Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 18Article 629038

Actualités of Thursday, 18 November 2021

Source: www.camerounweb.com

NOSO: le juge prolonge la détention de l'épouse de 'NO PITY' jusqu'en April 2022

La juge Anne Afong du tribunal de grande instance de Buea a décidé, mardi 16 novembre La juge Anne Afong du tribunal de grande instance de Buea a décidé, mardi 16 novembre

• C'est une décision du tribunal de grande instance de Buea

• Elle est soupçonnée être l’épouse du chef de guerre « No Pity »

• Antoinette Kongnso a été arrêtée à son domicile sise à Sandpit - Buea le 02 octobre


La juge Anne Afong du tribunal de grande instance de Buea a décidé, mardi 16 novembre, que l'arrestation et la détention d'Antoinette Kongso, restent légales jusqu'en 2022, date à laquelle le magistrat devra avoir terminé les enquêtes sur les accusations portées contre elle.

Cette dernière est soupçonnée être l’épouse du chef de guerre « No Pity », activement recherché par l’armée camerounaise.

Selon notre consœur Mimi Mefo, les avocats qui défendent la femme ont promis faire appel du verdict, alors que l'affaire d'habeas corpus, déposée par le Me Ewule Lyonga et 11 autres avocats, a été rejetée par le tribunal pour la deuxième fois.

Antoinette Kongso est accusée de ne pas avoir signalé les activités "terroristes" de son ex-petit ami, le « No Pity », avec qui elle était en relation il y a cinq ans.

Bien que Kongso ait comparu devant le tribunal pour la première fois, avec son bébé d'une semaine, l'avocat Me Ewule a déclaré qu'ils n'étaient pas satisfaits de la décision de mardi qui a jugé son arrestation et sa détention légales.
« Nous ne sommes pas très satisfaits des questions qui ont été abordées par la Haute Cour de Fako aujourd'hui par le juge Anne Afong, parce que la question de l'arrestation illégale de Madame Kongnso Antoinette n'a pas été abordée par le juge. Le juge a refusé d'aborder la question de l'arrestation illégale, et s'est plutôt penché sur la question de la détention. Si vous regardez les sections 584 et 585 du CPC (Code pénal camerounais), elles parlent de l'habeas corpus pour examiner l'illégalité - le juge doit examiner l'arrestation illégale. », a déclaré Me Ewule aux journalistes mardi

"Nous disons que la personne qui a procédé à l'arrestation n'avait pas le pouvoir de le faire. Le juge a poursuivi en disant qu'elle avait été inculpée devant le tribunal militaire pour non-dénonciation de terrorisme, et nous attendons toujours de voir. Elle a été placée en détention provisoire le 8 octobre 2021. Depuis son placement en détention provisoire, elle était enceinte de huit mois. Elle est accusée en vertu de l'article 107 et de l'article 74(2). Si vous êtes inculpée en vertu de ces articles, il s'agit d'un délit et elle était censée être libérée sous caution.", a ajouté le défenseur des droits de l’homme.

De son côté, l'avocat principal de l'habeas corpus, Me Legenju Vitalise, a déclaré qu'ils étaient également mécontents parce que le tribunal militaire a assumé la compétence pour l'affaire, au lieu de la Haute Cour.
« La première demande a été rejetée pour des raisons techniques, ce qui était un peu troublant. Nous sommes rentrés chez nous, nous avons modifié la demande, nous sommes revenus complets. Malheureusement pour nous aujourd'hui, la Haute Cour de Fako a décliné sa compétence parce que ladite Madame Antoinette avait déjà été inculpée devant le tribunal militaire. Le tribunal militaire n'a pas le mandat d'entendre les demandes d'habeas corpus, c'est donc l'apanage de la Haute Cour de Fako. Que la Haute Cour de Fako décline sa compétence pour que le tribunal militaire... c'est un peu drôle ; parce que la question de l'illégalité de son arrestation n'a rien à voir avec la détention de Madame Antoinette. », a-t-il déclaré aux journalistes.

Il faut rappeler que Antoinette Kongnso Gohla, a été arrêtée à son domicile sise à Sandpit - Buea le 02 octobre 2021 par un soldat camerounais et chef du village de Bwassa, John Ewome Eko, également appelé Moja Moja.

Rejoignez notre newsletter!