Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 11 16Article 628573

Actualités of Tuesday, 16 November 2021

Source: www.camerounweb.com

Escalade de la violence dans le NOSO : colère de la communauté internationale

Image illustrative Image illustrative


• Le conflit dans le NOSO a été très sanglant ces derniers jours

• Les missions diplomatiques du Canada, de la Suisse, du Royaume-Uni, et des Etats-Unis condamnent les attaques

• Les séparatistes multiplient les offensives


Ces derniers jours, l’on assiste à une escalade de la violence dans la zone anglophone du Cameroun en proie à un conflit depuis 2016 entre des factions séparatistes et les forces loyaliste de Yaoundé. Les victimes sont aussi civiles que militaire. Face à cette situation, les diplomates accrédités au Cameroun sont sortis de leur réserve. Mais cette sortie est loin de combler les attentes.
Les missions diplomatiques du Canada, de la Suisse, du Royaume-Uni, et des Etats-Unis viennent de réagir à travers une déclaration commune face à la situation qui prévaut actuellement dans le NOSO.

Elles ont condamné le fait que des enfants et des étudiants soient pris pour cible dans les violences perpétrées dans le cadre de la crise anglophone. Dans le communiqué, ces représentations diplomatiques désapprouvent également avec les menaces faites aux membres de la société civile, qui cherchent des solutions à la crise anglophone.

«Les chefs des missions diplomatiques du Canada, de la Suisse, du Royaume-Uni, et des Etats-Unis, condamnent les attaques contre les civils au Nord-Ouest et au Sud-Ouest -en particulier les enfants, les étudiants-, utilisant des engins piégés ou à balles réelles, ainsi que les menaces de mort contre les dirigeants de la société civile travaillant pour trouver des solutions à la crise», peut-on lire dans la déclaration commune publiée le 15 novembre 2021, sur les comptes Twitter respectifs des missions diplomatiques suscitées.

Il faut dire que cette déclaration commune du Canada, de la Suisse, du Royaume-Uni, et des Etats-Unis a été motivée par les récents drames et tristes événements qui se sont produits au Nord-Ouest et au Sud-Ouest. Le 10 novembre dernier, un engin explosif a explosé à l’amphi 600 de l’université de Buea. Du fait de la panique générale, il y a eu 11 étudiants grièvement blessés, qui ont été conduits dans des formations sanitaires.

Il faut noter qu’il y a également eu des morts du côté des forces de sécurité qui sont tombées dans une embuscade.

Rejoignez notre newsletter!