Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 18Article 623665

Actualités of Monday, 18 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Un bensikineur renverse un gendarme par accident à Yaoundé

La scène se déroule à Yaoundé La scène se déroule à Yaoundé

• La scène se déroule à Yaoundé

• Le gendarme traversait la route

• Mais il maniait son téléphone en marchant


Selon l'un des témoins de la scène, l'accident aurait pu être évitée si le gendarme était concentré sur sa traversée de la route.

"Ce sont les cris de douleurs du soldat qui vont alerter le carrefour envahi par les ténèbres. Assis dans la poussière et tenant sa tête ensanglantée entre ses paumes de main, l'homme en tenue complètement dépassé par les événements va continuer à se tordre de douleurs en multipliant les appels de secours à différents collègues", écrit notre source qui explique que le bensikineur a été embarqué plus tard par un groupe de gendarmes vers une destination inconnue.

L'on se rappelle que la semaine dernière, le Cameroun a été ébranlé par l'affaire du meurtre d'une fillette par un gendarme. Le gendarme, selon les faits, a tiré sur un véhicule où se trouvait la fillette, alors qu’elle allait à l’école.

«Nous sommes tous des parents. Ca fait très mal de perdre un enfant dans des circonstances pareilles. Nous appelons la population au calme. C'est un incident triste et malheureux», a déclaré le gouverneur du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï, à la foule en furie qui avait envahi ses services avec la dépouille de l’écolière.

Le responsable n'a toutefois donné aucune précisions sur les circonstances de la mort ni sur les motivations du gendarme.

Dans un communiqué, l’archevêque du diocèse de Buea, Monseigneur Michael Bibi, a noté que c’est avec beaucoup d’émoi qu’il a constaté l’assassinat de cette écolière par un gendarme près de l’église catholique de Buea.

«Le gendarme a tenté de s’enfuir mais a été vite rattrapé par une foule en colère qui l’a lynché à la mort», a souligné l’archevêque de Buea.

«La population a réagi en lynchant le gendarme. Plus de 500 personnes sont sorties et ont marché avec la dépouille de la victime jusqu'au bureau du gouverneur. Celui-ci a tenté d'apaiser les gens en promettant des sanctions», a indiqué Blaise Chamango, responsable de l'ONG Human Rights Watch, présente à Buea.

Rejoignez notre newsletter!