Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 01 24Article 431371

General News of Wednesday, 24 January 2018

Source: cameroonweb.com

Révélations de Wikileaks sur Marafa, les USA et la succession de Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’ancien ministre et bras de Paul Biya Marafa Hamidou Yaya aurait eu une rencontre secrète, avant son arrestation en avril 2012, avec l’ambassadeur des États unis au Cameroun de l’époque Robert P. Jackson.

Les notes de cette rencontre, classées confidentiel par les services américains, viennent d’être révélées par Wikileaks.

Entre autres sujets abordés, la succession de Paul Biya et les élections de 2011.

Lire l’intégralité de la note de l’Ambassade américaine sur cette rencontre :


(C) Résumé. Le Cameroun n'aura pas d'élections présidentielles, comme prévu, en 2011 ou les élections, si elles se tiennent, seront si mauvaises que personne ne les croira, selon Yaya Hamidou Marafa, ministre camerounais de l'Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD). Dans une discussion large et franche avec l'ambassadeur le 19 mai, Marafa a exprimé son inquiétude et son incertitude sur la transition du Cameroun à l'ère post-Biya, craignant que les plans de Biya de transférer directement le pouvoir à un successeur trié sur le volet ne soient pas acceptés par le Peuple camerounais.

Marafa a déclaré que la commission électorale nouvellement créée, ELECAM, avait un mauvais leadership et avait de mauvais résultats. Marafa a partagé sa version des scandales de corruption liés à l'achat d'un avion Boeing (septel) et a soulevé des inquiétudes sur la sécurité du Cameroun face à la montée du banditisme dans le nord et l'incertitude à la tête du Gabon et du Nigeria. Résumé final ELECAM ne fonctionne pas; Élections dans le doute.

LIRE AUSSI: Un pasteur Camerounais prédit la mort de Paul Biya avant octobre

Marafa a dit à l'ambassadeur qu'ELECAM n'a pas les «bonnes personnes» pour la tâche et ne fait pas de progrès pour se préparer aux élections présidentielles prévues pour 2011. «Je suis inquiet», a-t-il dit, prédisant que soit 2011 les élections devraient être reportées ou, si elles se déroulent comme prévu, elles seront si mauvaises que personne ne les croira.

Marafa a dit qu'il partagerait ses vues avec le président Biya lors d'une réunion plus tard cette semaine, mais "il ne m'écoutera pas parce qu'il sait que je me suis longtemps opposé à ELECAM". Marafa a déclaré que le gouvernement du Cameroun (GRC) n'avait pas enregistré de nouveaux électeurs depuis la dernière élection présidentielle en 2004, alors "nous ne savons pas comment le faire".

Marafa a déclaré que Biya ne changerait jamais les gens qu'il a nommés à ELECAM, donc l'objectif de Marafa était de convaincre Biya de reformer ELECAM pour ressembler davantage à l'Observatoire National des Elections (ONEL) précédent, mais "avec plus de pouvoir". Biya est "fatiguée" et n'agit pas comme Biya.

LIRE AUSSI:Paul Biya n’a pas de téléphone portable ! Il ne reçoit que 3 appels en 4 ans

Marafa a confié à l'ambassadeur que, jusqu'à il y a quelques mois, il était certain que Biya avait l'intention de chercher un autre mandat en 2011, mais «maintenant, je ne suis pas si sûr». Marafa a déclaré que Biya avait agi de façon inhabituelle ces derniers mois.

Par exemple, Biya a chargé un comité de compiler des comptes rendus de ses propres réalisations et a promu, par l'intermédiaire des médias officiels, la publication de "Le Code Biya", un nouveau livre d'un journaliste français sur le leadership de Biya. Marafa a laissé entendre que ces étapes suggéraient que Biya pensait à son héritage et se préparait peut-être à se retirer. (Note: Dans une conversation ultérieure avec l'ambassadeur lors d'un événement social du 20 mai qu'il a organisé, Marafa a commenté que Biya semblait fatigué.Marafa a souligné sa propre anxiété pour l'avenir, demandant à l'ambassadeur à plusieurs reprises, que pouvons-nous faire?) Incertitude, anxiété pour l'ère Post Biya.

Interrogé par l'ambassadeur sur ce que la GRC peut faire à la lumière des difficultés qui affectent la préparation des élections par ELECAM, Marafa a répondu: "Je ne sais pas, je ne sais pas comment nous en sortirons".

Marafa a déclaré que Biya lui avait souvent fait remarquer que la manière dont Ahidjo avait cédé le pouvoir à Biya était "le meilleur moyen de transférer le pouvoir en Afrique", suggérant que Biya aussi prévoyait de choisir un successeur à qui il transfèrerait les rênes du pouvoir. Biya ne réalise pas, a averti Marafa, que les Camerounais n'accepteront pas un tel arrangement. Marafa a dit qu'il était inquiet que Chantal Biya et "son entourage" puissent chercher à manipuler Biya et le transfert du pouvoir à leurs propres fins.

LIRE AUSSI:Liaison secrète Fally Ipupa et Chantal Biya, Patrice Nganang s’explique

Ambassadeur a demandé à Marafa pour son analyse des facteurs retardant le développement d'une installation de décorticage YAOUNDE 00000482 002 OF 002 à Lagdo dans le nord du Cameroun, un projet entrepris par la Société Agro-Industrielle de la Benoue (SAIB), dont Marafa est un bailleur de fonds, et soutenu par le programme Food for Progress de l'USG pour l'exercice 2004.

Marafa a déclaré que le bail pour les terres que SAIB veut cultiver continue d'être la source de querelles au sein du GRC. Marafa a promis de soulever la question avec le président Biya, mais a dit qu'il voulait que SAIB "liquider SAIB et payer nos dettes", pour inclure le 125.000.000 CFA (environ 250.000 dollars) qui est dû au programme Food for Progress. Préoccupations en matière de sécurité et conseils de sécurité.


En réponse à la question de l'ambassadeur sur le statut du Conseil de sécurité nationale que le président Biya a établi récemment, Marafa a déclaré: "tant que (secrétaire général à la présidence Lauren) Esso est en charge, ce comité ira nulle part." Marafa a exprimé sa frustration envers Esso («il tient tout») mais a blâmé le système, selon lequel «tout passe par lui» autant qu'Esso lui-même.

Marafa a déclaré que les relations avec le Nigeria continuent de s'améliorer depuis la résolution du conflit de Bakassi et craint que la récente capture par la GRC, sur le territoire nigérian, d'un rebelle camerounais autoproclamé (reftel) ne reflète mal le Cameroun; "Cela nous a fait ressembler à la Guinée équatoriale.

Marafa a dit que les Camerounais suivaient les rapports sur la détérioration de la santé du président gabonais et qu'il "s'inquiétait" de l'impact de la mort de Bongo et de l'incertitude sur la santé du président nigérian Yardua au Cameroun. Marafa a déclaré qu'il recevait des rapports quotidiens d'attaques de banditisme dans le nord du Cameroun et qu'il désespérait "il y a tellement d'armes qui traversent la frontière" du Tchad. Commentaire: Nous sommes inquiets que Marafa soit inquiètude.

LIRE AUSSI: Garde rapprochée de Chantal Biya: Jeune Afrique dévoile les noms !

Marafa était nettement plus inquiet de l'avenir du Cameroun que son homologue nordiste Amadou Ali, qui, lors d'une réunion précédente avec l'ambassadeur, avait fait confiance à la capacité de Biya à maîtriser le paysage politique incertain du Cameroun (réf.

Marafa avait à un moment donné l'ambition de succéder à Biya (réf c), mais dans nos conversations récentes, il a exprimé sa fatigue et sa volonté de sortir de la vie publique. Marafa s'est plaint de la difficulté qu'il a, même en tant que ministre principal, à faire quelque chose dans la bureaucratie et l'environnement opérationnel difficiles du Cameroun.

Marafa a parlé avec passion de ses inquiétudes sur le fait que les élections de 2011 seraient mal organisées et semblaient vraiment inquiètes de l'impact sur la réputation internationale du Cameroun. Venant, comme ils le font, du responsable du GRC qui a organisé les dernières élections (imparfaites) en 2007, les inquiétudes de Marafa sont particulièrement déconcertantes. Marafa n'a jamais caché son opposition à la création d'ELECAM, mais ses critiques semblent plus que de simples raisins verts.

LIRE AUSSI:Dans le refuge de Paul Biya [Dossier explosif de Jeune Afrique]

Les institutions démocratiques du Cameroun sont faibles et, même dans le cadre du MINATD, les élections ont toujours été problématiques. ELECAM part de zéro et avec une crédibilité ternie. Avec un peu plus de deux ans avant les élections - si elles se produisent, comme prévu, en octobre 2011 - il reste beaucoup à faire pour que le Cameroun puisse organiser des élections crédibles.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter