Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 22Article 629524

Actualités of Monday, 22 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Etoudi: qui est réellement Awala Wodougue, la nouvelle tête pensante de Paul Biya ?

Il est né en 1957 à Ndokbele dans l’arrondissement de Yabassi dans la région du Littoral Il est né en 1957 à Ndokbele dans l’arrondissement de Yabassi dans la région du Littoral

• Jean Claude Awala Wodougue est le nouveau conseiller juridique à la présidence

• Il succède à Jean Foumane Akame

• Son parcours profressionnel



Nommé le 9 juin 2021, un nouveau conseiller juridique à la présidence de la République, plus précisément, chef de la division des affaires juridiques, Jean Claude Awala Wodougue est devenu la tête pensante du locataire du palais d'Etoudi.

Pour mieux connaître le personnage qui se cache derrière ce magistrat de haut niveau, la rédaction de CamerounWeb vous propose de redécouvrir son parcours professionnel.

Depuis la dernière session du Conseil supérieur de la magistrature, le haut magistrat est premier avocat général

A la faveur de la nomination de magistrats au parquet général près la Cour suprême au terme des travaux du Conseil supérieur de la magistrature lundi dernier, le président de la République, a porté son choix sur Jean Claude Awala Wodougue, magistrat hors hiérarchie, 1er groupe.

L’homme fait partie des figures emblématiques de Douala, la barbe poivre sel et cheveux grisonnants, Awala Wodougue, incarne à la fois autorité et pondération. Si sa prise de parole publique tout comme ses apparitions hors du palais de justice sont rares, on a cependant le souvenir de ses conseils, maintes fois prodigués, à des jeunes en délicatesse avec l’ordre public dans l’arrondissement de Douala II. Une loi qu’il a choisie de servir après l’obtention de son baccalauréat A4 au lycée Joss de Douala en 1978. Sa licence en droit privé obtenue en 1982 à l’Université de Yaoundé va en réalité le préparer à arpenter les couloirs de la justice. Encore que, étudiant, il est postulant dans un cabinet d’avocat. Son destin l’amène très vite à ne pas traîner de ce côté. Le voilà en 1983 recruté comme contractuel d’administration avec pour poste de rattachement les prestigieux services du Premier ministre. Jean Claude Awala Wodougue a à peine le temps de s’imprégner des dossiers de la haute administration qu’il est admis au concours d’entrée à l’Enam. Deux ans plus tard en 1985, le jeune homme est diplômé de la division magistrature de la prestigieuse école. Il intègre la magistrature en août 1985. Il sera ainsi tout au long de sa carrière : substitut du procureur de la République de Douala (1985-1987) ; substitut du commissaire du gouvernement au tribu- nal militaire de Douala (1987-1989) ; président des tribunaux première et grande instance d’Akono- linga dans le Nyong et-Mfoumou (1989-1998) avant de monter en grade comme conseiller à la Cour d’appel de l’Est (1998- 2000). De 2000 à 2002, il bénéficie toujours de la confiance de la hiérarchie puisqu’il est nommé vice-président de la Cour d’appel de l’Est à Bertoua et au tribunal militaire de Yaoundé. Il change de palier pour devenir procureur général près la Cour d’appel de l’Adamaoua (2002-2012) ; procureur général près la Cour d’appel du Sud à Ebolowa (2012- 2014) ; procureur général près la Cour d’appel du Littoral et du tribunal administratif de Douala de 2014 jusqu’à sa nomination lundi dernier comme Premier avocat général près la Cour suprême.

Né en 1957 à Ndokbele dans l’arrondissement de Yabassi, région du Littoral, le magistrat est cependant originaire de l’arrondissement de Dimako dans le département du Haut-Nyong. Jean Claude Awala Wodougue, qui a effectué de nombreux stages dans des pays africains et aux Etats-Unis d’Amérique, est chevalier, officier et commandeur de l’ordre de la valeur.

Rejoignez notre newsletter!