Vous-êtes ici: AccueilInfos2015 04 30Article 322990

General News of Thursday, 30 April 2015

Source: cameroon-info.net

La construction des infrastructures sportives avance au ralenti


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

De Yaoundé à Bafoussam, en passant par Douala ou Limbé, les multiples chantiers engagés par l’Etat du Cameroun à travers le Ministère des sports et de l’éducation physiques (MINSEP) marquent le pas sur place, depuis mathusalem pour certains.

A Yaoundé la capitale, le stade Paul Biya semble vouloir sortir de terre à son moment voulu, comme retenu par un certain enchantement. Dans la même ville, le gymnase multisports de 1 200 places annoncé en grandes pompes et dont le chantier avait été lancé en fanfares est tout aussi figé par les forces d’inerties tapies au ministère des sports et de l’éducation physique (MINSEP).

Au quartier Mfandena, l’édifice sorti de terre attends depuis plus de six mois les finitions, pendant que les premiers signes de vandalismes sont déjà perceptibles.

Toujours à Yaoundé, cinq ans après sa livraison, l’imposant Palais polyvalent des sports de Yaoundé (Paposy) construit grâce à la coopération chinoise, attend toujours la contrepartie camerounaise, à savoir un mur d’enceinte digne de ce nom et non pas l’amas de parpaings qui entoure actuellement le complexe sis à Warda.

L’omnisport stadium de Limbé, stade d’une capacité de 20 000 places assises bâti sur une superficie de 23 hectares, est désormais mieux loti, mais mérite la mention « peut mieux faire ». Après changé le site de construction du stade, passant de Mile Four à Ngeme face à la mer, le stade a finalement été achevé en 2014 et non pas en 2013 comme initialement prévu.

De nombreux médias à l’instar de la Crtv, Vision 4 et Canal 2 International ont visité ce magnifique ouvrage, le meilleur au Cameroun en ce moment, mais peux ont dit aux camerounais que les voies d’accès au stade restent attendues.

Pour rallier l’ouvrage aux normes internationales en la matière, il faut rouler sur la latérite. A ceci il faut ajouter les parkings qui ne sont pas totalement achevés.

Du côté de Douala la cité portuaire, le chantier du gymnase multisports de Bepanda, frère jumeaux de celui en construction à Yaoundé, semble pour l’instar bien se porter ; ce qui n’est malheureusement pas le cas du stade omnisport de Bafoussam qui donne l’impression d’avoir été frappé par la même malédiction qui figea dans la poussière de l’Ouest le stade situé à l’escadron depuis plus de dix ans.

Ici, le stade des terrassements franchi, la phase de construction du gros œuvre avance au rythme des grèves d’ouvriers mal traités, lorsqu’il ne s’agit pas simplement des arrêts répétitif du fait du non-paiement ou du paiement tardif des tranches de la contrepartie camerounaise.

Au sein du Ministère de tutelle, aucune explication, aucune justification, sans doute parce que dans le pire des cas le président Biya devra virer Adoum Garoua pour ses incompétences devenue une norme, et dans le meilleurs des cas, le nommer ailleurs comme c’est déjà arrivé avec des hauts fonctionnaires dont la gestion catastrophique de la structure à eux confiés avait pourtant été décriée… dans l’un et l’autre des cas, rien à craindre donc, pour le Minsep qui, des fois qu’il se rappelle la nécessité de communiquer, le fait au rythme de l’avancée des chantiers d’infrastructures sportives à travers le Cameroun, à un an de la tenue de la CAN féminine de 2016.

Si il existe quelque chose après quoi court tout le monde et que personne ici ou ailleurs ne peut maîtriser, c’est justement le temps. Le temps est compté pour le Cameroun qui doit accueillir en 2016 la CAN féminine de football et en 2019 la même compétition chez les messieurs.

Pourtant, sur le terrain, rien ne semble être fait avec pour éviter qu’à la dernière minute, des entreprises de Btp, cabinets d’études et fonctionnaires s’accoquinent pour bâcler des projets de construction et de réhabilitation d’infrastructures sportives qu’on devra reprendre, refaire, réfectionner, réhabiliter après les deux CAN à venir.

Quatre mois se sont dejà derrière nous pour cette année 2015, il en reste 08.

Ça peut sembler long ou suffisant, mais on pourrait tout aussi bien être surpris de constater très vite que 08 mois, ce pas plus suffisant pour construire ou réhabiliter le stade Roumde Adja de Garoua, le stade de la réunification de Bépanda à Douala, le stade de Bamenda, le stade Paul Biya de Yaoundé, les gymnases multisports prévus dans les dix chefs-lieux de région, etc...

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter