Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 07 11Article 443186

Opinions of Wednesday, 11 July 2018

Journaliste: Abdelaziz Moundé Njimbam

Sans être fils du terroir, un acteur américain revendique les origines camerounaises

Blair Erwin Underwood est né à Tacoma près de Washington. Il a étudié au Carnegie Mellon University et a été nominé pour des prix prestigieux dont le Golden Globe. Producteur, réalisateur, il a été six fois lauréat du NAACP Awards.

La carrière de cet acteur parmi les plus remarquables est un must et a décollé grâce à son rôle dans la série dramatique de la NBC, L.A Law, où il incarne l'avocat Jonathan Rollins. Il est riche, puissant et vit à fond son american dream ! Pourquoi donc s'encombrer à chercher à avoir un quelconque lien avec cette Afrique aux " pays de merde " ?

LIRE AUSSI: Ce que cache la vidéo sur des assassinats des femmes et enfants anglophones

Vous comprenez donc qu'il n'a nul besoin d'associer son image à celle d'un pays où les ordures jonchent les rues et avenues des principales capitales, où le président est éternel, où les artistes sont obligés de chanter les louanges de la Première Dame, où à cause d'une rupture de buse entre Yaoundé et Douala, une catastrophe ferroviaire est survenue à Eseka, etc.

Mais, de lui-même, sans que personne ne le force, il est allé faire des tests ADN. Résultat : des origines camerounaises dans une tribu du Nord-Ouest. Il a pris ses pieds kougna kougna et a fait le déplacement du Cameroun pour vibrer sur les piémonts du Mont Oku, avec ses frères, manger le gari, le tapioca aux arachides, prendre un dessert au savoureux café du coin, un des meilleurs au monde. Bref, un de ceux qui ont compris que chaque être humain a une histoire peu importe le passeport ou la nationalité.

LIRE AUSSI: Un prêtre appelle au boycott de la présidentielle du 07 octobre

La vie, ce n'est donc pas que des victoires en Coupe du monde ou des lauriers à Hollywood, mais aussi du sens et des symboles. Et Blair Underwood comme beaucoup de " Camericains " qui font leurs tests ou tout simplement des Africains-Américains en est la preuve.

Comme quoi, tous les morceaux de bois qui traversent l'Atlantique et la Mediterranée auront fait cent ou mille ans dans l'eau qu'ils ne deviendront jamais des alligators blancs d'Amérique !