Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 17Article 628747

Actualités of Wednesday, 17 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Libératoire de Martin Camus Mimb: Maximilienne Ngo Mbe jubile !

Pour elle, cette libération entre dans le cadre de la bataille pour l’Etat de droit Pour elle, cette libération entre dans le cadre de la bataille pour l’Etat de droit

• Martin Camus Mimb a bénéficié d'une libération provisoire

• Son complice Wilfried Eteki reste en détention

• Pour Maximilienne Ngo Mbe, cette libération entre dans le cadre de la bataille pour l’Etat de droit


Le journaliste sportif camerounais, Martin Camus Mimb, incarcéré à la prison de New-Bell de Douala depuis le mois de juillet dernier dans le cadre d'une affaire de mœurs, vient de bénéficier d'une liberté provisoire. Son complice Wilfried Eteki reste en détention, le juge ayant rejeté sa demande de libération provisoire.

Cette libération est diversement appréciée au sein de l'opinion publique camerounaise. Si certains estiment que le journaliste et son complice doivent être jugés et punis pour les actes dont ils sont accusés, d'autres par contre évoque le principe de la présomption d'innocence. Parmi les tenants de cette thèse figure la directrice du Réseau des défenseurs des droits de l’homme de l’Afrique centrale (REDHAC).

« La liberté provisoire de MIMB Camus rentre dans la bataille du REDHAC sur l’Etat de droit et la présomption d’innocence comme règle", a déclaré Maximilienne Ngo Mbe.

Il faut rappeler que plusieurs organisations des droits de l'homme avaient milité pour que justice soit rendu pour Malicka Bayemi dont les images ont été divulguées sur les réseaux sociaux.

AFFAIRE MALICKA: MARTIN CAMUS MIMB ET WILFRIED ETEKI PLAIDENT COUPABLES

En prison depuis quelques jours, Martin Camus Mimb et son complice Wilfried Eteki auraient plaidé coupables. L’information tenue secrète a été rendue publique dans la soirée de ce 02 août par le lanceur d’alerte Boris Bertolt.

Selon le lanceur d’alertes, les deux hommes, principaux accusés dans l’affaire Malick, ont devant le tribunal reconnu le 21 juillet être à l’origine de la diffusion des images à caractère pornographiques de Malicka Bayemi. « Concernant l’infraction d’atteinte à l’intimité de la vie privée par voie électronique et publications obscènes et complicités, Camus Mimb de son vrai nom Mimb Hiol Martin Fleur et Eteki Wilfried ont plaidé coupable », révèle le lanceur d’alertes. « Ils ont reconnu devant les magistrats avoir diffusé sur les réseaux sociaux les vidéos de Malicka en complicité, y compris favorisé la création de profils multiples qui ont contribué à détruire l’image de la jeune fille », apprend-on.

Malgré la demande de libération provisoire introduite par les avocats des deux hommes, le tribunal a renvoyé le procès au 04 août prochain « pour les réquisitions du ministère public ».

Accusés de publication obscène

Promoteur de la Radio Sport Info, Martin Camus et Wilfried Eteki son co-accusé sont poursuivis par la justice pour « Publication obscène, fausses nouvelles, proxénétismes et diffamations », a annoncé au cours d’un point de presse ce 13 juillet, le collectif d’avocats pour la défense de Malicka. Ils attendent que celui qui se disait invincible aux premières heures de l'affaire réponde de ses actes.

Lors cette première comparution de Martin Camus le 22 juillet , les deux parties seront mises en confrontation. Cette première audience a été fixée suite à une citation directe introduite par Malicka Bayemi, la victime et ses avocats.

Résultats de l’exploitation des téléphones de Camus Mimb et Eteki

L’exploitation des téléphones portables des deux prévenus révèle qu’ils font tous partie d’un groupe Whatsapp de sexe dénommé « Trop Jacks D » en référence au wisky qu’ils avaient consommé avant de passer à l’acte. Sur cette nouvelle plateforme créée après la torride fête sexuelle dans les locaux de RSI, Wilfrid Eteki opérait sous le pseudonyme « Nsang Kong » alors que Wilfrid Eteki se faisait appeler « SM Wilfried ».

Martin Camus Mimb a été le premier à se rendre compte que leurs ébats sexuels s’est retrouvé dehors. Il interpelle Eteki. « ‘’ Wilfried, vous êtes dehors faites attention ‘’. Réponse d’Eteki : « OK ». Martin revient à la charge : « Mon nom est dehors. Ce n’est pas sérieux. Qui d’autre a vu ces images ? ». Les coups de fils circulent déjà à cet instant. La toile s’embrase. Malicka est traquée dans la rue. Rentrée chez elle, pleure et casse son téléphone. Wilfried Eteki répond : ‘’Aie la salope ‘’ », rapporte Boris Bertolt, très proche du dossier.

Sur proposition de Wilfrid Eteki, les deux amis décident de nier les faits en bloc. « On nie tout », a balancé le chef traditionnel. Marin camus Mimb n’est toujours pas rassuré. Il vient de tomber sur une autre sextape qui a également fuité. « Il y a aussi la vidéo où vous êtes dans la bagnole », lance-t-il avant de demander à son ami qui est la « salope » dont il a parlé plus haut.
«Mya. Elle a dû balancer à des Kmer », répond Wilfrid Eteki avant de balancer une image nue de la concernée à Camus Mimb. Selon les révélations de Wilfrid Eteki cette dernière vivrait en Europe. C’est donc elle qui aurait balancé la vidéo dans la communauté camerounaise.

Et pourtant l’avocate de Wilfrid Eteki dans une tribune publiée le 18 juillet 2021 avait tenté d’accuser Malicka d’être la personne qui a diffusé les sextapes en question.

« Malicka Bayemi qui n’ignore pas les circonstances de cette transmission, le rejoint plus tard en empruntant une moto et, après 3 heures de sexe, exige néanmoins, que Wilfrid ETEKI la présente « comme quelqu’un de bien » … Nous savons aujourd’hui que les messages échangés à ce moment lui étaient dictés par son ou ses conseils et visaient à obtenir de ses partenaires sexuels de ce jour-là, qu’ils s’accusent de lui avoir causé du tort, afin que le « milliardaire du Football Camerounais », avait déclaré Me Michelle M'packo.

Rejoignez notre newsletter!