Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 25Article 624832

Actualités of Monday, 25 October 2021

Source: LA NOUVELLE N° 614

RDPC : Messi Atangana indésirable dans le Mfoundi

Messi Atangana indésirable dans le Mfoundi Messi Atangana indésirable dans le Mfoundi

Selon des sources dignes de foi, au lendemain de sa prise de fonction à la tête de la mairie de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana jura, la main sur le cœur, à quelques élites du département Mfoundi, ainsi qu’aux maires d’arrondissements, qu’il se tenait en dehors des affaires politiques. Seulement, l’homme vient d’être rattrapé dans sa fourberie à l’occasion des opérations de renouvellement des organes de base du Rdpc, par une avalanche d’échecs et la razzia des enfants du Mfoundi qui démontrent ainsi qu’ils tiennent de main de maître leur ville. Alors question : de qui répond finalement Luc Messi Atangana ?

Yaoundé 3 où il est supposé être un natif, même si d’aucuns le renvoient à Nkongzock, non loin de Ngoumou, département de la Mefou et akono, la victoire de Lucas Owona à la tête de la section rdpc n’a surpris personne. au contraire.aen croire de nombreuses têtes couronnées de cette cirà conscription politique, Lucatangana Messi est davantage connu à Yaoundé comme une élite et moins comme un militant du rdpc au sens propre du terme. D’ailleurs en petits comités, il ferait lui-même croire qu’il ne doit pas son élection à la tête de la mairie de ville de Yaoundé au parti de Paul Biya. Ce qui fait sourire quelques manœuvré dans l’ombre doublement obscur du Comité central du rdpc pour la nomination ou l’élection (c’est selon) de Luc Messi atangana, à la tête de la mairie de la ville de Yaoundé.

Vrai ou faux ? Toujours est-il que, pour ce qui est des opérations de renouvellement des organes de base du rdpc dans l’arrondissement de Yaoundé 3, la partie n’aurait pas été du tout facile pour Luc Messi atangana.

Selon nos sources, après avoir tenté à travers menaces et autres manœuvres ubuesques d’intimidation à dissuader Lucas Owona de retirer sa candidature, le maire de la ville aurait alors misé sur un proche : Hubert abega abega. Malheureusement, ce dernier fut tout simplement laminé par le maire Lucas Owona dont les actions et la maîtrise du terrain sont appréciées des populations. Une déculottée qui témoigne de l’impopularité de Luc Messi Atangana dans sa circonscription politique. Jugez-en vous-même ! Dans sa propre soussection dénommée Efoulan-Mvolyé, un certain akono présenté comme son protégé a tout simplement été ignoré par la base qui aura plutôt préféré Laurent Ndi fouda. Si donc à Efoulan où il réside, Luc Messi atangana se retrouve ainsi aujourd’hui sans base politique, qu’en est-il des autres arrondissements de la ville de Yaoundé ? Lesquels arrondissements où il est soupçonné d’avoir parfois suscité des candidatures ?

MACHINE ELECTORALE

A Yaoundé 6, le bourreau de Luc Messi Atangana dans cet arrondissement a un nom : Jacques Yoki Onana. Pour prendre sa revanche sur un maire qui n’a jamais voulu lui faire entendre ce qu’il veut, Luc Messi Atangana aura jeté son dévolu sur fouda andré, ex-proviseur du Lycée général Leclerc, aujourd’hui proviseur du Lycée de Ngoa Ekelle. Et la preuve ? À peine la campagne de renouvellement des organes de base du rdpc fut-elle lancée dans le département du Mfoundi, le maire de la ville de Yaoundé écumait les artères du Mfoundi 6. Et ceci, à travers de curieuses actions subites d’aménagement des axes routiers secondaires pourtant de la compétence des mairies d’arrondissement. Aucun mystère pour de nombreux observateurs politique de la ville aux 7 collines : Luc Messi atangana avait misé sur le très affable fouda andré pour renverser Jacques Yoki Onana. Seulement, ni lui Messi atangana, encore moins fouda andré, personne se semblait avoir tiré les leçons de l’échec de l’ex-proviseur du Lycée Général Leclerc lors des municipales de février 2020. En interne, se souviennent nos sources, fouda andré avait lamentablement échoué face à Yoki Onana qui rempilait à la tête de l’exécutif communal. C’est le même scénario qui s’est reproduit lors des dernières opérations de renouvellement des organes de base.amédée Benjamin Etogo Bete, tête de la liste dans laquelle l’ex-proviseur du Lycée Leclerc se trouvait fut copieusement battue par la machine électorale de Yoki Onana. La messe était ainsi dite pour Luc Messi atangana qui caressait pourtant l’espoir de contrôler la section rdpc du Mfoundi 6. Un échec qui appelait un autre.

CASSES SAUVAGES

Yaoundé 7. Au commencement étaient les casses sauvages dans la dernière-née des communes de la ville de Yaoundé. Luc Messi atangana qui croit avoir la carrure de Gilbert tsimi Evouna se lance insidieusement dans une campagne de fragilisation d’augustin tamba dans sa base politique. Et ce, indiquent nos sources, en se rangeant stratégiquement derrière la candidature de l’ancien président de section rdpc, Prosper Ndougsa. Ou encore, en soutenant dans l’ombre un certain Jojo tele Kwakwa, candidat à la sous-section rdpc de Nkolnkoumou. Seulement, face à un homme de référence, un géant de la politique à Yaoundé 7, le petit émirat de bras cassés finit honteusement par mordre la poussière. Et ce, apprend-on, malgré le jeu trouble orchestré par une certaine Bekono, émissaire du Comité central du rdpc fortement soupçonnée d’être à la solde de la famille tsimi Evouna. L’espoir caressé par Luc Messi atangana de contrôler l’exécutif communal de Yaoundé 7 pour une probable réélection à la mairie de la ville venait ainsi de s’écrouler. Comme un château de cartes. La déculottée du «super maire» n’allait pas s’arrêter là.

Yaoundé 1er. Comment faire pour évincer le maire Jean Marie abouna qui donne des insomnies au clan andze depuis 2015 ? Luc Messi atangana ne s’est pas trituré les méninges pendant longtemps pour répondre à cette question. Il n’a pas oublié qu’il avait comme challenger à l’«élection » du maire de la ville de Yaoundé un Jean Marieabouna qui s’était à la fin plié à la volonté du parti.

Surtout, Luc Messi atangana savait qu’il pouvait compter sur un certain Olingaandze, frère de l’ancien maire Emile andze andze, qui occupe le stratégique poste de directeur technique à la mairie de la ville de Yaoundé. Luc Messiatangana se rend à l’évidence que ce seul attelage avec un membre de la famille Andze n’est pas suffisant pour évincer un chantre de l’unité nationale et indéfectible soutien du président Paul Biya dans le Mfoundi 1er.

Il faut pour cela effectuer d’autres recrutements parmi les adversaires politiques de Jean Marie abouna. Quelques noms sont très vite trouvés à savoir, Julienne fotso, dit Eteme, alias Obono Mballa, alias Marafa Hamidou, alias Houphouët Boigny. Même jusque-là, la coalition ainsi formée sait pertinemment que Jean Marie abouna qui a été non seulement gracié, mais aussi réhabilité le 24 juin 2021, à la suite du contentieux du double scrutin législatif et municipal de février 2020 est un dur à cuire.

Dans certaines officines ténébreuses, il est question de faire feu de tout bois pour venir à bout de Jean Marie abouna. Pour de nombreux observateurs, c’est tout le sens à donner à cette histoire cousue de fil blanc qui se raconte depuis dans la capitale politique camerounaise. L’on apprend ainsi que le maire de la commune d'arrondissement de Yaoundé 1er est accusé d'avoir drogué et violé une femme, demandeur d'emploi dans son bureau, il y a plusieurs mois. Du n’importe quoi. Pour nos observateurs, les adversaires politiques de Jean Marie abouna auront tout simplement voulu se servir de la circulaire du président national du rdpc qui indique que : «si on est poursuivi par devant les tribunaux pour un fait, on ne peut pas se présenter à l’élection à la présidence de la section Rdpc.» d’où cette grossière citation directe montée de toutes pièces qui va être balancée dans les hautes instances du parti. Objectif inavoué : disqualifier la candidature de Jean Marie abouna. Un véritable polar qui aura fini par étaler sur la place publique, la face hideuse de ces manœuvriers de l’ombre qui polluent la vie du rdpc dans le Mfoundi 1er. En dépit de toutes ces basses manœuvres, Jean Marieabouna va pulvériser tous ses adversaires en remportant l’élection à la tête de la section, au grand dam de Luc Messi Atangana sans voix.

VOIX SURE

Yaoundé ii. Une autre désillusion attendait le « super maire » au pied du mont Nkolnyada. Depuis le décès du président de section Luc Assamba, le 16 novembre 2018, la section RDPC du Mfoundi ii n’avait plus de président. Tout au moins pour cela, la dernière opération de renouvellement des organes de base était très attendue.au terme desdites opérations, c’est le jeune maire Yannick Martial Ayissi Eloundou qui va bénéficier de la confiance de la base militante. Mais cela n’a pas été du tout facile. Et ceci avec le jeu plus ou moins visible et même trouble du maire de la ville qui s’était adossé sur un élu de la Nation, opérateur économique. C’est celui-ci qui aurait joué des coudes pour placer un protégé de Luc Messi Atangana au sein même de l’exécutif communal. Pour de nombreux observateurs, ce choix du proche du maire de la ville de Yaoundé n’est pas gratuit.

A travers l’élection à la tête de la section de l’adversaire de Yannick Martial ayissi Eloundou, cela lui aurait permis d’avoir une voix sûre lors de la prochaine élection à la tête de la mairie de la ville. Mais hélas ! Des casses pour régler des comptes.

Rejoignez notre newsletter!