Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 07Article 622231

Actualités of Thursday, 7 October 2021

Source: La Voix des Jeunes

Empoisonnement : la nouvelle arme des frustrés du Cameroun

La nouvelle arme des frustrés du Cameroun La nouvelle arme des frustrés du Cameroun

Au Cameroun, l'empoisonnement est devenu une réligion et la cause la plus souvent citée est la jalousie. Plus qu'une tendance, empoisonner est désormais le sport favori de certains.

La pilule est difficile à avaler, plus dure encore lorsqu'il s'agit d'un proche. C'est avec consternation et choc que de multiples pages sur les réseaux sociaux annoncent les décès soudains de plusieurs jeunes citoyens successivement depuis quelques mois. L'on se souvient encore de Karen Knowles, décédée quelques jours après l'ouverture de son nouveau salon de beauté, l'entrepreneure populaire et influenceuse camerounaise avait été victime d'un empoisonnement.

Âgée de 22 ans seulement, l'annonce de sa mort a fait couler beaucoup d'encre et de salive sur la toile. Selon certains témoignages venant des proches de la victime, la jeune femme, après avoir déjeuné avec des amis, se serait sentie mal et aurait même vomi et uriné sur elle. Conduite de toute urgence à l’hôpital, Karen Knowles a rendu l’âme quelques heures plus tard. Un autre décès par empoisonnement est enregistré au Cameroun. Cette fois-ci, il est question d'un jeune homme qui est revenu récemment d'Algérie pour passer du temps avec sa famille.

D'après les informations parvenues à notre rédaction , le jeune homme a été empoisonné et a commencé à sentir des maux de ventre parmi les siens. Sa mère interpellée va alors décider de conduire son enfant à l'hôpital mais hélas, il va rendre son dernier souffle en route, la tête posée sur sa mère, avec du sang coulant de ses narines. Le cas le plus récent est celui d'une jeune femme qui a empoisonnée deux enfants en voulant tuer sa coepouse, cette dernière, a servi du couscous avec la sauce de Bissap communément appelé Foléré à 4 enfants et leur génitrice nommée Viviane Simeu. C’était dans la nuit du 14 au 15 août dernier. Après avoir consommé le repas, deux des quatre enfants âgés de 8 ans et 1 an sont morts. Des meurtres qui témoignent à suffisance la cruauté de certains camerounais qui veulent tout pour eux et rien pour les autres. En attendant que lumière soit faite sur ces différents crimes, il est important de rappeler à tous que la confiance n'exclut pas la méfiance.

Rejoignez notre newsletter!