Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 12 02Article 631195

Politique of Thursday, 2 December 2021

Source: www.camerounweb.com

Séquestration de Kamto : voici la version officielle du MRC

Voici la version officielle du MRC Voici la version officielle du MRC

• Maurice Kamto est à Douala

• Le president du MRC est séquestré

• Le MRC réclame des explications au pouvoir

Le séjour du président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun est perturbé depuis hier par le débarquement à son hôtel de plusieurs convois des forces de l’ordre et de sécurité. Cette forte présence militaire empêche Maurice Kamto de vaquer librement à ses occupations. Le parti demande aux autorités camerounaises de leur notifier clairement s’il est interdit à leur président de se déplacer au Cameroun.

« Si Maurice Kamto n'est plus un citoyen camerounais libre de ses mouvements dans son propre pays, si sa liberté d'expression lui est retirée et s'il est persona non grata à Douala, le régime doit avoir le courage de le dire, de le lui signifier et d'assumer ses actes ainsi que leurs conséquences », lit-on dans le communiqué signé par le Secrétaire général du parti, Me NDONG Christopher NVEH.

« Le MRC condamne fermement cette nouvelle escalade dans la violence contre son Président, ces harcèlement permanents et ces violations flagrantes de ses droits garantis par notre Constitution et les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Cameroun », poursuit la note.


La rédaction de CamerounWeb vous propose l’intégralité du communiqué du MRC



Sur l'interdiction de la cérémonie de dédicace des livres de l'auteur Maurice Kamto et la séquestration du Président national du MRC dans un hôtel à Douala

Hier mardi 30 novembre, le Président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun s’est rendu à Douala pour apporter du réconfort à des militants et sympathisants arrêtés arbitrairement et détenus illégalement à la Prison centrale de New Bell à Douala. La visite s'est passée en toute discrétion et sans heurt. Après avoir communiqué avec eux, il s'est rendu au siège régional du parti à New Deido pour une réunion avec des responsables du parti dans le Littoral. Ayant été informées de son arrivée de très nombreuses personnes s’y sont rendues spontanément sur le lieu pour l’acclamer et lui témoigner leur soutien et leur affection.

Le Président s'est brièvement adressé à elles, rappelant que l'option fondamentale du MRC est le changement dans la paix et par les urnes, rappelant au régime que cette option ne doit pas être pris pour de la faiblesse. Ce choix e a été faitet est maintenu parce qu'il est et demeure la meilleure option pour le MRC. Il a aussi déclaré que si nous ne cherchons pas la bagarre, nous ne fuyons pas la bagarre, et qu'il espérait que les militants et sympathisants arbitrairement détenus depuis plus de quatorze mois seront libérés avant la fin de l'année et passeront la fête de fin d'année en famille, afin d'éviter de ternir l'image de notre pays. Sur ce le Président Kamto a demandé aux personnes présentes, comme il le fait habituellement, de rentrer en paix chez elles. La réunion avec les responsables du parti terminée, il est parti à son hôtel sans aucun incident.

Le Président élu avait déjà annoncé depuis plusieurs jours une cérémonie de dédicace de quelques-uns de ses ouvrages à partir de 16h ce jour à Douala, à l'instar de celle qui a eu lieu récemment à Yaoundé. Mais, tôt ce matin, gendarmes et policiers ont bloqué l’accès à l’hôtel où il est descendu. Dans le même temps, ils ont envahi le restaurant La Chaumière, à Bonapriso, où devait avoir lieu la cérémonie de dédicace et bloqué depuis 4h du matin toutes les voies d’accès audit restaurant . On peut apercevoir ces forces répressives à plusieurs carrefours de Douala, comme si cette ville était en état de siège. La séquestration du Président Maurice Kamto dans un hôtel à Douala, sans motif ni notification rappelle celle qui a eu lieu l'année dernière à son domicile à Yaoundé.

La cérémonie de dédicace n’avait pourtant rien à voir avec l’activité politique, et concernait des ouvrages en libre circulation au Cameroun et à l'étranger. Une telle cérémonie est un moment de communion entre un auteur et ses lecteurs. Si Maurice Kamto n'est plus un citoyen camerounais libre de ses mouvements dans son propre pays, si sa liberté d'expression lui est retirée et s'il est persona non grata à Douala, le régime doit avoir le courage de le dire, de le lui signifier et d'assumer ses actes ainsi que leurs conséquences. Le MRC condamne fermement cette nouvelle escalade dans la violence contre son Président, ces harcèlement permanents et ces violations flagrantes de ses droits garantis par notre Constitution et les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Cameroun.

Le MRC, s’offusque d’un tel acharnement dont l’objectif affirmé est de l’empêcher par tous les moyens de mener paisiblement ses activités en tant que parti politique. Il tiendra le gouvernement responsable de tout ce qui arriverait à son Président national, ainsi que de toutes les conséquences imprévisibles qui en résulteraient.
Fait à Yaoundé, le 1 décembre 2021

Rejoignez notre newsletter!