Vous-êtes ici: AccueilInfos2016 04 23Article 367839

General News of Saturday, 23 April 2016

Source: cameroon-info.net

L’Opération Épervier a de nouveaux clients pour le TCS


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le Contrôle Supérieur de l’État a épinglé Hamadjoda Adjoudi, Jean Jacques Ndoudoumou, Bruno Bekolo Ebe et quelques gestionnaires. Ils vont bientôt devoir répondre de leurs actes devant cette juridiction.

Hamadjoda Adjoudi, l’ancien Ministre de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales (MINEPIA), Jean Jacques Ndoudoumou, l’ancien Directeur Général de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP) et Bruno Bekolo Ebe l’ex-Recteur de l’Université de Douala «font partie des personnalités dont l’agenda judiciaire semble se préciser ces derniers temps», écrit le journal Mutations édition du 22 avril 2016.

Depuis déjà quelques années on sait que la justice camerounaise porte des reproches à l’endroit des personnes suscitées.

Pour le cas spécifique de Jean Jacques Ndoudoumou, il faut noter qu’il a été sanctionné par le Conseil de Discipline budgétaire et Financière (CBDF) en 2012 qui lui reconnait selon son rapport sept fautes de gestion dans l’exercice de ses fonctions au sein de l’ARMP. Des fautes que le CBDF a soumises à l’appréciation du Tribunal Criminel Spécial (TCS).

On a parlé à cette époque «d’un octroi pas très clair de primes aux administrateurs et au personnel de l’entreprise dont il avait la charge», souligne le journal. On apprend que l’action de la justice s’étend également sur les personnes primées. Elles vont aussi devoir s’expliquer sur les sommes qu’elles ont perçues et qui sont jugées indues par le CBDF.

Au sujet d’Hamadjoda Adjoudi l’ex-Président du Conseil d’Administration de l’ARMP, la juge d’instruction Annie Noëlle Bahounoui au TCS l’a inculpé le 8 avril 2016 pour les mêmes faits reprochés à Jean Jacques Ndoudoumou. C’est en trois parties que le préjudice reproché à l’équipe dirigeante a été réparti.

«Sur le paiement de la prime de recouvrement sans fondement juridique, le montant s’élève à 420,4 millions FCFA. Le paiement de la prime spéciale d’appui et de recouvrement est estimé à 53,4 millions FCFA. Et sur les avantages spéciaux, le préjudice est de 192,9 millions FCFA», précise Mutations.

Bruno BekoloEbe l’ex-Recteur de l’Université de Douala accompagné de quatorze de ses anciens collaborateurs doit répondre de la gestion de près de 2,85 milliards de Francs CFA. Le CDBF a noté pas moins de dix-sept sanctions disciplinaires. Sans oublier «huit irrégularités majeures» venant du fait que les gestionnaires n’ont pas présenté des pièces justificatives.

Pour toutes ces affaires suscitées, il revient aujourd’hui au TCS de déterminer la culpabilité ou pas de toutes ces personnes mises en cause.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter