Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 05 07Article 438919

General News of Monday, 7 May 2018

Source: camerounweb.com

Maurice Kamto est mort ! [Journal Anecdote]

Amougou Belinga révèle le décès de Maurice Kamto, candidat du MRC à la une de son journal Anecdote paru ce lundi 7 mai 2018. Politiquement, le candidat serait décédé avant l'échéance électorale. La présidentielle camerounaise d’octobre 2018 dessine d’après certains leaders d’opinion ses résultats. Paul Biya face à ces adversaires, il n’y aurait pas matchs, à les en croire.

Le cas Maurice Kamto illustre parfaitement ces descriptions selon le journal Anecdote de Amougou Belinga. Le fils Bamiléké ne peut être prophète chez lui. Les autorités locales et traditionnelles s’y emploient fortement à le lui faire comprendre.

Le candidat du MRC, qui se voit le parti le mieux représentatif des camerounais, n’a aucune chance de l’emporter dans sa région natale, note le journal. Les autorités traditionnels de la région de l’Ouest réfutent la candidature du natif de Bafoussam et appellent les fils et filles de la contrée « à suivre la voie toute tracée de Paul Biya.»

LIRE AUSSI: Les partisans du MRC sont agressifs et tribalistes – Owona Nguini

Et ce n’est pas la première fois, la machine RDPC à Bafoussam lui fait barrage. Il lui a été à maintes reprises refusé de tenir des meetings à Bafoussam, la plus grande ville de l’Ouest camerounais, qui compte 350 000 habitants souvent sous prétexte que le RDPC a aussi prévu des rencontres. Mais le natif de Bafoussam ne désespère pas.

A l’orée de la présidentielle d’octobre 2018, Maurice Kamto a encore une fois réitéré sa détermination et sa confiance en ses siens de Bafoussam mais les chefs traditionnels lui font déjà comprendre qu’il est mal parti pour gagner l’électorat dans cette partie du Cameroun.

Les chefs du Littoral aussi lui ont emboité le pas et appellent les natifs du milieu à voter massivement Paul Biya au pouvoir de 36 ans.
LIRE AUSSI: Ambazonie: Beti Assomo adopte une nouvelle stratégie

Alors que dans l’arène électorale actuelle, le camp de l’opposition est secoué par des vagues incessantes de dénigrement, de discours de suprématie de certains partis politiques sur d’autres, le camp adverse du parti au pouvoir par contre reste calme et multiplie ses rencontres avec l’électorat.