Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 09Article 622555

Actualités of Saturday, 9 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Le successeur du roi Ibrahim Mbombo Njoya a échangé avec Etoudi

Le feu roi des Bamoun en train d'échanger avec Paul Biya Le feu roi des Bamoun en train d'échanger avec Paul Biya

• Le successeur du roi des Bamoun est déjà connu

• Le nom de ce dernier est dans le testament du souverain envoyé à Paul Biya
• Demain dimanche, il sera connu de tous


En attendant la présentation officielle du nouveau roi des Bamoun demain 10 octobre, la rédaction de CamerounWeb a appris de sources dignes de foi que le successeur d’Ibrahim Mbombo Njoya désigné par ce dernier a déjà échanger avec des cadres de la présidence de la République.

Le nom du fils de Mbombo Njoya qui va le succéder sera révélé, ce 10 octobre, vingt-quatre heures après l’inhumation du sultan Ibrahim Mbombo Njoya. Selon nos informations, ce dernier serait déjà connu de quelques proches du sultan et de chef de l’Etat depuis 2004. Ce dernier et bien d’autres informations sur l’héritage du sultan a été partagé avec le chef de l’Etat à travers un testament du souverain Bamoun dont copie a été envoyée à Etoudi.

La tradition Bamoun renseigne que l’héritier du trône sera accompagné d’une princesse, elle aussi héritière du souverain. Les deux seront dévoilés demain dimanche.

Toutefois, un nom circule depuis le décès du roi. Il s’agit de Nabil Mbombo Njoya, un jeune administrateur civil de 28 ans, officiant comme chef de cabinet du gouverneur du Sud du Cameroun.

Quoi qu'il en soit, le nouveau roi des Bamoun, selon la tradition, devra être un fils né sur le trône. Il devra quitter définitivement son emploi actuel, prendre de nouvelles épouses quel que soit son statut matrimonial.

Avant son intronisation en août 1992 comme Sultan, Roi des Bamouns, Ibrahim Mbombo Njoya a vécu dans la monogamie pendant une trentaine d’années. Une fois, assis sur le trône, il s'est soumis à la tradition des Bamoun en adoptant la polygamie.

Il a épousé en premières noces comme le veut la tradition, une fillette de la famille Nji Monchou qui avait 3 ans à l'époque. "Il l’a reçue comme épouse – on ne refuse pas de s’unir à une Nji Monchou » –, l’a laissée dans sa famille et a subvenu à ses besoins" Mais à sa majorité, il l'a marié à l’un des siens à la cour", a déclaré un conseiller du roi.

Après la gamine, le roi Ibrahim Njoya a épousé neuf autres femmes. La dernière est une Africaine-Américaine, Kadidj Jennifer James, directrice générale de sociétés. Sa première épouse, confie ses proches est originaire de Kribi, le sud du Cameroun. Le roi Mbombo laisse donc à sa mort neuf veuves qui vont maintenant lutter pour que l'un de leurs progénitures accède au trône. Il faut toutefois noter que dans la tradition des Bamoun, seuls ceux qui sont nés durant le règne du roi peuvent prétendre au trône.

Rejoignez notre newsletter!