Vous-êtes ici: AccueilActualités2022 01 14Article 636358

Actualités of Friday, 14 January 2022

Source: www.camerounweb.com

Sud-Ouest : Accalmie après de violents affrontements entre l’armée et les séparatistes

Vaquez à vos occupations Vaquez à vos occupations

Des scènes de guerre ont secoué Buea

Plusieurs personnes sont mortes

Le Calme est revenu

Après la scene de guerre qui a secoué mercredi dernier les villes de Buea et Limbe, dans la région du Sud-Ouest, un calme semble avoir regagné les villes. Selon plusieurs habitants des quartiers de Buea, chef-lieu de la région, aucun coup de feu n’a été entendu de la matinée et les barrages de contrôles des Forces de défense et de sécurité (FDS), déjà renforcés à la veille de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, sont toujours en place. Mis malgré ce calme, les populations qui se sont réfugiés dans les villes voisines craignent que les coups de feu reprennent. « Les séparatistes ont annoncé qu’ils vont troubler la CAN. Les combats d’hier n’étaient qu’une face de ce que ces derniers peuvent faire. Puisque ce jour, ils ont fait des vidéos brandissant des lance-roquettes », confie une source à Moliko près de Buea.
Hier, des affrontements avaient eu lieu entre les FDS et des séparatistes armés décidés à perturber la compétition. Des sources non officielles font état d’au moins deux morts et des blessés à la périphérie de Buea. Ces villes accueillent le groupe F de la CAN. Elle est composée de la Gambie, du Mali, de la Mauritanie et de la Tunisie.

En quelques jours seulement au moins deux avocats ont trouvé la mort par balle dans les deux régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest. De plus en plus la communauté internationale appelle au calme dans les deux régions, mais les combats entre les séparatistes décidés à former leur état virtuel de l’Ambazonie et les forces de défense et de sécurité font toujours rage, laissant au passage des milliers de déplacés et de mort.

Depuis 2016, le Cameroun vit cette guerre née des revendications des avocats et des enseignants anglophones.

Rejoignez notre newsletter!