Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 15Article 623452

Actualités of Friday, 15 October 2021

Source: www.camerounweb.com

ONU : controverse autour de la nomination d’un Camerounais à la tête d'un groupe de travail

Session du Groupe de travail des situations du Conseil des droits de l’homme Session du Groupe de travail des situations du Conseil des droits de l’homme



• Le Camerounais Damien Côme Georges Awoumou est porté à la présidence du Groupe de travail des situations du Conseil des droits de l’homme

• Il est ministre conseiller en poste à la Mission permanente du Cameroun auprès de l’Office des Nations unies (ONU)

• Sa nomination a du mal à faire l’unanimité




A l’issue de la 28ème session du Groupe de travail des situations du Conseil des droits de l’homme tenue le 11 octobre 2021, le Cameroun a été porté à la présidence de ce groupe spécialisé de l’ONU. C’est Damien Côme Georges Awoumou, ministre conseiller en poste à la Mission permanente du Cameroun auprès de l’Office des Nations unies (ONU) et des autres organisations internationales basées à Genève en Suisse qui va occuper cette fonction pour un mandat d’un an, est renouvelable une fois. C’est de même pour les 4 autres membres nommés.

Le Groupe de travail des situations, qui se réunit deux fois par an, constitue un organe restreint dédié à l’examen des procédures des plaintes adressées au Conseil des droits de l’homme. La communication du ministère des Relations extérieures (Minrex) précise que « son rôle est d’évaluer la régularité des plaintes reçues et d’apprécier l’opportunité de leur transmission éventuelle au Conseil des droits de l’homme ».Dans l’hypothèse d’une saisine du Conseil des droits de l’homme, le Groupe de travail des situations dresse un rapport recensant les différentes violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales et recommande la nature de l’action à adopter.

Si le Cameroun a été distingué à travers un de ses enfants qui va faire valoir ses compétences, il y a tout de même une controverse qui est née de cette nomination. D’aucun estime que le Cameroun reste une nation avec à sa tête un pouvoir liberticide ni viole sans scrupule les droits de l’Homme. « Il s’agit d’une mauvaise publicité à cette organisation spécialisée des Nations unies », fait remarquer un internaute. Pour lui, le Cameroun est un mauvais élève en matière des droits de l’homme. Mais il est moins sûr que cette controverse ait un effet sur l’organisation qui va sans doute faire bloc derrière son dirigeant.

Rejoignez notre newsletter!