Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 05Article 626974

Actualités of Friday, 5 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Homosexualité, jalousie, menaces de mort: meurtre au sein de l'équipe féminine de football

Les Lionnes indomptables Les Lionnes indomptables

• Le lesbianisme au sein de l'équipe féminine de football au Cameroun est un secret de polichinelle

• Une vidéo sextape de Gaelle Enganamouit anime la toile

• Une affaire de lesbianisme entre deux joueuses camerounaises a conduit au meurtre d'une joueuse



L'homosexualité au sein de l'équipe féminine de foootbal au Cameroun est juste un secret de polichinelle alors que des sorties scandaleuses ont été faites sur certaines joueuses accusées d'être lesbiennes.

Si dans une récente interview, la joueuse Njoya Ajara a laissé entendre que "les gens doivent arrêter de croire que les footballeuses sont des lesbiennes parce que dans tous les domaines, on trouve ça", l'homosexualité au sein de la tanière des Lionnes est considéré comme un tabou mais les histoires en dessous sont rocambolesques allant de la formation des couples, au séparation, à la jalousie entre les lionnes et parfois malheureusement au meutre.

L'affaire de sextape qui éclabousse Gaëlle Enganamouit, l'ex joueuse internationale camerounaise, en est la preuve que cette pratique est courante dans l'équipe féminine de football. En 2004, Enow Ngachu, coach des Lionnes est accusé de protéger les lesbiennes au sein de la tanière. Mais il a nié ces allégations.

Une affaire de deux joueuses qui entretiennent une relation amoureuse dans un club de 1er division a été fatale pour l'une.



Une histoire d'amour entre footballeuses lesbiennes conduit au meurtre à Yaoundé

L'affaire a provoqué un tollé au sein de l'opinion publique en 2010 lorsque l'annonce de la mort d'une joueuse d'un club de première division féminine à Yaoundé.

La principale auteure de ce meurtre a été gardée en prison à la brigade de gendarmerie de Ngousso en mai 2010. Andrée Marie Malan Bikina, sociétaire d'un club de première division féminine à Yaoundé est soupçonnée d'avoir froidement assassiné sa coéquipière Florence, à la suite d'une altercation.

Poignardée au poumon avec un couteau de cuisine, la victime qui a été immédiatement transportée par les voisins à l'hôpital gynéco obstétrique de Yaoundé, a rendu l'âme.

Tout serait parti d'une histoire de jalousie dans leur couple de femmes comme l'a confirmée le bourreau. En attendant de voir plus clair sur cette histoire scabreuse, les éléments de gendarmerie ont ouvert une enquête. Il y a une semaine, c'était une jeune camerounaise sociétaire d'Orient de Yaoundé, un club évoluant dans le championnat de deuxième division du Centre qui est retournée en Guinée avec un oeil de beurre, suivi de menaces de mort proférée par sa conjointe qui l'accusait de quelques infidélités.

"Elle voulait au départ que je sois son amie. J'ai refusé l'offre. Après elle a commencé à m'envoyer des SMS avec des mots doux et des images pornographiques. Lorsque j'ai compris son jeu, je n'ai pas hésité à la repousser. Ce qu'elle n'a pas du tout aimé", aurait raconté la fille à ses parents.

Il n'y a pas quatre jours, c'est un coach qui surprenait dans l'une des chambres d'hôtel où logeait l'ensemble de l'équipe qu'il entraîne, deux joueuses toutes nues, entrain de s'amouracher. Choqué par cette attitude impertinente, il a décidé de radier les deux amantes de son effectif.

Rejoignez notre newsletter!