Vous-êtes ici: AccueilInfos2016 09 27Article 389422

General News of Tuesday, 27 September 2016

Source: Cameroon Info

Le Sénat évolue dans l’illégalité selon La Nouvelle Expression

Le 22 septembre 2016, on apprenait la mort de Delphine Medjo. Au-delà de la douleur pour ses proches et sa famille politique, la disparition de la sénatrice RDPC originaire de la Mvila, dans la Région du Sud, soulève un problème qui remet en question le fonctionnement du Sénat.

La Nouvelle Expression (LNE) parue le 26 septembre 2016 en profite pour dresser la liste des sénateurs qui sont décédés depuis la mise en place de la Chambre haute du parlement. Youssoufa Daoua en octobre 2015, Steven Jikong Yérima en novembre 2014, Francis Nkwain en octobre 2014, Fon Njifua Lucas Fontem en avril 2014. Le sénateur suppléant du SDF, Illiassou Ntieche Mouchili, lui, était mort avant l’entrée en service du Sénat.

Ils sont tous partis, mais ils n’ont pas été remplacés. Ce qui amène LNE a constaté que le Sénat évolue dans l’illégalité. Le journal rappelle les dispositions de l’article 219 du Code électoral qui dispose en son article 1 qu’«en cas de décès d’un sénateur élu et conformément aux dispositions de l’article 155 ci-dessus, il est procédé à des élections partielles à l’échelon de la région concernée».

L’alinéa 3 du même article précise en outre qu’«en cas de décès d’un sénateur nommé, un nouveau sénateur est nommé pour achever le mandat, à la diligence du Président de la République». Pourtant, pour l’instant, aucune de ces dispositions n’a été respectée. Toute chose qui remet en cause la légitimité des actes pris par le Sénat.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter