Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 12 29Article 634438

Actualités of Wednesday, 29 December 2021

Source: www.camerounweb.com

Douala : un sous-préfet inflige une terrible humiliation à un roi

Image illustrative Image illustrative

• Il s’agit du sous-préfet de Douala 1er, Christophe Fofie Mbouedia

• Il a remis à sa place David Eboube Dikotto, chef de 3ème degré du village de Bonamouang

• Le roi est accusé d’usurpation de titre

Au Cameroun, la chefferie traditionnelle occupe une place de choix dans la société. Les chefs sont des personnes morales très respectés. Ils jouent un rôle déterminant au sein de leur communauté. Mais comme parmi chaque couche sociale, il y a des brebis galeuses, il n’en manque pas non plus dans la chefferie traditionnelle au pays de Paul Biya. Ce mardi 28 décembre 2021, le sous-préfet de l’arrondissement de Douala 1er, Christophe Fofie Mbouedia, a adressé à David Eboube Dikotto, chef de 3ème degré du village de Bonamouang, un virulent rappel à l’ordre. Il est reproché à l’autorité coutumière une usurpation de titre.

Le sous-préfet n’est pas allé de main morte pour remettre à sa place le chef de 3ème degré du village de Bonamouang.

« Il m’a été donné de constater à travers plusieurs documents et courriers signés de vous, l’utilisation abusive et fantaisiste des titres reconnus exclusivement aux chefs supérieurs ou de Cantons notamment « Roi d’AKWA NORD » « Chef Supérieur Bonamouang». Y faisant suite, j’ai l’honneur de vous rappeler que pour le moment, l’Arrondissement de Douala 1er ne dispose que de trois Chefferies supérieures (BELL DEIDO ET AKWA) et Bonamouang dont vous avez la charge depuis le 13 janvier 2021 est l’un des villages composant le Canton AKWA et par conséquent Chefferie traditionnelle de 3ème degré », a rappelé, le sous-préfet de l’arrondissement de Douala 1er, Christophe Fofie Mbouedia à David Eboube Dikotto.

Cette usurpation de titre a véritablement mis l’autorité administrative dans tous ses états. Celui-ci met en garde le chef coutumier en des termes assez inamicaux.
« Vous voudriez bien vous abstenir dorénavant des agissements susceptibles de créer la confusion dans l’esprit des populations en vous accommodant de votre titre de « Chef traditionnel de 3ème degré du village de Bonamouang» tant dans vos correspondances que dans vos faits et geste », prévient-il.

Rejoignez notre newsletter!