Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 05 09Article 439074

General News of Wednesday, 9 May 2018

Source: cameroon-info.net

Kondengui: neuf prisonniers libérés!


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Il s’agit principalement des détenus ayant purgé leur peine principale, mais restés en prison pour non-paiement des dépens.

Neuf mineurs pensionnaires de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé viennent de recouvrer leur liberté grâce à l’association Avocats Sans Frontières. Ils avaient pourtant déjà purgé leur peine principale, mais restaient détenus pour non-paiement des dépens.

Une mesure pourtant contraire à la loi n° 2005/007 du 27 juillet 2015 portant Code de procéduer pénale (livre cinquième), en son article 565, qui dispose que: «La contrainte par corps ne peut être exercée ni contre les personnes âgées de moins de 18 ans ou de plus de 60 ans au moment de l’exécution, ni contre les femmes enceintes».

Selon La Nouvelle Expression du mercredi 9 Mai 2019, c’est après plusieurs vérifications de la requête en Habeas corpus adressée par l’Association Avocats Sans Frontières que le président du tribunal de grande instance du Mfoundi a ordonné la remise en liberté de neuf détenus mineurs de la prison centrale de Kondengui.

LIRE AUSSI: Procès des anglophones: violentes altercations entre Mancho Bibixy et la juge

«Les neuf détenus mineurs libérés sont ceux dont les dossiers ont été déclarés conformes à la réglementation. Certains d’entre eux ont été condamnés alors qu’ils avaient déjà atteints la majorité pénale et ne pouvaient donc plus bénéficier des faveurs de cette loi», précise Pélérine Tchatat, la présidente de l’association Avocats Sans Frontières.

Créée il y a un an (2017), cette association a effectué des visites dans plus d’une demi-dizaine d’établissement pénitenciers à travers le Cameroun. Notamment à Bafoussam, à Yabassi, Edea, Douala, Kribi, Kumba et Kondengui à Yaoundé. De tous ces centres, apprend-on, New Bell à Douala et Kondengui à Yaoundé concentrent le plus grand nombre de prisonniers mineurs.

Après Yaoundé, Avocats Sans Frontières va mettre le cap sur Douala et va s’attaquer à la contrainte par corps, qui prive encore plusieurs mineurs ayant purgé leur peine principale d’emprisonnement.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter