Vous-êtes ici: AccueilInfos2018 01 21Article 431136

General News of Sunday, 21 January 2018

Source: cameroonweb.com

Dr. Guy Parfait Songue, 'l’envoyé spécial' de Dieu vous parle!

Le Dr. Guy Songue qui dit avoir reçu un don de la part de Dieu nous parle de ce don, de ce qu'il est devenu et de ce qu'il en fait de ce don.

Que devient Dr Guy Parfait Songue ?

Le Dr Guy Parfait Songue reste enseignant d’université parce que de toute manière c’est ce qu’il est, ce pourquoi je suis connu et ce dans quoi j’exerce. J’ai obtenu un Doctorat en science politique en 2005 dans un Institut américain. Je continue à intervenir dans plusieurs Universités prives tant au niveau national qu’international. Je reste également consultant et il car on me connaît sous cette casquette de coaching en développement personnel. Il y a seulement une semaine j’étais en train de faire un séminaire sur les questions de motivation, performance et rentabilité avec les médecins de l’hôpital général Je suis chef d’entreprise en tant que Directeur général du Potager Jardin d’Afrique Sarl qui fait dans l’import-export- formation, représentation de marque, conseil. Ça n’a pas changé même si le fait d’être dans ma nouvelle casquette perturbe beaucoup de gens.

Comment vous définissez vous dans votre nouvelle casquette ? Prêtre ? Pasteur ?

Toute personne qui me compare à un pasteur ou un prêtre se trompe. Je suis l’envoyé spécial du Dieu Créateur. Ma mission est la mission de libération du peuple juif et la mission de fin de cycle ou déluge semblable à celle de Noé avec l’arche. Dieu n’agit que quand le mal a atteint son comble et il décide de régler ses comptes. Dieu veut détruire toutes les églises sans exception. Le Dieu créateur en veut aux églises en 4 points : il les reproche d’avoir converti les gens à la religion au lieu de les convertir en Dieu ; les hommes d’église ont abreuvé le peuple de mensonges ; le Dieu créateur les accuse de faire du business ; ils ont fermé la porte au paradis. Mon discours est antireligieux. Les nouvelles églises communément appelées églises « dites de réveil » y compris. Dieu veut guérir les malades, les infirmes, etc. La grande majorité des églises « dites de réveil » ne conduisent pas le peuple vers la vérité. C’est un déluge qui se prépare et DIEU a choisi une personne en qui il donne le pouvoir d’agir comme ce fût le cas avec Noé. Cet autre déluge va recadrer le continent africain. Mon pilier est l’enseignement.

Comment procédez-vous pour guérir les gens ? Quels instruments utilisez-vous ?

Pour guérir il suffit que je parle. La Parole. J’ai été formé, transformé au point où ceux qui ont les yeux spirituels, à me regarder, peuvent se rassurer de ce qu’il reste très peu d’humains chez moi. Je ne suis pas seul. J’ai avec moi les anges qui sont très puissants.

Que répondez-vous à ceux qui affirment que vous êtes néo-illuminé ?

Je ne me préoccupe pas de ce que les gens pensent ou disent de moi. Ceux que j’ai guéris connaissent ma force. J’ai créé un site internet (www.guyparfaitsongue.com) et 50 000 personnes en trois semaines posent des questions et parcourent l’onglet « Révélations ». Si je bluffais, on n’aurait pas ces statistiques. Cela veut dire qu’il y a au moins des gens qui croient en moi. Quand Dieu parle aux gens, vous l’entendez dans la poitrine ou la tête ou encore dans les rêves. Il y a des professeurs d’université qui me sollicitent. Ceux qui veulent m’attaquer vont mourir. Ceux qui parlent de moi en mal, très souvent, sont ignorants ou manipulés par des entités sataniques.

Vous dites avoir un don, comment et quand s’est-il révélé ?

Tout a commencé en octobre 2014. Lorsque le don de guérison s’allume en moi. J’ai reçu une femme qui a un don de prophétie qui me dit que le Seigneur m’a envoyé l’Esprit-Saint. J’ai commencé à traiter les malades par la foi. Je me suis arrivé à traiter des gens à distance. A l’Université catholique, à l’Université de la Côte, je traitais des étudiants pendant le cours magistral sans les toucher juste en pensant. C’est devenu flagrant au point où ça a amené le trouble. De plus en plus, je suis les gens. J’ai reçu les gens ici à Beedi chez moi pendant plus de 8 mois après que le don se soit allumé. Mais je tiens à préciser que j’ai d’abord passé 4 mois sans recevoir des gens. Il arrivait que sur les réseaux sociaux, je converse avec des personnes qui me disent qu’elles sont malades, et je répliquais en disant que vous êtes guéris. Du coup les concernés étaient surpris et ont commencé à m’amener des gens. J’ai interdiction de prendre de l’argent. Au fur et à mesure que je traitais certains dons se sont allumés en moi. Parce que satisfaits, les personnes guéries me font des cadeaux pareils aux dîmes. Les cas de pathologies, cancers, envoûtement…sont les plus récurrents. J’interviens depuis quelque temps chez les morts. Pour traiter parfois des gens, il faut briser leurs liens avec les mots. Il y a quelque temps, je suis monté en grade et dorénavant autorisé à délivrer les gens de la captivité.

Selon vous quelle est la place des militants ordinaires dans le processus de renouvellement à la base dans le Rdpc ?

Le régime Biya est en train de vivre son dernier septennat. Il faut que ceux des militants du Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais) cessent de faire des calculs en termes de comment proroger le mandat du Président de la République. Ils ont intérêt à se recadrer et à se repentir. Ils ont rendu d’énormes services au diable. La déchéance sera brutale. Le Rdpc n’est pas un parti politique en mon sens. Il n’est pas structuré. Il y règne beaucoup d’injustice. Un militant à la base ne peut rien influencer.

Votre lecture sur le Renouveau dans la corporation principale de la presse…
Beaucoup de journalistes n’arrivent pas à poser des problèmes de fond. Il faut d’abord questionner la formation de journalisme, ensuite de questionner les conditions de recrutement des journalistes et enfin leurs conditions de vie. Il faudrait que ces trois niveaux soient gérés, réglementés. D’un autre côté, beaucoup de journalistes sont dans le renseignement. Ces derniers contribuent à perturber le peu qui croit encore à ce métier.