Vous-êtes ici: AccueilInfos2016 04 20Article 367466

General News of Wednesday, 20 April 2016

Source: cameroon-info.net

Le MRC accuse les éléments du BIR de fraudes électorales


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Alain Fogue, militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) exige d’ELECAM, organisme en charge des élections, de mener une enquête indépendante.

Dans communiqué d’Alain Fogué, militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) publié mardi 19 avril 2016 sur le site du parti à l’attention d’ELECAM, il ressort que «dans de nombreux bureaux de vote, notamment à Yokamdouma, nos représentants ont été chassés des bureaux de vote par les militants du parti au pouvoir avec l’appui de l’armée, le Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) notamment.

Face à cette situation, je vous ai téléphoné et vous m’avez orienté vers votre collègue, le Révérend Dr Massingam qui m’a exprimé son impuissance, ceci d’autant plus que monsieur le Sous-Préfet que j’avais contacté plus tôt était descendu sur les lieux sans pour autant que son autorité soit respectée».

Selon le journal Le Messager du mercredi 20 avril 2016 qui rapporte l’information, d’autres cas de fraudes ont également été mentionnés dans le communiqué. «Pendant le double scrutin du 30 septembre 2013 au cours duquel par exemple, en violation du code électoral, votre organe a laissé le vote se dérouler dans les casernes puis a pris en compte les résultats sortis de casernes qui étaient en faveur du RDPC, le parti au pouvoir à hauteur de 99,5%. Ainsi, rien que dans la circonscription du Mfoundi, la capitale, près de 18 600 votes issus des casernes ont ainsi faussé la sincérité des résultats.

Toujours au cours de ce double scrutin, les bulletins du MRC ont été acheminés vers les bureaux de vote (…) à 12 heures alors que ceux du RDPC étaient dans les bureaux dès l’ouverture du vote à 8 heures», se plaint Alain Fogue

Dans le même ordre d’idées, le militant du MRC poursuit que dans les Hauts Plateaux de l’Ouest, notamment dans les Bamboutos, «la fraude était sauvage, nos camarades y ont arrêté des votants ambulants qui bourraient les urnes; informé, j’ai prescrit à nos militants de les conduire devant les autorités et surtout de ne pas les violenter». Les fraudeurs ont été confiés au Sous-préfet. Le militant du MRC demande à ELECAM de mener une enquête à ce sujet.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter