Vous-êtes ici: AccueilInfos2015 12 31Article 350885

Business News of Thursday, 31 December 2015

Source: camernews.com

Oléagineux: Zéro pénurie au Cameroun en 2016


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

C’est l’assurance donnée par le secrétaire général de l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (Asroc) Jacquis Kemleu Tchabgou, au cours d’une conférence de presse tenue à Yaoundé, le 29 décembre.

Après les difficultés (concurrence déloyale, importations frauduleuses des produits…) enregistrées dans le secteur de la production, transformation et distribution des produits oléagineux en 2015 au Cameroun, l’Asroc rassure, sur la base de nombreux efforts faits par les pouvoirs publics d’une part et les acteurs (plus de 620 milliards Fcfa d’investissement…) de la filière d’autre part, qu’il n’y aura pas de pénurie d’huiles végétales raffinées de palme, de coton et de soja, courant 2016.

«Fort des atouts de la filière des oléagineux, le gouvernement, à travers le nouveau secrétaire général des Services du Premier ministre, le professeur Séraphin Magloire Fouda, a affirmé sa volonté de protéger la filière en cause», a reconnu Jacquis Kemleu Tchabgou.

Contrairement aux informations rapportées par une certaine presse, au regard de l’embellie que connaît de plus en plus la filière qui occupe une place de choix dans le landernau économique du Cameroun, le responsable de l’Asroc

qu’accompagnait le président du Comité de régulation de la filière des oléagineux, Emmanuel Paul Nkoulou Ada, reconnaît que les stocks sont suffisamment importants pour approvisionner le marché locale pendant les fêtes ainsi que l’année prochaine.

Il rassure non seulement les consommateurs mais aussi le gouvernement sur la disponibilité des huiles végétales raffinées et du savon de ménage en quantité, qualité et au prix défiant toute concurrence.

D’ailleurs, un passage effectué à la foire de vente promotionnelle des produits de grande consommation au Boulevard du 20 Mai, baptisée «La quinzaine de Noël» (du 15 décembre 2015 au 05 janvier 2016), permet de se rendre compte que des opérateurs vendent les huiles végétales raffinées à 1000 francs le litre, soit en dessous du prix homologué par le ministère du Commerce. Il en est de même pour les savons de ménage.

L’importation de 60 000 t d’huile de palme brute autorisée

Pour combler durablement le déficit structurel auquel le pays fait face, le ministre des Finances a, à la demande de son homologue du Commerce, signé le 28 décembre, une autorisation d’importation de 60 000 tonnes d’huile de palme brute et ses produits dérivés, au taux de 5% du droit de douane et d’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (Tva).

Dans l’objectif de booster la production nationale et ravitailler de manière régulière la chaîne de transformation de l’huile de palme, dans le cadre d’une convention de partenariat ministère de l’Agriculture et du Développement rural (Minader)-ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi), 6 millions de premiers plants de palmiers à huile seront, d’après M. Kemleu, disponibles dès 2016.

Et les autres 6 millions seront apportés aux acteurs de la filière en 2017. D’autant plus que les pouvoirs publics projettent d’atteindre une production de 450 000 tonnes à l’horizon 2020, contre 360 000 tonnes actuellement. Cet exemple de partenariat secteurs public-privé a été loué par le Sg de l’Asroc.

Non sans saluer la franche collaboration qui existe entre les différentes administrations pour le développement de la filière. D’ailleurs, en vue d’accroître la production et faciliter l’obtention de la matière première pour la transformation, il existe aujourd’hui des transformateurs qui ont mis sur pied des champs de production. Il s’agit notamment du Complexe cosmétique de l’Ouest (Cco) S.A, qui entretient 5 000 ha.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter