Vous-êtes ici: AccueilSport2021 10 02Article 621526

BBC Afrique of Saturday, 2 October 2021

Source: www.bbc.com

Anniversaire des procès de Nuremberg : pourquoi le chasseur de nazis Efraim Zuroff n'abandonne pas la traque des criminels de l'Holocauste

Pourquoi le chasseur de nazis Efraim Zuroff n'abandonne pas la traque des criminels de l'Holocauste Pourquoi le chasseur de nazis Efraim Zuroff n'abandonne pas la traque des criminels de l'Holocauste

Quatre-vingts ans se sont écoulés depuis le début de l'Holocauste, et 75 ans depuis la fin des procès de Nuremberg, où certains des architectes du meurtre de masse ont été poursuivis. Tous les autres coupables sont âgés et, selon toute probabilité, ne sont plus de ce monde. Alors qu'est-ce qui pousse le Dr Efraim Zuroff, chasseur de nazis chevronné, à poursuivre sa quête pour les retrouver ? Il explique à la BBC qu'il a de nombreuses raisons, mais avant tout, c'est parce qu'ils ne sont pas désolés.

"Au cours de toutes ces années, je n'ai jamais rencontré de criminel nazi qui ait exprimé des remords et cherché à se racheter", dit-il, depuis son domicile en Israël.

Le Dr Zuroff, chef des chasseurs de nazis du Centre Simon Wiesenthal et directeur de son bureau de Jérusalem, est consterné par les suggestions selon lesquelles l'âge avancé des criminels nazis pourrait être considéré comme une circonstance atténuante.

Il estime qu'il y a quelques centaines de nazis qui échappent encore à la loi, et il a l'intention de les forcer à faire face à la justice.

Le coup à la porte

En ce moment, deux suspects nazis sont jugés en Allemagne, et le Dr Zuroff suit de près les procédures.

Josef Schutz, âgé de 100 ans, est accusé d'avoir travaillé comme gardien pendant plus de trois ans dans le camp de concentration de Sachsenhausen en Allemagne. Il est accusé de complicité de meurtre dans 3 512 cas.

La deuxième affaire concerne une femme de 96 ans, Irmgard Furchner. Elle a été employée comme secrétaire du commandant du camp de concentration de Stutthof (près de Gdansk en Pologne) entre juin 1943 et avril 1945. Au cours de cette période, 11 430 détenus ont été assassinés.

"Tant que cet effort se poursuit, ces personnes ne peuvent théoriquement pas dormir en paix et ne peuvent jamais être sûres qu'un jour on ne frappera pas à leur porte", déclare le Dr Zuroff.

Il affirme que le temps ne diminue pas la culpabilité et que la vieillesse ne devrait pas excuser les crimes odieux.

Une poursuite judiciaire réussie rend justice aux victimes et à leurs familles, dit-il, et a un effet dissuasif puissant sur les futurs auteurs potentiels de crimes.

Victoires juridiques

Au cours des quarante dernières années, le Dr Zuroff a tenté de retrouver la trace de plus de 3 000 criminels nazis présumés vivant dans 20 pays, mais certains sont morts avant qu'il ne puisse les atteindre.

Seules une quarantaine d'affaires ont effectivement fait l'objet d'un procès et moins encore ont été condamnées. Pourtant, le Dr Zuroff est très optimiste quant à l'issue des affaires en Allemagne, grâce à l'évolution de la législation.

"Dans le passé, il y a plus de 12 ou 13 ans, pour poursuivre des nazis en Allemagne, vous deviez prouver que cette personne avait commis un crime spécifique contre une victime spécifique et que sa motivation était la haine raciale."

Cela, dit-il, était pratiquement impossible dans la plupart des cas, mais aujourd'hui cette exigence a été supprimée.

"Aujourd'hui, tout ce que vous avez à faire est de prouver que cette personne a servi dans un camp de la mort spécifique - un camp avec des chambres à gaz ou un taux de mortalité élevé - et cela peut être fait avec de la documentation."

Perte de vitesse

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux pays ont rassemblé les nazis et les collaborateurs et les ont jugés.

"Les procès de Nuremberg n'étaient que la partie émergée de l'iceberg", dit le Dr Zuroff. "Dans chaque pays d'Europe, il y avait des centaines de cas, parfois des milliers. En Allemagne de l'Ouest, de 1949 à 1985, il y a eu 200 000 enquêtes, 120 000 mises en examen, mais moins de 7 000 condamnations."

Cependant, l'enthousiasme initial pour traduire les nazis en justice s'est atténué à partir des années 1960, et aujourd'hui, selon le Dr Zuroff, les autorités ont des raisons très évidentes de ne pas consacrer du temps et des ressources à cet effort.

"Comparez un nazi de 90 ans à un tueur en série. Dans tout pays normal, la police rechercherait le tueur en série parce qu'il continuera à tuer jusqu'à ce qu'on l'arrête. Quelles sont les chances qu'un nazi de 90 ans assassine quelqu'un ? Elles sont nulles", dit-il.

Si les nazis doivent être traduits en justice, ce sont donc des chasseurs comme Zuroff qui devront faire le travail difficile, et ils sont engagés dans une course contre la montre. Le Dr Zuroff explique au journal britannique The Guardian qu'il devait être la seule personne à souhaiter bonne santé aux nazis restants.

Intensifiant ses efforts, il a relancé il y a dix ans l'opération "Last Chance", avec une récompense en espèces de 25 000 dollars (+ de 14 millions FCFA) pour toute information sur les criminels nazis.

Succès

Le plus grand succès du Dr Zuroff à ce jour est la condamnation du dernier commandant de camp de concentration encore en vie, Dinko Sakic, qui commandait le camp de Jasenovac dans l'actuelle Croatie en 1944

Jusqu'à 100 000 personnes ont été assassinées dans ce camp. Grâce au travail du Dr Zuroff, Sakic a été condamné à 20 ans d'emprisonnement le 4 octobre 1998.

Lorsque Zuroff a quitté la salle d'audience après le verdict, il a été arrêté par un homme de grande taille qui l'a remercié.

"'Si vous n'aviez pas été là, ce procès n'aurait jamais eu lieu', a dit l'homme. Je n'avais aucune idée de qui il était", se souvient le Dr Zuroff.

L'homme était le frère de Milo Boskovic, un médecin du Monténégro qui avait été détenu dans le camp en 1944. Il a été ramassé au hasard par Sakic, qui avait l'intention de punir les activités de résistance.

"Milo Boskovic a dit à Sakic qu'il ne voulait pas être pendu. Sakic a sorti son pistolet et lui a tiré une balle dans la tête. Il l'a assassiné", déclare le Dr Zuroff.

"Je peux vous promettre qu'il [son frère] n'a jamais rêvé en mille ans qu'une Croatie démocratique fasse un procès à Dinko Sakic - le grand héros national - mais c'est ce qui s'est passé."

Sakic n'a montré ni remords ni regret, ce qui, pour Zuroff, est typique de l'attitude des nazis face à leurs crimes.

Marges de manœuvre

À plusieurs reprises, la persistance du Dr Zuroff ne porte pas ses fruits.

Il essaie de traduire en justice un ancien officier hongrois, Sandor Kepiro, et l'affaire est jugée à Budapest en 2011 après des années de travail acharné.

Zuroff soutient que Kepiro était l'un des 15 officiers hongrois impliqués dans le massacre de Novi Sad en janvier 1942, au cours duquel plus de 3 000 personnes ont été tuées.

Kepiro et d'autres officiers avaient déjà été condamnés en 1944 pour avoir mené une opération non autorisée, mais aucune mesure n'avait été prise à leur encontre.

Pour prouver ses dires, le Dr Zuroff s'est appuyé sur les procédures judiciaires de ce précédent procès, mais le tribunal lui a dit qu'il ne pouvait pas admettre ces preuves.

Il avait travaillé pendant cinq ans et s'était même rendu à Novi Sad pour rencontrer des survivants. Ce revers est douloureux.

"Le lendemain, alors que j'attendais de rentrer en Israël, je me suis mis à pleurer. C'était tout simplement trop", raconte le Dr Zuroff. "Mais à la fin de la journée, je pense aux victimes, aux survivants. Ce qu'ils ont vécu est bien pire que ce qui m'est arrivé."

Motivation personnelle

Lorsque le Dr Zuroff s'est rendu en Lituanie pour enquêter sur ce qui est arrivé aux Juifs de ce pays, il a dû faire face à son propre lien étroit avec la tragédie.

Le Dr Zuroff a reçu le nom d'Efraim, du nom d'un grand-oncle, qui était rabbin en Lituanie. Son parent a été une des premières victimes de l'Holocauste.

Il s'est rendu dans l'appartement où logeait son oncle. Il a ensuite visité 35 sites distincts de meurtres de masse en Lituanie et cinq en Biélorussie.

"Chaque jour, nous nous rendions à deux ou trois charniers, et je récitais des prières pour les victimes mortes. Je savais que je me tenais juste à côté d'une énorme fosse qui avait été remplie de centaines et parfois de milliers de morts."

"Je sais que mon grand-oncle était l'un d'entre eux et la barrière que j'avais créée s'est vraiment effondrée. C'était une expérience émotionnelle très intense", se souvient-il.

Selon lui, sur les 220 000 Juifs qui vivaient en Lituanie, 212 000 ont été assassinés pendant l'occupation nazie.

"Mon grand-oncle, le rabbin Efraim Zar, a été saisi à Vilnius par un groupe de justiciers lituaniens à la recherche de Juifs portant la barbe, le 13 juillet 1941. Il a été emmené à la prison de Lukoshkis et a apparemment été assassiné là ou sur le site du massacre de 70 000 Juifs de Ponar."

"Je n'ai pas trouvé les meurtriers", déplore-t-il.

L'avenir

Comme leur proie, les chasseurs de nazis vieillissent eux aussi.

Zuroff a maintenant 73 ans et a 15 petits-enfants. Il sait que les nazis restants mourront probablement et disparaitront avant que ses petits-enfants ne soient tous adultes.

Il est fier que son travail contribue à maintenir vivante la mémoire de l'Holocauste, et pense que les méthodes employées par les chasseurs de nazis peuvent être utilisées pour traduire en justice d'autres personnes impliquées dans des crimes contre l'humanité.

Mais son expérience le fait douter de la capacité des cadres judiciaires existants à rendre justice aux victimes de génocide et il cite le cas du Rwanda, où il s'est rendu pour donner des conseils d'expert après le génocide de 1994.

Il y avait 140 000 suspects en prison, dit-il, mais la logistique pour les traduire en justice était écrasante.

"Au Rwanda, la plupart des juges ont été assassinés pendant le génocide et la plupart des salles d'audience ont été détruites. Même un pays du premier monde ne pouvait pas rendre une justice complète pour un crime comme celui-ci - c'est tout simplement impossible."

Il sait que trouver des solutions aux défis juridiques, logistiques et politiques posés par le jugement des auteurs de génocide est un grand défi, mais il n'est pas prêt à abandonner.

"Je n'ai pas choisi cela parce que je pensais que c'était un travail facile", dit-il. "Je l'ai choisi par sens des responsabilités et des obligations envers les personnes qui ont été assassinées".

Vous pourriez aussi être intéressés par :