Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 03Article 626512

Actualités of Wednesday, 3 November 2021

Source: Afric Infos n°2160

RDPC Sanaga maritime est : renouvellement du bureau sur fond de tribalisme

Des militants du RDPC Des militants du RDPC

La pilule a été difficile à avaler pour les Adiè dont le candidat, Emmanuel Biteghye, a essuyé un pied-de-nez face au Babimbi, Sa Majesté Patrice Wenang 1er. Ces mauvais perdants crient aux loups et jettent en pâture à une presse-racaille un homme réputé intègre et charismatique, Auguste Mbappé Penda, qui, chargé de superviser ces opérations à Edéa 1er, a brillé par son impartialité, sa clairvoyance et son sens de responsabilité.


C’est connu depuis quelques jours : désormais, c’est SM Patrice Wenang 1er qui trône à la présidence de la section Rdpc Sanaga Maritime Est, orpheline avant même le renouvellement des bureaux des organes de base dont les opérations ont duré près de deux mois au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) ; suite au décès de Mme Mbeleg née Marinette Ngo Yetna qui tenait ses rênes. Pour se jucher à ce piédestal, ce militant de la première heure du “parti du flambeau” a fait d’une bouchée son adversaire, Emmanuel Biteghye dont l’échec est non seulement ressenti comme celui d’une tribu : les Adiè, mais plus encore, d’un membre du gouvernement qui réclame son appartenance à ce peuple. Et comme on pouvait s’attendre, les mauvais perdants, au lieu de reconnaître leur défaite et saluer le vainqueur, se sont mués en geignards et bonnets de nuit qui, à coups de philippiques, versent leur bile sur Auguste Mbappé Penda qu’ils taxent de tous les noms d’oiseaux.

Le chargé de la supervision des élections dans cette section, envoyé par le comité central du Rdpc est aujourd’hui le bouc émissaire, mieux le souffre-douleur de ces personnes qui ne semblent que comprendre dalle du jeu démocratique. Ceci, avec la contribution nauséeuse d’une certaine presse aux ordres et instrumentalisée par des esprits chagrins, qui cherchent à tout prix, à peindre en noir un homme qui pourtant, jouit d’une grande réputation de probité morale et d’impartialité. Des valeurs et bien d’autres qui ont pesé lourd dans la balance pour son choix par la hiérarchie du parti, comme principal responsable de la commission qui était chargée de superviser les opérations de renouvellement des bureaux des organes de base dans la section Rdpc Sanaga Maritime Est. Mangé dans toutes les sauces « Ayant jugé dans l’esprit des textes de notre formation politique, Auguste Mbappé Penda, pour avoir reconnu la victoire de Patrice Wenang 1er est mangé à toutes les sauces par les Adiè ; du coup, il prête le flanc aux peaux de banane, aux coups fourrés et bien de complots ourdis. Heureusement que le directeur général du Conseil national des chargeurs du Cameroun (Cncc), convaincu de s’être rangé sous la bannière de la vérité et d’avoir mené à bien sa mission, n’est pas ébranlé par cette agitation stérile et contreproductive pour le Rdpc », pestait un responsable du parti de Paul Biya.

Pour information, Auguste Mbappé Penda est un grand acteur politique, natif du département de la Sanaga Maritime, arrondissement de Pouma, de la famille Log-Sag-Ho. Donc la sous-section est un bastion imprenable du Rdpc. Toujours l’une des premières en termes de suffrages exprimés au compte du “parti du flambeau”, réputé pour sa gestion spartiate des entreprises étatiques. Par exemple, c’est depuis 2005 que cet administrateur civil principal, émoulu de l’Ecole nationale d’administration et de la magistrature (Enam), est directeur général du Conseil national des chargeurs du Cameroun (Cncc). D’abord désigné comme Dg par intérim de cette structure par le conseil d’administration, sa confirmation à ce poste s’est faite le 24 janvier 2006. Comme partout où il a occupé des responsabilités dans l’administration, sa nomination répondait aux exigences de la compétence. Porte-étendard de la gouvernance, face aux nombreux défis qui sont inhérents au domaine des chargeurs, ce manager atypique montre sa détermination à pourvoir avec art aux exigences de sa responsabilité.

A l’aune de sa myriade d’actions Quid du nouveau président de la section Rdpc Sanaga Maritime Est, Patrice Wenang 1er ? D’entrée de jeu, il faut dire que cela aurait été une surprise, immense d’ailleurs, au cas où cet apparatchik du Rdpc venait à être battu aux élections internes. Situé au confluent de la tradition et du modernisme, Sa Majesté Wenang 1er Patrice est très connu à l’aune de sa myriade de casquettes.

Né d’un père originaire de Massock Song Loulou (famille Log-Héga) et d’une mère native de Ngambé (famille Log-Yedé), ce protestant Epc pratiquant est un cador, au sens plénier du terme, du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Au cours de ses 30 ans et plus de militantisme sans désemparer, il a gravi les marches successives du parti pour se retrouver, pendant plus de 10 ans, au poste de président de la sous-section Bisseckè-Mbanda. Sous-section dans laquelle il avait également été vice-président. Son fief politique, Bisseckè-Mbanda et Camp sic, est le plus important de la ‘’ville lumière’’ en termes de militants (plus de 1000). Aussi, grâce à son action sur le terrain, le parti du président Paul Biya n’a de cesse d’optimiser son image et de gagner le terrain électoral dans la Sanaga Maritime particulièrement. Au demeurant, si l’intérêt de ce dépositaire de la tradition Bassa est très prononcé pour le développement social, son action politique, lui, s’inscrit dans un objectif plus grand visant à faire de la Sanaga Maritime un socle granitique du Rdpc. Par ailleurs, Sa Majesté Wenang 1er Patrice est à la tête de la Société des travaux industriels et commerciaux (Stic) en qualité de président directeur général fondateur (Pdgf) qui emploie plus de 100 personnes dans cette ville. Il est également patron d’un centre de formation des métiers industriels et promoteur d’établissements maternels et primaires. Au plan social, ses œuvres sont également seyantes.

L’organisateur du grand et onéreux championnat de vacances (des millions de Fcfa à la pelle) à Edéa, ne manque pas d’occasion d’être au chevet des prisonniers qui bénéficient de temps à autres de ses mirobolantes libéralités. A son actif aussi, plusieurs autres projets de grande valeur ajoutée économique et sociale. « Ce membre de l’élite locale reste l’un des plus soucieux du développement et engagés dans l’accompagnement de la volonté du chef de l’Etat, Paul Biya pour le processus de développement du pays », soutient pince-sans-rire un militant de l’Upc. Faisant référence à tout ce qui est dit supra, comment pouvait-on envisager son échec face à un petit poucet qu’est Emmanuel Biteghye ? Rendez-vous dans cinq ans. (A suivre)

Rejoignez notre newsletter!