Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 04 27Article 438368

General News of Friday, 27 April 2018

Source: Camer.be

MIDA: des officiers de l’armée derrière le détournement des milliards

La somme de près de 3 milliards 700 millions annoncée hier par Issa Tchiroma Bakary le ministre de la Communication (Mincom) comme résultat du décompte de l’argent emporté au siège de la Mission d’intégration et de développement de l’Afrique (Mida) samedi dernier par des gendarmes et des policiers, ne convainc aucune personne lucide et bien informée de la folle semaine qui a conduit au braquage qui a délesté l’Ong de tous ses fonds, documents, et matériels, au mépris de la moindre procédure judiciaire ressortissant à la saisie de biens d’un tiers.

Selon des informations rigoureusement collectées par Camer.be qui par son desk de Yaoundé est le seul média au Cameroun à pouvoir parler objectivement du scandale Mida, les policiers et gendarmes chargés de garder le siège l’Ong, se seraient abondamment approvisionné aux caisses, et ce jusqu’au transport des fonds samedi dernier, vers une destination inconnue. Situé au quartier Ahala à Yaoundé 3ème, le siège de Mida est entouré de plusieurs habitations en hauteur, dont plusieurs en chantiers.

Toute chose qui aurait ainsi permis à plusieurs souscripteurs tenaces, notamment des jeunes dont l’âge oscille entre 20 et 30 ans, de passer des nuits entières dans le périmètre, histoire de surveiller leurs milliards Fcfa. Aussi, plusieurs de ces séminaristes avaient-ils déjà approché Camer.be pour indiquer que la nuit profonde tombée, policiers et gendarmes, s’approvisionnaient à volonté aux caisses de Mida. L’on évoque un forfait qui s’élèverait à plusieurs milliards Fcfa.

Plus audacieux, certains n’hésitent pas à affirmer que le scenario a été savamment monté par les autorités qui avaient alors littéralement mis en garde à vue tout le top management de Mida. C’est ainsi que depuis ce coup de force qui ressemble à la prise de la Bastille, les responsables de Mida ne contrôlaient plus rien de leur siège qui était alors devenu la « propriété » des autorités administratives (préfet et gouverneur du Mfoundi), de la Gendarmerie et de la Police dont le balai des colonels et commissaires était impressionnant et incessant, avec à la clé, un déploiement militaire qui avait plusieurs fois frôlé le drame à cause de la présence de milliers de personnes qui ne voulaient pas voir les autorités emporter leur argent.

« Nous ne vous faisons pas confiance. On vous connait pour l’argent. Il n’y a qu’à voir comment malgré tous les avantages de service que vous avez, vous volez encore chaque jour pour enfin vous retrouver à Kondengui (prison centrale de Yaoundé, Ndlr). Où est le milliard de l’opération Coup de cœur de la Coupe du monde 94 ? », avait-on entendu un trentenaire lancer dans la foule des manifestants. Hier jeudi, Issa Tchiroma Bakary le Mincom a annoncé la somme de 3 622 928 550 Fcfa comme résultat de l’argent emporté de force du siège de Mida. Selon lui, Mida a produit un listing de 11 835 souscripteurs (personnes physiques et personnes morales), pour un montant global versé de 12 798 825 000 Fcfa.

« La différence entre la somme collectée par la Mida auprès des souscripteurs et la somme saisie par les services de sécurité est donc de 9 175 896 450 Fcfa. Les enquêtes se poursuivent avec la participation des responsables de la Mida, aux fins d’établir la destination de la somme manquante », peut-on lire dans le communiqué émis hier par le Mincom. 4/27/2018 Cameroun :: Affaire Mida : Gendarmes et policiers de garde accusés d’avoir volé des milliards FCFA au siège de l’Ong avec la complicité…

En attendant que la commission de remboursement des fonds aux souscripteurs commence son travail, structure présidée par Naseri Paul Bea le gouverneur de la région du Centre, il importe tout de même de s’interroger sur la frilosité béante et plus que précipitée des autorités à se saisir de force de l’argent liquide de l’Ong, pour une situation qui pouvait entrainer des centaines de morts par un affrontement potentiel entre gendarmes, policiers et jeunes.
Tout cela mérite qu’il y ait des personnes lucides qui s’attardent tant soit peu sur les élucubrations ubuesques, démagogiques, démentielles et propagandistes d’Issa Tchiroma Bakary dont la visée pragmatique du discours ici n’est que de présenter aux jeunes, un Paul Biya subitement devenu soucieux de leurs conditions de vie.

LIRE AUSSI: Guerre Ambazonie: la descente aux enfers des provinces anglophones

Lorsqu’on sait qu’arrivée au Cameroun en juillet 2017, la Mida a toujours convié plusieurs autorités administratives à ses cérémonies de remise d’attestation en premiers secours aux séminaristes (souscripteurs). Et qui, serait suffisamment être naïf pour croire qu’à Yaoundé où le renseignement d’Etat est le plus actif et sensible du Cameroun, et connaissant la frilosité pathologique des uns et des autres, quelqu’un puisse s’hasarder à y entreprendre des activités vraiment militaires, au vu et au su de tout le monde ?
LIRE AUSSI: Juste avec mes béquilles et sans doctorat, l’émouvant message de Martin Camus

Autre chose : Y a-t-il quelque personne un peu sceptique pour prendre des distances avec le discours du Mincom, et rappeler à la petite opinion, que les grands souscripteurs (de 1 à 35 millions Fcfa), sont tous des hauts gradés de l’Administration : Armée, Police, Impôts, Douanes, Banques ? Et que la Mida n’aura en réalité profité qu’à la classe aisée ? La plupart des jeunes désireux d’y souscrire, à cause de leur pauvreté outrancière, ayant été butés aux 12 500 Fcfa nécessaires pour un seul nom, lequel nom rapportait un bénéfice net de 52 500 Fcfa.