Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 12 16Article 633274

Politique of Thursday, 16 December 2021

Source: www.camerounweb.com

Le frère de Ferdinand Ngoh Ngoh annonce la 'condamnation' de Kamto à 20 ans ferme

'Le boycott décidé par un seul homme, le professeur Maurice Kamto, est une véritable catastrophe' 'Le boycott décidé par un seul homme, le professeur Maurice Kamto, est une véritable catastrophe'

• Le pouvoir a décidé de la taxation des tontines

• Jean-Marie Vianny Nde Ngoh accuse le MRC d'avoir boycotté les élections

• L'intégralité de sa réaction


Les réactions nées de la taxation des tontines, prévue dans la loi de finance exercice 2022, ne cessent d'inonder les différentes plateformes des réseaux sociaux. Si certains trouvent scandaleuses ces dispositions, d'autres estiment qu'elles auraient pu être évitées si le principal parti de l'opposition camerounaise, le MRC, avait participé aux différentes élections.

Cette dernière position est soutenue par le frère cadet du ministre secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh.

En effet, dans une réflexion publiée sur sa page Facebook, Jean-Marie Vianny Nde Ngoh qualifie le boycott décidé par Maurice Kamto lors des élections législatives, sénatoriales, municipales et régionales.
"Le boycott décidé par un seul homme, le professeur Maurice Kamto, est une véritable catastrophe pour le parti qu'il dirige, le MRC.", affirme-t-il.

Il déduit de cette "erreur politique" commise par le MRC, une condamnation à 20 ans d'absence dans les débats sur les grandes décisions du Cameroun.

La rédaction de CamerounWeb vous propose, ci-dessous, l'intégralité de la sortie

20 ans ferme pour le MRC !

Pardon, je suis désolé de le dire vraiment, mais il faut que ça sorte et que ce soit su. Lorsqu'on pose un acte, il faut en assumer les conséquences.

Le boycott décidé par un seul homme, le professeur Maurice Kamto, est une véritable catastrophe pour le parti qu'il dirige, le MRC.

C'est un véritable tsunami politique qui a laissé sur le bas-côté de la république une grosse formation politique pourtant pleine d'espoirs.

C'est sans précédent, c'est tout simplement du jamais vu dans l'histoire politique du Cameroun et sans doute ailleurs aussi.

5 ans de députation (180 places) + 5 ans de sénatoriales (100 places) + 5 ans de municipales (360 places) + 5 ans de régionales (900 places) = 20 ans de condamnation, tout ça à cause des caprices d'un seul homme, Mr Maurice Kamto, avec comme bonus une participation à la prochaine élection présidentielle très largement compromise pour le MRC.

20 ans de condamnation dans un purgatoire politique insoutenable pour un parti dont les membres, les militants et sympathisants se sont mobilisés pour sa personne lors de la dernière élection présidentielle, au cours de laquelle ils ont tout donné sans rien calculer, franchement chiche, chiche.

Même le très redouté MINAT Atanga Nji n'aurait jamais réussi à infliger une peine aussi grave, aussi lourde, ubuesque, ignoble au MRC, jamais au grand jamais, il n'aurait réussi.

C'est une situation tellement kafkaïenne que, n'ayant plus confiance en l'avenir, perdus et sans repaires, certains membres du directoire du MRC, exigent à Mr Kamto de signer un document écrit dans lequel il s'engage fermement à ne pas boycotter les prochaines élections autour de 2025, ce qui est tout à fait inédit dans l'histoire des partis politiques.

Seulement, Mr Maurice Kamto refuse mordicus de se plier à cette exigence et avec beaucoup de véhémence, il persiste en mettant au défi ses opposants du directoire, à venir à la convention de 2023 l'affronter dans le cadre de l'élection pour la direction du parti.

Comment les membres, militants et sympathisants du MRC peuvent-ils sereinement préparer 2025 avec comme président, un homme imprévisible ?

Après une telle catastrophe, un tel naufrage politique, une telle situation calamiteuse, je considère très clairement et très humblement que Mr Maurice Kamto n'a pas l'étoffe, le courage, la lucidité, les compétences politiques requises pour conduire le MRC vers les cimes tant espérées par ses militants. Et ce n'est pas non plus un révolutionnaire, pour ceux qui seraient tentés de le croire.
En conclusion et j'en suis profondément désolé, le succès et les compétences d'un homme dans son parcours professionnel et académique ne sont pas forcément le gage de la réussite dans le monde politique.

Le MRC gagnerait donc beaucoup, en temps, en confiance, en assurance, en visibilité, en confiant son avenir politique, pendant qu'il est encore temps, à des mais plus expertes, plus sûres et pas capricieuses du tout. L'oiseau rare est parmi vous !!!!

Jean-Marie Vianny Nde Ngoh

Le républicain

Rejoignez notre newsletter!