Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 01Article 621373

Actualités of Friday, 1 October 2021

Source: Info Matin

NOSO: voici la principale cible de l'armée camérounaise

L’armée reste focalisée sur son objectif L’armée reste focalisée sur son objectif

Malgré des alliances des sécessionnistes avec des groupes armés venus du Nigéria, les Forces de défense et de sécurité déployées sur le théâtre des opérations, disposent des moyens humains et matériels pour faire face.

Le communiqué publié par, le colonel Cyrille Atonfack Nguemo, porte-parole de l’armée camerounaise, à la suite de l’attaque survenu le 16 septembre dans le département du Ngo-Ketundja, annonçait que les séparatistes ont attaqué « à l’aide d’un engin explosif improvisé (Eei) et d’un lance-roquettes antichar (Lrac). Les insurgés ont immobilisé les véhicules de l’armée », puis, ils ont ouvert le feu sur les forces de défense, « sérieusement incapacités par la déflagration des charges explosives », lit-on.

Pour l’armé, l’usage de « nouveaux armements, consacre indubitablement un changement de paradigme dans les opérations en cours ». D’autant plus que, « la montée en puissance de ces groupes terroristes… découle en grande partie de leur jonction avec d’autres entités terroristes opérant hors du pays », précise le communiqué de l’armée.

Selon le site internet de la radio Bbc Afrique, le média de propagande de Ambazonia defense forces a confirmé, l’alliance avec un groupe armé dénommé IPOB. Ainsi, dans une vidéo publiée le 9 avril dernier sur la page Facebook Ambazonia Defense Forces, renseigne l’auteur de l’article, on peut voir Cho Ayaba, le leader du Conseil de gouvernement d’Ambazonia, l’un des deux principaux groupes séparatistes anglophones, et le célèbre leader biafrais NnamdiKanjj, annonçant une alliance/» stratégique et militaire ».

Les deux leaders séparatistes expliquaient que “les deux groupes travailleront à la sécurisation de leur frontière commune et assureront un échange ouvert d’armes, de renseignements et de personnel”. C’est donc à juste titre, cette alliance qui justifierait la montée en puissance des groupes sécessionnistes sur le terrain.

“Ce n’est pas le Boko Haram qui va dépasser le Cameroun »

Malgré cette alliance, l’armée ne faiblit pas. Bien au contraire, les vaillants éléments de nos Forces de défense et de sécurité sont déterminés, à démontrer une fois de plus, aux yeux du monde; tout le bien et l’efficacité dont ils ont fait montre, durant la guerre contre Boko Haram. On se rappelle que, Paul Biya a déclaré la guerre contre Boko Haram en France le 17 mai 2014, au cours du Sommet tenu à l’Élysée en France.

Ledit sommet regroupait, les chefs d’État du Nigéria, Benin, Niger, Tchad et Cameroun, dans l’optique, de déterminer la stratégie à adopter, face au groupe islamiste BokO Haram qui semait désolation tant auprès des civils et des Forces de défense : « Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram. Nous vaincrons cette chose terroriste », tempérait le président camerounais.

Ils sont très peu qui pouvaient parier sur la victoire de l’armée camerounaise. Une armée affublée des qualificatifs dégradants tels, elle est mal formée et sous équipée. Mais contre toute attente, Cette armée a infligé des cinglants revers aux insurgés qui avaient pourtant fait allégeance au groupe État islamique le 7 mars 2015.

En finir avec les groupes armés au Noso Tel est l’objectif que se fixe le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo. C’était au cours de la visite de travail effectuée à Bamenda le 22 septembre 2021. Le Mindef n’est pas allé de mains mortes pour annoncer que l’armée va revoir sa stratégie, face à la mutation que connaissent les groupes armés.

Au Noso, il est question, plus que par le passé, de monter en puissance. Tous les moyens de guerre légaux seront mis à contribution, afin que ces deux régions, autrefois îlot de paix et creuset du vivre-ensemble, le redeviennent et le demeurent.

Rejoignez notre newsletter!