Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 17Article 628798

Actualités of Wednesday, 17 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Université de Yaoundé 1: une relation extraconjugale du prof Sosso crée une violente guerre

Le prof Aurélien Sosso et le Prof Enyegue Mandob Damaris Le prof Aurélien Sosso et le Prof Enyegue Mandob Damaris

• Le prof Aurélien Sosso est au cœur d’un nouveau scandale

• A l’Université de Yaoundé 1, s’est installée une atmosphère délétère suite à une relation qu’il aurait entretenue avec une prof

• Il s’agit de la prof Enyegue Mandob Damaris


Selon des informations parvenues à la rédaction de CamerounWeb, suite à une bagarre entre la femme du recteur de l’université et la prof Enyegue Mandob Damaris accusée d’être la maîtresse du prof Sosso, ce dernier aurait instruit un certain nombre de décisions visant à humilier sa présumée maîtresse. Ceci afin de prouver à sa femme qu’il ne sort pas avec la prof Enyegue Mandob Damaris qui se trouve être chef de la division des enseignements et du personnel enseignant au sein de l’université.


Les faits

Après la bagarre entre la prof Enyegue Mandob Damaris et la femme du Prof Aurélien Sosso, ce dernier sort un communiqué dans lequel il menace tous le personnel de l’université de Yaoundé 1 de sanctions suite à la diffusion d’informations sur les réseaux sociaux.

Tout se serait bien passé si l’affaire la prof Damaris n’avait pas été accusée directement par Aboya Manasse, chargé du contrôle interne et de l’évaluation de l’université de Yaoundé 1, d’avoir fait un commentaire au sujet d’une vidéo dans un groupe WhatsApp.

Eh bien, c’est cette accusation du sieur Manasse qui a mis la prof Damaris dans tous ses états.

"Sur instruction du recteur, le vice-recteur chargé du contrôle interne et de l’évaluation de l’université de Yaoundé 1, le sulfureux Aboya Manasse adresse une lettre d’observation au Pr Enyegue Damaris. Que lui reproche-t-on ? Aussi étrange que cela paraisse, d’avoir fait un commentaire au sujet d’une vidéo dans un groupe WhatsApp ainsi qu’il suit : « Afin que ceux qui détiennent le pouvoir de décision sur la vie professionnelle des uns et des autres comprennent que le pouvoir qu’ils détiennent n’est pas fait pour opprimer, dénigrer, insulter, humilier ceux qui sont placés sous leur autorité ». Elle ajoute: « Ils n’ont rien fait de particulier pour être en position de pouvoir et les autres en position de subordonnés ». Dans un contexte de conflit ouvert entre le recteur et même ses plus proches collaborateurs, ce commentaire passe mal dans la tête de Maurice Aurelien Sosso. Pr Enyegue Damaris reçoit donc une lettre d’observation", écrit le lanceur d’alertes Boris Bertolt à propos de ce scandale.

"Mais ce dont Sosso qui utilise Aboya pour régler ses comptes n’avait pas prévu c’est la riposte du Pr Enyegue. Elle qui avait déjà subi l’humiliation de la scène grotesque de la femme de Sosso. Elle frappe sec. Dans sa lettre datée du 16 novembre 2021, elle dénonce ouvertement « un acharnement » du recteur de l’université de Yaoundé 1 à la museler. Elle dénonce les insultes adressées ouvertement et publiquement par Sosso à des hauts responsables de l’université de Yaoundé. L’une des dernières victimes de Sosso est le chef de service des programmes et des diplômes qui a vu le 12 novembre 2021 son physique et sa calvitie être insultés en public. Le Pr Damaris enfonce le clou en affirmant qu’il est inadmissible que Maurice Aurélien Sosso puisse continuer à traiter ses collaborateurs avec autant de mépris. Mais ceux-ci ne dénoncent pas parce que Sosso a installé un climat de terreur", ajoute le lanceur d’alerte.


"Si le recteur croit, qu’à travers ces actes d’intimidation il me fera oublier l’affront et l’humiliation que j’ai subis de la part de son épouse avec toutes les conséquences tant physiques que psychologiques dont je porte seule les stigmates, il se trompe. Je ne l’oublierai jamais. Et chaque fois qu’il se livrera à ce petit jeu de vouloir m’humilier pour satisfaire son épouse qui le lui prescrit, il œuvrera vers ma radicalisation. Et toute personne radicalisée est imprévisible", écrit d’ailleurs le prof Damaris dans la réponse à la lettre qu’elle a reçues.


Une vieille affaire

Selon une première version des faits parvenue à la rédaction de CamerounWeb en janvier 2021, Patricia Sosso née Assé l'épouse du recteur de l'Université de Yaoundé 1 s'est rendue au cabinet de son époux, après avoir reçu l'alerte que ce dernier, était dans son bureau avec Damaris Enyegue, chef de Division à l'université de Yaoundé 1. C'est suite à une alerte reçue que, Patricia Sosso débarque au bureau de son époux ( Maurice Aurélien Sosso le recteur de l'Université de Yaoundé 1 ) pour déloger sa collègue Damaris Enyegue qu'elle considère comme la maîtresse de son époux, et lui régler les comptes en lui infligeant une bonne bastonnade.

Patricia Sosso qui visiblement a reçu un message d'un des membres de sa famille qui travaillent au rectorat de l'université de Yaoundé 1, arrive effectivement tout courroucée, et s'en prend à sa collègue Damaris Enyegue.

S'ensuit une chaude empoignade entre les deux enseignantes d'université. Le recteur parvient tout de même à ramener son épouse à la raison. L'empoignade prend fin, bon an mal an. Damaris Enyegue est délivrée des griffes de Patricia Sosso.

Rejoignez notre newsletter!