Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 07Article 622276

Actualités of Thursday, 7 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Financement des Amba Boys : arrestation de plusieurs cadres de la banque UBC

Arrestation de plusieurs cadres d’une banque locale Arrestation de plusieurs cadres d’une banque locale

• Plusieurs cadres d’une banque locale sont arrêtés

• Boris Bertolt indexe Union Bank of Camroon

• La diaspora camerounaise est également accusée


Selon les informations, au moins dix responsables de l’institutions financière UBA Cameroun sont arrêtés pour détournement de fonds. Ils auraient distrait plus 2 milliards de francs CFA. Le lanceur d’alerte Boris Bertolt fait un lien entre ces opérations frauduleuses et le financement des groupes armés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

« Plus d’une dizaine de responsables de la banque UBA sont actuellement aux arrêts. Parmi lesquelles une majorité d’anglophones. Officiellement il s’agit d’un détournement d’une somme de plus de 2 milliards fcfa qui auraient été transférés chez des particuliers. Mais d’autres soupçons laissent envisager qu’une partie de l’argent aurait servi au financement de l’ambazonie », révèle Boris Bertolt.

Contactée par la rédaction de CamerounWeb, la direction d'UBA Cameroun dément l’information. « La Direction voudrait par la présente communication rassurer sa clientèle et l'opinion publique générale du caractère infondé de ladite information. Aucun personnel ou cadre de haut rang de la banque n'a pas fait l'objet d'une arrestation dans les conditions décrites par cette publication.

Le lanceur d'alerte Boris Bertolt a par la suite remis jour sa publication. Il reconnait avoir confondu les noms des banques. L'institution financière mise en cause est UBC ( Union Bank of Camroon) et non UBA.


Diaspora



Dans sa parution du 06 octobre 2021, le journal Défis Actuels dressait la longue liste des sources de financement des groupes armés amabazoniens. La diaspora camerounaise a particulièrement été indexée par le journal.

« A côté de cette diaspora anglophone victime des extorsions des ambazoniens, il existe une autre frange qui s’est donnée pour principale activité d’armer et de financer les sécessionnistes terroristes.

C’est ainsi que plusieurs des personnes incitant à la haine et à la violence sont basées à l’étranger : Mark Bara alias Baréta (Belgique), Ayaba Cho Lucas (Norvège), Tapang Ivo Tanku, Akwanga Ebenezer Dereck Mbongo, Nsoh Nkem Fon-cha, Chris Anu, Yinkfu Nsangong, Boh Herbert (Etats-Unis d’Amérique), Shey Kaavi Wo Melim (Autriche), Akoson Pauline Diale et son époux Akoson Raymond, Brado Etchu Tabenyang (Nigeria), John Mbah Akuro, Larry Eyong (Afrique du Sud).

Ces soutiens des réseaux terroristes procèdent par ailleurs à des collectes de fonds à partir de leurs pays de résidence pour l’achat d’armes et le financement des activités terroristes. Le Gouvernement camerounais a engagé des démarches auprès des autorités desdits pays pour qu’elles mettent un terme aux activités de soutien au terrorisme menées sur leur territoire. Les réactions à cet égard restent attendues », précise le journal.

Rejoignez notre newsletter!