Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 17Article 623656

Actualités of Sunday, 17 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Palais d'Etoudi: 'Brenda Biya livre les secrets pour renverser le régime Biya'

Brenda et son père président Paul Biya Brenda et son père président Paul Biya

• Une stratégie est dévoilée pour renverser le régime Biya

• C'est la fille du président Biya qui aurait le fameux secret pour déloger son père d'Etoudi

• C'est l'activiste Calibro Calibro qui fait cette assertion


Chasser Paul Biya du Palais d'Etoudi, est un long chemin de croix que ses détracteurs parcourent depuis des années déjà dans les rues du Cameroun, de la France, de l'Allemagne, de la Suisse bref partout se trouvent les anti-Biya. Mais le délogement du sphinx d'Etoudi, qui, même abattu, réussit de quelle manière, à renaître de ses cendres. Sa stratégie favorite, diviser ceux qui sont contre lui pour mieux les anéantir. Et ça lui réussit.

Mais une récente sortie de sa fille Brenda Biya sur les réseaux sociaux, a mis la puce à l'oreille de ses détracteurs. A les en croire, la fille du président a montré la voie à comment renverser son père et son régime d'Etoudi. Un post banal qui n'a aucun trait à la politique encore moins à des stratégies d'asséner un coup pacifique mais fatal à ce vieux régime trentaine.

Dans son post, Brenda a déclaré : "Celui qui veut du miel, doit avoir le courage d'affronter les abeilles". Cette phrase commente le fondateur de la BAS, Calibro Calibro renferme d'importantes informations cachées qui doivent leur servir. Il faut lire entre les lignes, s'adresse-t-il à ses camarades de luttes.

Il persiste et signe, c'est un message codé de Brenda Biya qui serait selon lui, d'accord pour une révolte populaire; le peuple doit aller chercher sa libération, sa délivrance des mains de 'la dictature Biya'. "Même Brenda Biya dit qu'il faut une révolte populaire lisez bien entre les lignes. Sommes-nous prêts à affronter cette dicature, pour goûter au miel de la liberté. Je le suis, la liberté s'arrache, elle ne se donne pas. L'équilibre de la terreur fait régner la paix.

Il y a quelques années, la fille du président s'est prononcé sur la crise anglophone et les massacres des civils. Trois ans plus tard, la guerre au NOSO est devenue plus sanglante.





Crise anglophone: l'émouvant message de Brenda Biya aux camerounais

Dans un post, l’unique fille du locataire d’Etoudi accuse ouvertement les occidentaux d’être à l’origine du problème anglophone.

“Ne laissons pas la possibilité au diable de boire le sang des camerounais qu’il cherche à boire depuis des décennies, nous sommes tous Camerounais”.
Le Cameroun est indivisible, pourquoi écouter ceux qui veulent la destruction de ce pays ? Croyez-vous que le sang qu’ils veulent faire couler c’est celui des occidentaux ? Non, c’est celui de ton frère, ta sœur, ton fils, ta fille, ta mère, ton père, ta tante, ton oncle, ton cousin, ta cousine, ton grand-père, ta grand-mère ! Ça ne sera pas celui des occidentaux qui nous poussent à nous auto détruire.


Regardez ce qui ce passe en Lybie, les libyens qui meurent là ne sont pas des Français, mais les libyens. Tout ce qu’ils veulent c’est nous monter les uns comme les autres pour continuer à nous contrôler.
Ne soyons pas bêtes comme ils le pensent, bien au contraire….

Ils savent que nous sommes décidés à mettre un terme au CFA, pour nous embrouiller, ils créent le problème des anglophones, car l’affaire de l’abandon du CFA est sur le tapis depuis près de trois ans, comme beaucoup de Camerounais ont commencé à ouvrir les yeux sur cette histoire, ils créent une diversion, et nous, ne voyant pas ça venir, on embrasse cette histoire et les troubles commencent.

Parce que nous nous laissons tromper.
Le problème des anglophones peut se résoudre de manière calme, sans violence, est-ce que la violence peut amener la paix dans un pays ?
Regardons autour de nous, tous les pays qui ont connu la guerre, ne vous diront jamais que cela résoudra un problème bien au contraire.
Alors à vous mes frères et soeurs Camerounais, on connaît la date de départ de la guerre mais jamais la date de fin.

Ne laissons pas la possibilité au diable de boire le sang des camerounais qu’il cherche à boire depuis des décennies, nous sommes tous Camerounais.

Rejoignez notre newsletter!