Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 22Article 629572

Diasporian News of Monday, 22 November 2021

Source: www.camerounweb.com

FEMMES - ALCCOL - BATEAU: une vidéo de l'ambazonien Eric Tataw choque la toile

Il se la coule douce en menant une vie paradisiaque aux États-Unis avec très demoiselles play videoIl se la coule douce en menant une vie paradisiaque aux États-Unis avec très demoiselles

• Eric Tataw est un activiste proche de la lutte Ambazonienne

• Il a publié une vidéo privée

• L'intégralité de la vidéo


C'est la colère et la consternation dans le rang des combattants sécessionnistes suite à la publication sur les réseaux sociaux d'une vidéo de l'activiste anglophone Eric Tataw, proche de la lutte Ambazonienne.

En effet, des dizaines de combattants se font tuer chaque semaine dans les affrontements qui les opposent aux soldats de l'armée camerounaise. Ces combattants, généralement issus de la classe défavorisée de la société camerounaise, ont décidé de prendre les armes après avoir été convaincus par des activistes anglophones basés en occident. Parmi ces activistes figure un certain Eric Tataw connu sur la toile pour ses positions pro-sécessionniste. Il tient pour se faire un site internet dédié à la cause sécessionniste. Il s'agit de "National Telegraph-NT".

Ces derniers mois, à la faveur de la guerre interne qui secoue les leaders sécessionnistes, il a décidé de jeter l'éponge et de prôner le retour à la paix. Comme si cela ne suffisait pas, Eric Tataw prend plaisir à publier des vidéos privées dans lesquelles, il se la coule douce en menant une vie paradisiaque aux États-Unis avec très belle demoiselles, des voitures de luxe, des chambres d'hôtel, des bateaux et autres.

Cette publication a provoqué la colère des jeunes combattants qui manquent de tout sur le terrain. Certains d'entre eux lui ont ouvertement déclaré la guerre.

La rédaction de CamerounWeb vous propose, ci-dessous, une séquence de la vidéo



CONFERENCE DU CANADA SUR LE NOSO : TAPANG IVO SORT LES GROS DOSSIERS SUR LES RESPONSABLES

Un Dialogue sur la crise au NOSO se tient au Canada du 29 octobre au 1er novembre 2021 entre plusieurs organisations intervenantes dans les régions anglophones du Cameroun.

Dénommé « The Southern Cameroon 2021 Leadership Retrait », l’évènement sert de cadre pour explorer des pistes pour la résolution de la crise au NOSO. Des organisations comme l'Ambazonia Governing Council et sa branche armée l'ADF ou encore la Fondation Ayah participeront aux travaux. Le leader ambazonien Tapang Ivo s'insurge contre cette rencontre et condamne l'appel prématuré au mauvais moment.



Pour le journaliste Michel Biem Tong, cette rencontre est organisée ou financée par le gouvernement du Cameroun pour empêcher la médiation suisse . CamerounWeb vous propose l’intégralité de sa tribune.

Nous l’avions dit il y a un an, la Coalition For Dialogue and Negociation (CDN) n’est que la version internationalisée du faux Grand Dialogue National de septembre-octobre 2019 organisé par le pouvoir Biya. La CDN a pour objectif de promouvoir le « Cameroun un et indivisible » et fournir à la communauté internationale, des gages d’une volonté de favoriser un dialogue véritablement inclusif en vue d’une sortie de crise.

En quoi consiste la stratégie de Ngoh Ngoh Ferdinand, Atanga Nji et autres qui dirigent le Cameroun ? On prend des associations et autres organisations favorables à l’Etat unitaire (le « One Cameroon ») qu’on associe des factions du mouvement indépendantiste anglophone dont la plupart sont sponsorisées par les cabinets noirs du palais d’Etoudi. Puis, les résolutions qui en découleront seront transmises à la communauté internationale à laquelle on fera croire qu’il s’agit de la position du peuple anglophone du Southern Cameroons par rapport au conflit.

Que peut-on attendre d’une rencontre comme celle-ci, à laquelle le Interim Government de Dr Samuel Sako Ikome n’a pas été invité alors que c’est à cet organe de la lutte armée des anglophones qu’obéissent la population locale et tous les groupes armés ? Le pouvoir Biya admet-il désormais, sans y trouver quelque chose de scandaleux, que des organisations telles que le SNWOT(un lobby de femmes anglophones proche du pouvoir de Yaoundé) s’asseye sur une table de négociations avec Ayaba Cho ou Daphné Yerima, de « dangereux terroristes » selon Yaoundé ? Le pouvoir Biya a t-il donc accepté que Me Agbor Balla, défenseur du « One Cameroon » se rendent à une conférence à laquelle prennent part des « terroristes sécessionnistes »?

Ce cinéma qui se déroule à Toronto au Canada a un point commun : le pouvoir Biya en est l’instigateur sinon le sponsor. Toutes les organisations qui y sont représentées soit épousent la position de ce régime concernant la crise soit ont flirté au moins une seule fois avec le régime en place. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce cirque connaîtra la même issue que le Grand Dialogue National de 2019: l’échec.
Michel Biem Tong

Rejoignez notre newsletter!