Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 15Article 628495

Actualités Régionales of Monday, 15 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Révélations: aussi visé par le BIR, Moja Moja a échappé à la mort à Buéa

Le chef Moja Moja au milieu de ces éléments Le chef Moja Moja au milieu de ces éléments

C'est ce qui ressort de ce direct Facebook de l'anglophone Tapang Ivo juste après la mort du chef et marabout John Mono tué aux petites heures du lundi 15 novembre 2021 alors qu'il se trouvait avec son groupe de rites Nganya à Buéa.

L'activiste anglophone révèle que le militaire et chef du village Ewune Hohn Eko alias Moja Moja est détesté actuellement dans le clan des chefs de Buéa. Ils considèrent le militaire du BIR comme un traître qui mange avec l'ennemi ambazonien la nuit et se positionne en défenseur du Cameroun la journée.

Ce double jeu est connu du pouvoir de Yaoundé. Il indique qu'une ordre a été donnée il y a quelques jours déjà d'éliminer Moja Moya. A l'en croire, les pleurs dans la vidéo indique le soldat du Bir connaît déjà son sort parce qu'il a échappé aux tirs de ce tirs des militaires du BIR ce 15 novembre. Sa vie est en danger et il le sait.

Tapang Ivo soulève un secret énorme par lequel le régime tue les anglophones qui s'associent à lui pour combattre le peuple au NOSO. Il révèle que le chef et marabout qui était blessé n'aurait pas dû être transporter à l'hospital car les médecins reçoivent l'ordre de Yaoundé d'injecter la solution léthale qui finira par les tuer.

L'activiste indique Moja Moja a été approché à plusieurs reprises par certains cadres de l'ambazonie le mettant en garde contre le régime Biya qui n'a pas d'amis car il finira par te tuer si tu n'es plus indispensable, note-t-il.

Le militaire Moja Moja a pleuré toutes les larmes de son corps dans une vidéos devenue virale sur la toile. La méfiance entre l'armée et les civils devient grandissante. Au moindre doute, les militaires n'hésitent à dégainer au moindre geste de son interlocuteur qu'ils prennent comme une menace à sa vie. Plus rien n'est sous contrôle au Noso, trois morts déjà par inadvertance notamment la petite fille carolaise et le chef John Monono et une autre petite fillette à Bamenda. Ceux sont les cas connus, qu'en est-il des cas que personne n'a pu relater?



Rejoignez notre newsletter!