Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 30Article 625822

Actualités Régionales of Saturday, 30 October 2021

Source: Regards du Monde

Succession à Bagam : des cadres du RDPC veulent imposer un Roi

Le Nouveau Roi des Bagam est à la phase terminale Le Nouveau Roi des Bagam est à la phase terminale

Depuis le départ de Sa Majesté Simo Tenkeu Zossie Jean Marie, roi des Bagam, le 23 mai 2020, un groupuscule d’individus non habilités à l’enterrement, à l’arrestation, à l’intronisation et à l’initiation d’un chef, selon la coutume Bagam, ont brillé par la loi de l’omerta en imposant un chef à la tête de cette chefferie.

Les manœuvres de l’ex préfet du département des Bamboutos Ewango Budu Ernest avaient plombé le processus de succession conformément aux Us et Coutumes Bagam. L’ancien préfet, de connivence avec une élite prédatrice et corrompue, avait délibérément écarté du processus les Notables habilités en la matière via un comité de régence composé de huit personnes non habilitées y compris la Princesse Julienne Keut-cha qui, selon des sources, fut sa concubine.

Aujourd’hui, ces mêmes élites faussaires tentent malgré leur forfait inavoué à corrompre le nouveau préfet François Etapa, afin de donner raison à l’ex-préfet Ewango Ernest dans ses anciennes manœuvres. La loi de l’omerta est encore remise en jeu par ces élites véreuses alors que le calme semble revenu dans le village.

Trois mois ont suffi pour que les prédateurs du trône mettent la machine de la corruption en marche, question d’usurper la succession du roi, selon la quasi-totalité des princes et notabilités coutumières compétentes. Ne dit-on pas que «le Roi est mort, vive le Roi» ? Ces derniers disent avoir dénoncé au lendemain du 1er août 2020 les manœuvres mises sur pied par l’ex préfet du département des Bamboutos Ewango Budu Ernest pour faire table- rase des Us et Coutumes Bagam en écartant du processus les Notables habilités en la matière via un comité de régence composé de huit personnes non habilitées inclue la Princesse Julienne Keutcha (sa concubine). Que cherchait donc cette princesse dans le processus de l’arrestation du roi, décrient certains princes, princesses et dignitaires.

Cette même machine d’intimidation et trafic d’influence mis sur pied par cet administrateur avait donc trahi sa pensée en date du 1er août 2020 date officielle des obsèques de SM Simo Tenkeu Zossie JM, ou après l’arrestation d’abord de l’oncle du défunt roi Célestin Nopieghie suivi de celui du prince Fongtendop Zossie Dieu-donné, frère cadet de sa copine, la princesse Julienne Keutcha, trente (30) minutes après.

Selon certaines sources, c’est à cet instant que l’ex préfet Ewangu avait encore pris sur lui la responsabilité de consulter certaines personnes non habilitées à cette désignation et en dépouillant le fameux testament devant elles.

Une lecture du dit document a été fait à moitié par le même administrateur, et séance tenante la même princesse Julienne Keutcha est venue avec un autre testament similaire disant que ce deuxième était dans le sac du défunt roi a l’intérieur de la chambre, a déclaré un notable qui vivait la scène. D’où la question à se poser : où sortait cette princesse avec ce testament ?

Outre ces irrégularités, l’arrestation du prince Fongtendop Dieudonné a eu lieu à l’esplanade de la chefferie supérieure Bagam par les policiers traditionnels(mouoboh), d’un chef de quartier Marna Foghap, pourtant ce dernier n’a pas qualité dans la procédure d’arrestation d’un chef à Bagam, une faute stratégique très grave et usurpation de fonction.

Pourtant les policiers traditionnels de la chefferie qui à l’accoutumée procèdent à cette arrestation dans la case des princes étaient bel et bien présents, mais ignorés par l’ex préfet Ewango Ernest au regard et aux yeux de toute la population nombreuse à cette cérémonie.

Un notable et patriarche de ce village déclare que le testament qu’on les avait brandis pour les obliger à soutenir le choix du prince Fongtendop Dieudonné était plein de raillure et que malgré ce faux constaté, le maire de Galim Tsouogang Elie Saker avait obligé le notable Nde Mouonang et autres à passer à l’action. Comme cet adage qui dit : « il n’y a pas de crime parfait », cette machine a accouché d’une souris huit mois après les revendications sans cesse des princes, princesses et notables habilités, suivies des incriminations de Fongtendop Dieudonné qui ont mis les populations dans l’échauffourée.

Deux semaines,après l’expulsion de ce dernier de la case royale par les princes, ils ont demandé que leur frère Fongtendop Dieudonné leur présente en famille une copie du testament qui a fait de lui leur père, mais le refus et l’orgueil à leur endroit les a motivés à l’expulser définitivement de la chefferie…Ce qui a permis à la notabilité coutumièrement compétente de designer le prince SM Mouoyebe Zossie Mathurin dit Paul Biya, ingénieur des postes et télécommunications venu du Quatar.

Rappelons que cette crise est née d’une erreur administrative et de certaines élites véreuses tapies dans l’ombre pour des intérêts égoïstes. Le nouveau préfet des Bamboutos s’est saisi du dossier et il avait en amont crée plusieurs commissions (comité de paix et de réconciliation, commission des bons offices). Après les différents échanges, il ressort que Sa Majesté Mouoyebe Zossie Mathurin est celui que les notables coutumièrement compétents ont désigné selon les règles de l’art.

Le nouveau préfet avait déclaré à la chefferie Bagam que « on m’a envoyé résoudre ce problème, je n’étais pas là quand on a créé ce problème et de renchérir que la voix du peuple c’est la voix de Dieu », une déclaration survenue au moment où les notables habilités, les princes et la quasi-totalité de, la population avaient dénoncé les manœuvres de son prédécesseur Ewango, tout en lui disant que le nouveau Roi de Bagam est bel et bien SM Mouoyebe Zossie Mathurin dit Paul Biya.

Aujourd’hui les mêmes élites faussaires et corrupteurs selon certaines sources tentent malgré leur forfait inavoué à corrompre le nouveau préfet François Etapa, afin de donner raison à l’ex-préfet Ewango Ernest. La loi de l’omerta est encore mise en jeu par ces élites véreuses sans loi ni état d’âme, au moment où le calme semble revenu dans le village.

Peut-on tenter de séduire un administrateur en l’achetant une voiture au détriment de la vie de plus de 80.000 habitants ? Dans tous les cas selon certaines sources le village Bagam est calme et peut devenir incontrôlable si ces élites tentent une fois de plus à leur imposer Fongtendop Dieudonné.

Car comment est-ce qu’on veut résoudre un problème où les vrais coupables sont connus. Et donc les innocents sont en prison juste parce qu’ils ont été dans un lieu sacré pour accompagner le roi Mouoyebe le jour où la même équipe par leur manœuvre a tenté de tirer sur le nouveau roi Sa majesté Mouoyebe Zossie Mathurin dans un lieu sacré.

Mais la vérité est que celui qui est actuellement le Nouveau Roi des Bagam est à la phase terminale de son initiation et que les fameux testaments présentés trois mois après le décès de SM Simo Tenkeu Zossie Jean Marie par l’ex préfet Ewango et la princesse Julienne Keutcha sont fortement contestés par les princes, princesses et Reines. L’affaire est pendante devant le tribunal de grande instance de Mbouda pour constitution de la partie civile. Il faut rappeler que les 9/12 des Avocats (fils de ce terroir) se sont constitués pour attaquer ce testament dit Apocryphe.

Rejoignez notre newsletter!