Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 17Article 628861

Infos Santé of Wednesday, 17 November 2021

Source: www.bbc.com

VIH : un cas rare où le corps d'une femme élimine lui-même le virus

Les test de VIH Les test de VIH

Une femme argentine semble s'être débarrassée du VIH sans médicaments ni traitement. C'est le deuxième cas documenté de ce type dans le monde.

Les médecins pensent que le système immunitaire de la patiente a éliminé le virus de lui-même.

Les tests effectués sur plus d'un milliard de ses cellules n'ont révélé aucune trace viable de l'infection, rapporte Archives of Internal Medicine.

Selon les experts, si ce processus pouvait être maîtrisé, il pourrait offrir un moyen d'éliminer ou de guérir efficacement le VIH.

Éliminer le VIH

Ces découvertes sont une preuve supplémentaire que certaines personnes sont nées avec une résistance naturelle au VIH.

Certaines ont des gènes qui empêchent l'infection.

D'autres - dont le "patient Esperanza", qui souhaite rester anonyme - semblent contracter puis éradiquer le virus.

Mais la plupart des personnes séropositives ont besoin d'un traitement antirétroviral (TAR) à vie.

Et si elles arrêtent de prendre ces médicaments, le virus dormant peut se réveiller et causer à nouveau des problèmes.

Ces dernières années, cependant, des rapports ont fait état de "contrôleurs d'élite" capables de supprimer le virus, avec de l'aide mais sans prendre de médicaments contre le VIH.

Adam Castillejo, de Londres, a pu arrêter de prendre ses pilules quotidiennes contre le VIH après avoir reçu un traitement à base de cellules souches d'un donneur pour un cancer dont il était également atteint.

Ses cellules infectées par le VIH ont été éliminées et remplacées pendant le traitement anticancéreux.

Et par chance, son donneur faisait partie des 1 % de personnes nées avec des gènes qui empêchent le VIH de pénétrer dans les cellules et de les infecter.

On ne sait toutefois pas combien de temps cet avantage pourrait durer pour M. Castillejo.

Un "traitement stérilisant"

Mais le patient d'Esperanza n'a plus de VIH détectable depuis plus de huit ans.

Loreen Willenberg, de San Francisco, semble également être fonctionnellement guérie du VIH par son propre système immunitaire.

Et cela laisse espérer une "guérison stérilisante" pour d'autres patients.

L'investigateur principal, le Dr Xu Yu, de l'Institut Ragon du Massachusetts General Hospital, du Massachusetts Institute of Technology et de Harvard, a déclaré : "Il existe peut-être une voie praticable vers une cure de stérilisation pour les personnes qui ne sont pas en mesure de le faire par elles-mêmes.

"Nous envisageons maintenant la possibilité d'induire ce type d'immunité chez les personnes sous traitement antirétroviral, par la vaccination, dans le but d'éduquer leur système immunitaire pour qu'il soit capable de contrôler le virus sans traitement antirétroviral."

Une infection avortée

Le professeur John Frater, de l'Université d'Oxford, a déclaré à BBC News que même s'il était presque impossible de dire si une personne avait été véritablement guérie du VIH, les chercheurs avaient fait "tout ce qu'on pouvait leur demander avec la technologie actuelle" pour le prouver.

"La question clé est de savoir si ce patient s'est réellement guéri ou s'il a souffert d'une forme d'infection avortée, qui a tenté de se développer mais dont les braises ont été éteintes rapidement", a-t-il déclaré.

  • 'Le chiffre le plus important dont vous n'avez jamais entendu parler'
  • L'accord sur le climat "ne nous sauvera pas de la noyade"
"Son système immunitaire montre clairement qu'il se souvient d'avoir été infecté, il ne fait donc aucun doute qu'elle l'a été.

"Quoi qu'il en soit, il existe peut-être des patients similaires, ce qui nous permet d'en apprendre beaucoup sur la recherche d'un traitement contre le VIH."

Le professeur Sarah Fidler, spécialiste de la médecine du VIH à l'Imperial College de Londres, a déclaré que ces travaux contribueraient à éclairer les thérapies immunitaires en cours de développement.

Le Dr Andrew Freedman, de l'école de médecine de l'université de Cardiff, a déclaré que les médicaments actuels contre le VIH étaient extrêmement efficaces et que, même s'il était important d'étudier les traitements futurs, il était urgent d'améliorer l'accès aux traitements antirétroviraux dans le monde entier.

Regarder:

Rejoignez notre newsletter!