Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 10Article 627715

Actualités of Wednesday, 10 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Tribalisme - Marginalisation: vague de démission d'officiers de police anglophone au Cameroun

'Ils appartiennent tous à des francophones' 'Ils appartiennent tous à des francophones'

• Des officiers anglophones de haut niveau de la DGSN démissionnent

• Ils dénoncent leur marginalisation

• Ils occupent des postes secondaires à la DGSN


C’est une vague de démission qu’on observe chez des officiers anglophones de haut niveau de ce corps depuis quelques jours.

En effet, de la marginalisation à l'intimidation, les policiers et les femmes anglophones dénoncent le fait ils ne soient pas en sécurité dans les différents départements de la police.
"Lorsque les anglophones se plaignent, ils ont toujours tendance à penser qu'ils n'ont aucune raison de se plaindre. Est-ce parce qu'ils sont considérés comme des citoyens de seconde classe dans tous les aspects de ce pays ? Prenez par exemple la police camerounaise, le Directeur Général à la Sûreté Nationale Mbarga Nguélé est un francophone d'origine Beti, une fonction jamais occupée par un anglophone tout comme les ministères de la défense et des finances alors que le SG est un Bassa de la région centrale.
Pour aggraver les choses et faire comprendre aux anglophones qu'ils n'appartiennent pas à ce pays, aucun des cinq inspecteurs généraux, aucun des huit directeurs, aucun des nombreux inspecteurs des services de sécurité nationale et aucun des chefs de division n'est anglophone. Ils appartiennent tous à des francophones, dont la majorité vient des régions du Centre et du Sud.", a confié un officier démissionnaire.

« Les Chefs Divisionnaires Mvogo (région centrale) et Bilounga (région sud) sont les actuels inspecteurs généraux. Le directeur des ressources humaines est Essongo Mathieu de Minta (région centrale). Le directeur de la formation est Mekoulou Atangana de Odza (région du centre). Le directeur de la santé est le Dr Bilounga (région du sud). Le directeur des renseignements généraux est Onana (région du centre). Le directeur des finances est Gousmou Emile (région de l'extrême nord). Le directeur de la police des frontières est Zakari (région du nord). Le directeur de la police judiciaire est Glede (région de l'extrême nord/centre). La direction de la sécurité publique est Kamguia (région de l'ouest).

"Pour les chefs de division : Le chef de la division juridique est le CD Esame Patrick de la région du Sud, le chef de la division de la communication est le CD Joice Cécile Mandeng de la région du Centre, le chef de la division des voyages officiels est le CD Essomba Erick Nicolas du Centre. a ajouté une source sécuritaire.

Les anglophones n'occupent que des postes secondaires et la plupart vont bientôt partir à la retraite.
"Les deux seuls postes occupés par des anglophones qui sont considérés comme n'ayant que le rang d'un directeur de l'administration centrale avec des pouvoirs et des avantages très limités sont le commandant de l'ENSP (l'école de police de Yaoundé) dont le Chef divisionnaire (CD) Tang Enow Lawrence du Sud-ouest est le chef et la délégation régionale de la sécurité nationale pour la région du nord-ouest où le CD Njume Wilson, toujours de la région du sud-ouest, est le délégué régional, même le CIAP (école de police de Mutengene) a le CD Nith Pierre de la région du Littoral a comme commandant." dénonce un officier de police.

Demission_Officiers_Police_Anglophones

Demission_Officiers_Police_Anglophones

SERAIL: EN COLERE, UN ANCIEN SECRETAIRE D'ETAT DU REGIME CLAQUE LES PORTES DU RDPC

Jean Marie Aleokol a envoyé une lettre au Secrétaire général du RDPC, il y a quelques jours. Dans sa lettre, l'ancien cadre du régime informe les premiers responsables du parti qu'il ne peut plus continuer à militer au sein du parti, notamment la section Haut Nyong Sud 2, dans l'arrondissement de Messok pour la "face hideuse" qu'elle présente depuis quelques temps.

Jean Marie Aleokol a donc décidé de devenir "simple citoyen".

Dans sa lettre qui fait depuis en début de journée de ce mercredi 10 novembre, le tour des réseaux sociaux, il écrit ceci: "Les idéaux de ce parti qui ont convaincu mon militantisme de départ, présentent une autre philosophie. La phase hideuse de cette section ( ) se caractérise par le détournement des décisions de la base. Ce qui fait penser que le rassemblement a cédé la place à la division, que la ploutocratie se substitue à la démocratie, que le militant de base est devenu le dindon de la farce, symbole du divertissement des membres des différentes commissions mises en place lors des consultations au sein de ce parti. Aucun texte, à l'instar des circulaires du parti n'est respecté à Messok".

Jean Marie Aleokol a intégrer la Fonction publique, le 10 novembre 1978. Il est ensuite nommé responsable du Service de Gestion du Personnel Educatif au Ministère de la Fonction Publique.

En 1979, il est nommé chef de service des Etudes dans le même département ministériel. Quelques mois plus tard, il est Directeur Adjoint de l’Administration Générale au Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales.

En 1983, il est détaché, comme Sous-directeur du personnel à la Direction Générale de la SONEL, à Douala. Puis du 14 avril 1989 au 8 décembre 2004, il occupe le poste de SG du Ministère de la Défense.

Du 8 décembre 2004 au 7 septembre 2007, il est Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense chargé de la Gendarmerie Nationale.

Rejoignez notre newsletter!