Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 08 08Article 444903

Regional News of Wednesday, 8 August 2018

Source: tebopost.news/ camerounweb.com

Université de Buea: plusieurs enseignants impliqués dans un scandale sexuel

Des informations récentes sur des événements survenus dans le département de journalisme et de communication de masse de l'université de Buea ont secoué les militants des droits de l'homme, les éducateurs, les politiciens et les militantes et les Camerounais concernés par le triangle.

Tout le monde devrait s’inquiéter, du moins ceux qui ont encore des consciences. Selon les faits rapportés, certains professeurs de l’université de Buea, harcelent systématiquement les jeunes filles de 16 ans et plus, et les obligent à des pratiques sexuelles non désirées.

LIRE AUSSI: Sérail: les yeux doux de l’Eglise catholique à Paul Biya

Pour une université qui se vante d'être l'une des deux universités de culture anglaise du pays, les scandales qui secouent les enseignants du département de journalisme ont choqué de nombreux anciens élèves.

Des étudiants et anciens élèves du département brossent un tableau très sombre , détaillant des récits inacceptables de falsification de documents académiques, de harcèlement sexuel et de négligence honteuse de la part des autorités.

UB a bâti une culture bureaucratique avec les multiples goulots d’administration, dissout l’organisme gouvernemental étudiant jadis célèbre et intrépide qui protégeait les droits de près de 20 000 étudiants et a ainsi étouffé la voix des étudiants harcelés par des professeurs honteux.

Ce n’est un secret pour personne que certains conférenciers du département, réputés pour leurs déclarations xénophobes, sont tombés à un niveau dangereux, entraînant des étudiants innocents et naïfs à des pratiques sexuelles forcées pour satisfaire leurs désirs sexuels insatiables à un rythme alarmant. Cela fait des années qu’elle ne fait plus rien, soumettant les jeunes filles à un traumatisme sans fin et inacceptable même après leur sortie définitive de l’école.

LIRE AUSSI: Réaction du SDF après la démission de Célestin Djamen

La nouvelle est sur le devant de la scène près d'un an après que les forces de sécurité ont été châtiées et ont eu honte d'avoir agressé et harcelé des étudiants à l'université.

L'honorable Joseph Wirba, membre de la SDF, a déclaré aux députés de l’Assemblée nationale que les filles avaient été mutilées et violées, notamment par des membres des forces de sécurité lors de manifestations organisées en novembre au campus universitaire. L'amée avait nié de telles allégations et n'a jamais ouvert d'enquête pour vérifier l'exactitude des informations.