Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 07Article 622267

Faits Divers of Thursday, 7 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Une femme chipée à son mari de 70 ans par leur ancien bailleur

Ls divorces se multiplient Ls divorces se multiplient

• Le septuagénaire a porté plainte contre sa femme ses anciens bailleurs

• Pour l’homme, les bailleurs sont derrière le refus de sa femme à le rejoindre dans son nouveau domicile

• Il veut reprendre son enfant qui est toujours mineur


L’histoire paraît cocasse. Mais c’est une réalité et non une fiction. Même à 70 ans, difficile de supporter la séparation de son âme sœur surtout si c’est votre bailleur qui vous l’arrache. Il y a des « goumins » (expression empruntée aux Ivoiriens qui signifie la douleur suite à une déception amoureuse) impardonnables. Il s’agit en réalité de l’histoire d’un homme de 70 ans qui a convoqué son bailleur et sa femme devant les tribunaux. L’homme qui est au centre de cette histoire rocambolesque, digne d’un feuilleton de Telenovelas, a porté plainte contre trois personnes dont sa femme et deux de ses anciens bailleurs. Le 30 septembre 2021, Jacob, un homme de 70 ans environ, s’est retrouvé seul devant le Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé centre administratif. Il a saisi le juge pénal afin d’obtenir la condamnation de son épouse, qui a refusé de le rejoindre dans son nouveau domicile. La femme n’a pas nié les faits. Elle les avait reconnus lors des interrogatoires. Seulement ses deux coaccusés ont toujours clamé leur innocence. Malgré l’absence des accusés à l’audience, le juge en charge du dossier a finalement ouvert les débats.

Selon les récits, le septuagénaire parvenait difficilement à marcher. Mais ce dernier tient sans doute à récupérer sa femme. Il s’est difficilement présenté devant la barre pour justifier les raisons qui l’ont poussé à porter plainte contre son épouse. Il a expliqué au tribunal avoir fait la connaissance de sa femme en 2014 dans une congrégation religieuse. Deux ans plus tard, les deux amoureux ont officialisé leur relation sous le régime de la monogamie et la communauté des biens. Les deux sont parvenus à faire un enfant. Poursuivant son témoignage, la victime déclare qu’il menait une vie paisible avec son épouse jusqu’en 2018, lorsqu’il a proposé à celle-ci d’aller s’installer dans un autre quartier de Yaoundé. « Suite à un petit différend que j’ai eu avec mon épouse, elle a refusé de me joindre dans notre nouveau domicile. Elle continue de vivre dans l’ancienne maison avec la complicité des bailleurs », a-t-il confié.

Il est reproché aux deux bailleurs en question de continuer à héberger la dame malgré tout. « Je ne suis plus leur locataire. Je ne sais pas pourquoi ils continuent de garder mon époux chez eux. ». Le plaisant pense qu’il y a sans doute une histoire derrière cette histoire. Lors de ses réquisitions, le représentant du ministère public a requis la culpabilité de la femme et la relaxe les deux bailleurs. Selon le parquet, les deux hommes ne sont pas complices du fait que la femme de Jacob a décidé d’abandonner son époux et refuse de le rejoindre dans leur nouveau domicile. L’homme réclame la garde de leur enfant et ne demande aucun franc à son épouse à titre de dommages et intérêts. L’affaire a été mise en délibérée pour le 21 octobre 2021.

Rejoignez notre newsletter!