substance chimique qui a un effet pendant un certain temps. Bientôt, le sentiment de "je le veux, je le veux" disparaîtra et la personne arrivera à la conclusion qu'elle peut utiliser cet argent pour autre chose. Mais il faut que ce soit plus tard, ce n'est pas possible à ce moment-là", explique-t-il.

Mais ces mauvaises décisions peuvent être évitées avant même l'achat.

Renata Taveiros explique que lorsque l'on a une idée précise de l'évolution de sa vie financière, il est plus difficile de s'endetter.

"Il est très important pour une personne d'avoir du courage et de savoir qu'il va être formidable d'aborder la vie financière et de regarder les comptes. Beaucoup de gens disent que c'est difficile, mais après avoir fait ça, il y a un sentiment de soulagement. Si vous avez peur de regarder, vous tomberez dans toutes sortes de pièges mentaux", dit-il.

L'un de ces pièges est la "comptabilité mentale", cette manie de faire des calculs, la plupart du temps erronés, sur notre situation financière.

"Nous faisons le calcul. Je gagne 100, donc je peux en dépenser 50 au supermarché, 20 au bar, seulement 10 pour le déjeuner, je peux aussi avoir une mensualité de 15...". Il compare 15 avec 100, 10 avec 100, mais ça ne colle pas. Puis il panique et voit qu'il est dans le rouge", prévient le neuro-économiste.

Ce que vous devez faire, c'est noter vos dépenses avec un crayon. Additionnez tous vos revenus et vos frais de subsistance. Ce n'est qu'alors que vous aurez une idée réelle du montant que vous pouvez dépenser.

L'une des décisions les plus importantes que nous devons prendre, en pensant à notre avenir, est d'économiser de l'argent

Il est clair que le contexte de nombreuses économies, caractérisé par le chômage, l'informalité et une inflation élevée, rend la tâche difficile pour de nombreuses personnes.

Mais pourquoi est-il si difficile d'y parvenir, même lorsque les conditions sont favorables ?

Un effet connu sous le nom d'"actualisation intertemporelle" en économie comportementale peut l'expliquer.

"Imaginez que vous prenez une paire de jumelles et que vous les faites tourner. Que se passe-t-il ? Ce qui est loin est minuscule. Et ce qui est proche obtient une valeur, une taille géante", explique Renata Taveiros.

"Nous voulons la récompense immédiate, tout de suite, parce qu'elle semble beaucoup plus importante qu'une récompense très mystérieuse, dont on ne sait pas ce qui va se passer dans le futur", ajoute-t-elle.

Des études neuroéconomiques montrent que certaines zones du cerveau qui sont activées lorsque vous pensez à économiser de l'argent pour votre avenir sont les mêmes que lorsque vous pensez à donner de l'argent à un étranger.

Ce qui pourrait signifier que, pour notre cerveau, économiser de l'argent pour le futur et donner la même somme à quelqu'un d'autre sont presque la même chose.

Selon Renata Taveiros, une solution peut consister à créer un "nudge", c'est-à-dire un petit encouragement à réfléchir plus attentivement à son avenir.

"Une idée que j'applique souvent est d'utiliser une de ces applications qui vous font paraître plus vieux sur une photo. Il vous fait vous connecter avec cette image. Ensuite, vous devez faire l'exercice de réfléchir à ce que vous voulez pour la vie de cette autre personne. Ensuite, il créera un circuit neuronal qui reliera leur moi futur à leur moi actuel", explique-t-il.

Le neuroscientifique Álvaro Machado Dias prévient que s'il est important d'économiser, il faut aussi savoir se donner la permission.

"Ne partez pas du principe qu'il est toujours mauvais de se faire plaisir (de dépenser) et ne tombez pas dans l'erreur selon laquelle nous devons continuellement reporter le plaisir afin de pouvoir en profiter un jour avec plus d'intensité. Aujourd'hui, ce que nous voyons, c'est une mer de gens qui n'ont pas envie de vivre. Sortez de cette mer", dit-il.

Selon Álvaro, toutes les décisions que nous prenons dans la vie, qu'elles soient économiques ou non, ne peuvent être prises de manière purement rationnelle, et il n'est même pas souhaitable que cela se produise.

"Parfois, nous sommes dominés par des composantes émotionnelles et, en fait, cela peut conduire à de mauvais résultats, notamment des regrets", dit-il.

"Mais c'est l'apport de ces composantes non formelles et non logiques qui, en fin de compte, rend nos décisions meilleures pour le groupe, l'espèce et la culture dans son ensemble", ajoute-t-il.

Le conseil est donc de savoir comment mieux répartir vos énergies et vos préoccupations.

"Il n'y a pas de temps - ni d'intérêt - à essayer d'optimiser chaque décision. Choisissez vos batailles. Concentrez-vous sur les choix qui comptent le plus ; ce sont ceux qui définiront en fin de compte qui vous êtes", dit-il.