Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 03Article 621571

Actualités of Sunday, 3 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Sentiment anti-français : Maurice Kamto charge (encore) Emmanuel Macron

Maurice Kamto charge (encore) Emmanuel Macron Maurice Kamto charge (encore) Emmanuel Macron

• Maurice Kamto a accordé une interview au journal Le Monde

• Il évoque ses relations compliquées avec Macron

• Il explique pourquoi la France perd du terrain sur le continent africain

Maurice Kamto ne se fait pas d’illusion. Il sait que la France pour protéger ses intérêts, préfère renforcer ses liens avec le régime de Paul Biya plutôt que de traiter avec lui. Le leader du MRC sait également que le président français Emmanuel Macron n’est pas pressé de le recevoir. Il estime que la France fait une mauvaise analyse des situations politiques sur le continent. Ce sont ces faux pas qui, selon lui créent le sentiment anti-français dont parle souvent Emmanuel Macron.

« Si les Français ne sont pas attentifs aux dynamiques à l’œuvre dans les pays africains, y compris au Cameroun, ils pourront toujours se réveiller après et dire qu’il y a un sentiment anti-français grandissant en Afrique. Mais cela ne tombe pas du ciel. Cela dépend de comment nous gérons cette vaste période de transition, y compris dans les relations entre la France et l’Afrique », avertit Kamto dans les colonnes du journal français Le Monde.

L’opposent camerounais tient malgré tout à renforcer ses liens avec France. Pour lui cette étape est indispensable avant son accession à la magistrature suprême.
« Je n’en sais rien. Ce que j’observe c’est qu’il n’y a pas d’empressement à me recevoir. Je ne demande pas à être adoubé, mais je le regrette. Je suis un pragmatique. Il y a un partenaire historique que nous considérons comme un pays ami, qui a des intérêts importants dans mon pays. Donc, je ne peux pas aspirer à diriger le Cameroun sans discuter avec lui, sans qu’il ne me connaisse. Je sais que les acteurs économiques préféreront traiter avec celui qui est là. Mais à partir du moment où nous parlons d’intérêts d’Etats, on doit s’inscrire dans une vision à long terme », a déclaré Maurice Kamto.

Rejoignez notre newsletter!