Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 03 31Article 436458

Opinions of Saturday, 31 March 2018

Journaliste: Celestin Bedzigui

Epervier: Alain Mebe Ngo’o ‘intouchable’, voici sa force

L’élan de solidarité filiale, tribale, et amicale qu’affichent et revendiquent d’estimables camerounais à l’égard de certains dignitaires en disgrâce de la dictature de Paul Biya a parfois de quoi surprendre et dérouter les personnes éprises de démocratie et d’un esprit de Justice.

En effet comment ne pas y déceler une tentative désespérée d’appliquer un traitement différencié à certains anciens ministres, notamment à Edgar Alain Mebe Ngo’o qui; quand bien même ils doivent effectivement bénéficier de la présomption d’innocence et même être protégés de toute chasse à l’Homme ou lynchage médiatique, ils ne peuvent pas être au-dessus de la Justice, évitant habilement d’être rattrapés par les démons de cette épuration politique qu’ils ont contribué à alimenter pour Paul Biya pendant plus de deux décennies.

LIRE AUSSI: Epervier: comment Paul Biya a démantelé les réseaux maffieux à Etoudi

La persistance d’une Justice à tête chercheuse au Cameroun s’enracine précisément sur cette mémoire sélective de certains ressortissants camerounais qui, en fonction des liens de famille, d’amitiés, de village, d’ethnie, de tribus, voire d’intérêts bassement matériels et personnels…réclament et obtiennent l’incarcération immédiate de certains anciens décideurs publics, pendant qu’ils affichent et revendiquent la clémence totale pour d’autres, leurs protégés, qui comme Edgar Alain Mebe Ngo’o peuvent pourtant se révéler de véritables bourreaux et criminels des premiers.

Sans être dans un esprit de vengeance, ni dans cette culture du lynchage systématique d’anciens grands serviteurs de l’État qui prévaut au Cameroun, c’est navrant d’avoir cette impression qu’un clan identifié et structuré de parents et d’amis bien placés dans les arcanes du pouvoir en place au Cameroun et à l’extérieur use de son entregent pour éviter à M. Mebe Ngo’o les affres de la descente aux enfers carcérale qu’il a contribué durant de nombreuses années à infliger à tant d’infortunés: de Titus Edzoa et Michel Thierry Atangana dès 1997, à Marafa Hamidou Yaya, Jean Marie Atangana Mebara, Urbain Olanguena Owono, Polycarpe Abah Abah, pour ne citer que ceux-là …

LIRE AUSSI: Jean-Jacques Ze, la chute d'un journaliste autrefois adulé des camerounais

Car ce fameux “rouleau compresseur” s’est souvent appuyé sur de grossières et parfois fallacieuses accusations de détournements de fonds publics. Celles-là mêmes qui mériteraient d’être opposées au justiciable Mebe Ngo’o pour être enfin élucidées, tant l’immensité de sa fortune personnelle interpelle.