Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 24Article 629902

Actualités Criminelles of Wednesday, 24 November 2021

Source: www.camerounweb.com

NOSO: les sécessionnistes kidnappent un enseignant et exigent 10 millions pour sa libération

Il s'agit Dr Ngoh Christopher, enseignant à l’université de Bamenda dans le Nord-Ouest Il s'agit Dr Ngoh Christopher, enseignant à l’université de Bamenda dans le Nord-Ouest

• Il s'agit d'un enseignant de l’université de Bamenda dans le Nord-Ouest

• Les ravisseurs exigent le payement d’une rançon de 10 millions

• Plusieurs enseignants ont aussi été tués depuis le déclenchement de cette guerre


La série se poursuit pour les enseignants dans les deux régions anglophones en proie à une crise sécuritaire sans précédent. Aux assassinats s'ajoutent les enlèvements suivis de demande de rançons.

Le dernier en date est celui du Dr NGOH CHRISTOPHER, enseignant à l’université de Bamenda dans le Nord-Ouest. Il a été récemment kidnappé par des hommes lourdement armés et conduit à bord de leur véhicule à une destination inconnue.

Selon les informations recueillies par la rédaction de CamerounWeb, les ravisseurs exigent le payement d’une rançon de 10 millions de Fcfa avant sa libération.

Il y a quelques jours, le Syndicats National des Enseignants du Supérieur (SYNES) branche du Nord-Ouest indiquait qu’entre 2016 et 2021, plus de 100 enseignants de l’université de Bamenda ont été enlevés et plus de 200 millions de Fcfa de rançons versés aux ravisseurs. Plusieurs enseignants ont aussi été tués depuis le déclenchement de cette guerre aux conséquences multiples.

Pas plus tard que ce mercredi 24 novembre 2021, le lycée Bilingue d'Ékondo Titi a été attaqué par des hommes armés non-identifiés. Le bilan provisoire fait état de 4 élèves tués et une enseignante blessée. Une source locale, jointe par la rédaction de CamerounWeb, précise qu'au moins trois écoles ont été attaquées. Les assaillants, lourdement armés, ont visé les établissements scolaires GBHS Ekondo Titi, St Pius et Redemption.

Les terroristes présumés seraient arrivés à l'école avec des engins explosifs improvisés et auraient ouvert le feu sur les élèvent.

On signale aussi des victimes dans les autres établissements.

Pour l’heure, aucun groupe armé sécessionniste n’a revendiqué ces attaques.

Rejoignez notre newsletter!